PROSTITUTION – Les maisons closes en Allemagne, un business comme un autre (2ème volet)



A Dortmund, Bornstraße est la rue connue en terme de prostitution. Rencontre avec Christian, manager de la maison close "das Laufhaus - Escort" depuis quatre ans

 

"Das Laufhaus – Escort"  est une sorte d’hôtel qui facture à la demi-heure ou à l’heure (Photo : Emilie Gougache)

 A cinq minutes du centre-ville en métro, c’est à la station Glückaufstraße qu’il faut s’arrêter pour trouver la maison close. Sur Juliustraße, perpendiculaire à la fameuse Bornstraße, "das Laufhaus – Escort" ne passe pas inaperçue. L’entrée, éclairée par une enseigne de néons bleus et un couloir rose est immanquable. "Cette maison appartient à ma femme qui est aussi designer d’intérieur, raconte Christian, en fait c’est dans la famille depuis dix-sept ans". Le lieu se partage en deux temps, sur trois étages. Tout d’abord un bar, semblable à n’importe quel autre. Des tables hautes ou basses avec des fauteuils et des flippers. Ensuite il y a les chambres, au premier et au troisième étage. Entre les deux, la maison propose une salle à louer pour des anniversaires ou d’autres événements. "C'est le client qui paie la chambre, généralement pour une demi-heure ou une heure. Les filles ont leurs propres tarifs pour leurs prestations sexuelles, mais pour louer une chambre, la maison a fixé un prix de 15 euros la demi-heure à 20 euros l’heure, explique le manager. Ils vont en haut, font ce qu’ils ont à faire, ensuite ils partent ".

La maison contient neuf chambres avec sanitaires à l’intérieur ou à l’extérieur (Photo : Emilie Gougache)

Des règles d’hygiène strictes
" Il y a 44 à 55 filles qui viennent ici tout les jours et beaucoup plus en été, poursuit Christian. Ici la drogue est interdite. On prévient une fois, deux fois, puis c’est terminé. Lorsque le client et la prostituée louent une chambre, ils ont des draps propres. Les filles ont des préservatifs sur elles, mais on en vend aussi au bar, ajoute t-il. Avant de quitter la chambre, ils doivent prendre un peu de leur temps pour laisser un endroit correct. Pas de préservatifs par terre, les draps qu’ils ont utilisés doivent êtres déposés dans un bac à linge sale. C’est la maison qui s’occupe de tout le reste concernant la propreté ". Question sécurité, dans la maison rien de spécifique n’a été prévu. Christian assure qu’il n’y a "jamais de problème à part dans la rue". "Certaines d’entre elles ne vont dans la maison que pour rester au chaud, au bar. Mais c’est dans la rue qu’elles trouvent leurs clients. Seules les majeures peuvent venir, déclare t-il, on vérifie leur âge si elles sont nouvelles et qu’on a un doute".

Beaucoup de Roumaines et de Bulgares
" Je ne les connais pas toutes, avoue Christian, car il y en a toujours des nouvelles et elles changent souvent d’endroit. Je ne connais que celles qui viennent tout les jours. Il y a beaucoup de Roumaines et de Bulgares et le problème est qu’elles parlent très peu ou pas allemand, ce n’est donc pas toujours facile de discuter avec elles ". En ce qui concerne le proxénétisme, bien qu'en principe les prostituées soient des travailleuses indépendantes, Christian ne se fait pas d’illusions. "Je vois bien les choses dehors, confie t-il. Il y a parfois des hommes qui sont à côté d’elles et j’en vois certaines amener de l’argent à d’autres à côté du métro. Je les vois attendre les filles, prendre leur argent. Je ne crois pas que ces filles soient heureuses, beaucoup doivent de l’argent et je pense que la plupart ne sont pas fières de ce qu’elles font, avoue t-il, mais j’aime bien travailler ici. A côté je travaille aussi dans la boutique de design de ma femme. Ce qui me dérange, c’est que les gens nous voient comme des criminels avec de grosses voitures et des gros bijoux. Je n’ai rien de tout ça. Ici on travaille de manière à pouvoir se regarder dans le miroir le lendemain matin".

Emilie Gougache (www.lepetitjournal.com/cologne) Mercredi 16 mars 2011

Pour relire notre 1er volet sur la prostitution : PROSTITUTION - Sous contrôle en Allemagne ? (1er volet)



Cologne

SORTIR EN NRW – Les bons plans du week-end du 18 et 19 avril

A nouveau week-end, nouveaux bons plans ! Le programme cette semaine est pour le moins hétéroclite : du théâtre en français, de la marche, un salon auto, une nuit des musées à Düsseldorf et d'autres bons plans exposés en bref. Vous y trouverez sûrement votre compte
A la une

Le dernier grand voyage vers l'île de Sainte-Hélène

Cinq jours aller, cinq jours retour: Sainte-Hélène, l'île où Napoléon vécut les dernières années de sa vie, est l'une des dernières destinations que l'on ne peut atteindre qu'après un long voyage en mer. Une traversée déjà teintée de nostalgie, car le bateau sera bientôt remplacé par un avion bien moins romantique.
France/Monde
En direct d'Europe
Varsovie - Actualité

UKRAINE-UE - Immigration

Rzeczpospolita écrit qu’en dépit des déclarations de plein soutien à l’Ukraine émanant des autorités polonaises, rares sont les Ukrainiens…
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENEURS & SAC À DOS – Un tour d’Asie de l’entrepreneuriat

http://entrepreneurs-et-sac-a-dos.com/
Marlène et Cyrille sont partis découvrir l’entrepreneuriat sous toutes ses formes au cours d’une traversée de l’Asie. Jeunes et passionnés, ils partent à l’aventure avec leurs économies à la recherche de modèles d’entrepreneuriat social et responsable sous le nom d’ « Entrepreneurs et sac à dos ».
Expat - Politique

THIERRY MARIANI – "Il faut que notre diplomatie serve les intérêts de la France"

Thierry Mariani
Député de la XIème circonscription des Français de l’étranger (Asie Océanie), Thierry Mariani était à Singapour pour célébrer, avec la communauté française, le 50ème anniversaire de la cité Etat. L’occasion d’évoquer avec lui Singapour, les Français de l’étranger, et la nécessité, sur le plan diplomatique de distinguer entre les zones où dominent les enjeux économiques et celles qui restent essentiellement confrontées à des problèmes de sécurité.

TAHAR BEN JELLOUN – Le conteur arabe qui écrit dans la langue de Molière

Tahar Ben Jelloun a rencontré son premier succès populaire en 1985 grâce au roman "L’enfant de sable". Il est couronné deux ans plus tard par le prestigieux prix Goncourt, avec "La nuit sacrée". A l’occasion de la 20e édition de la fête de la francophonie, il est venu à la rencontre de ses lecteurs de Shanghai.
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala