ISCH LIEBEU DICHE - Anaïs et Steffen, un équipage solide et l’amour pour boussole

 

Les rencontres de célibataires lors d’un mariage, c’est un grand classique digne d’une comédie romantique. C’est pourtant ce qui a mené Anais et Steffen à faire connaissance. De fil en aiguille, de Saint-Etienne, à la Forêt noire en passant par Paris, le couple a finalement trouvé un ancrage depuis quatre à Leverkusen et ont accueilli il y a deux ans un petit Etien.

L’amour commun des voyages et l’expérience de l’expatriation ont rapproché Steffen et Anaïs, bien que la jeune femme ait pu ressentir la barrière de la langue dans les premiers temps. Les amoureux ont su vaincre les différences culturelles pour se retrouver avec le meilleur des traditions nationales, respectivement le sens de l’organisation et la bonne cuisine. Actuellement installé à Leverkursen et heureux parents du petit Etien, le couple projette d’agrandir leur famille franco-allemande.

Quand et comment avez-vous rencontré votre partenaire ?

Steffen : Nous nous sommes rencontrés la première fois au mariage du cousin d'Anaïs en été 2010 au milieu d'un village perdu quelque part au centre de la France. Nous étions tous les deux célibataires à la même table et autour de nous que des couples. Cette même soirée, nous n'avons pas échangé beaucoup mais nous avons fait le minimum : l'échange des adresses e-mails... Quelques messages et coups de fil plus tard, Anaïs est venue me rendre visite en Forêt Noire où j'habitais à cette époque.  A la base, c'était pour un long week-end qui a fini en une semaine avec le soixantième anniversaire de mon père où Anaïs a même chanté "Alles Gute zum Geburtstag". Et pour finir, je l'ai raccompagnée dans la capitale et ville d'amour où elle habitait à l'époque ... Paris !

Anaïs : Nous nous sommes rencontrés le 24 juillet 2010 au mariage de mon cousin en Haute- Loire. Ils étaient très bons amis tous les deux, à l'époque Steffen travaillait en France. Bizarrement nous ne nous étions jamais rencontrés avant !

Dans votre vie quotidienne, vos différences culturelles se remarquent-elles et posent-elles parfois problème ?

Steffen : Parfois la culture de la table. Moi, je mange quand, où et ce dont j'ai envie. Par exemple, Anaïs n'avait rien trouvé à manger dans ma cuisine en Forêt Noire sauf.... du chocolat ! J'aime bien manger et les repas dans ma belle-famille sont souvent une fête de cuisine. Mais de par mon éducation, je n’ai pas appris à manger à des heures fixes avec des repas équilibrés. Sinon, il faut vraiment dire Anaïs est très allemande pour une Française. Moi j'ai appris le savoir-vivre et le laisser-aller en France où j'ai travaillé pendant trois ans (j'ai pris 12 kilos à cette époque et ne les ai plus jamais perdus) ...

Anaïs : Oui et non... le fait que mon mari ait été en France et que moi je sois maintenant en Allemagne, cela aide à comprendre la culture de l'autre et à mieux l'accepter. J'ai appris un peu de la rigueur allemande et Steffen a appris à profiter de la vie et des bonnes choses qu'elle nous offre... Bien sûr, il y a des sujets, où notre culture ressort, surtout dans l'éducation d'Etien. Par exemple, pour moi il est important de manger à des heures régulières et de finir le repas par un yaourt ou un fruit alors que pour Steffen ça l'est moins...

Qu'est-ce qui vous a séduit le plus dans la culture de votre partenaire ?

Steffen : La nourriture française et la bonne cuisine, même si ma brioche grossit suite à mes excès....

Anaïs : Étant une ancienne sportive de haut niveau, j'ai tout de suite aimé le côté rigoureux de Steffen. J'aime le fait qu'il ait les pieds sur terre et qu'il ne laisse rien au hasard. Il est aussi très attentionné et très galant, il me tient toujours la porte par exemple ou me tient mon manteau pour que je l'enfile plus aisément…Mais je ne sais pas si c'est très allemand ça !

Le moins ?

Steffen : La langue française. Car pour moi c'était le sujet d'horreur au lycée. J'étais même à Saint-Etienne en échange scolaire et suite à cette expérience j'ai dit : "plus jamais ce pays, ni cette ville et le moins possible de français à l'école" ... Mais il en fut autrement... J'ai travaillé, habité et perdu mon cœur dans cette ville de Saint-Etienne d'où vient mon épouse.

Anaïs : Il aime tout planifier et contrôler, c'est parfois contraignant surtout quand on est plus spontané et qu'on fait les choses au feeling.

Avez-vous rencontré des problèmes d'acceptation ou de compréhension de votre couple mixte dans votre entourage ?

Steffen : Non. D’un autre côté, j'ai déménagé 13 fois en 16 ans et mes meilleurs copains ont dû accepter le fait que je n’étais pas souvent là et ceux qui ont gardé contact le plus longtemps ont aussi voyagé. Ils ont une grande ouverture d'esprit. Tous nos copains ici sont aussi des étrangers en Allemagne ou des couples internationaux.

Anaïs : Au début de notre relation, cela n'a pas été facile pour moi car je ne parlais pas du tout allemand, alors pour communiquer avec les amis et surtout la famille de Steffen, c'était difficile. Nos meilleurs amis sont Roumains et Sud-Africains... la barrière de la langue nous a rapprochés au début, et puis surtout nous avions des points communs, comme savoir ce que c'est d'être loin de sa famille, de ses amis... Heureusement, Steffen parlait français et ça m'a permis au début de ne pas me sentir totalement déracinée. Quand j'ai commencé à apprendre l'allemand, on a décidé de se parler dans cette langue, pour que je puisse progresser. Mais au bout d'une journée, on s'est tous les deux dit que c'était vraiment bizarre et les mots d'amour sonnait différemment.

Votre prochain projet à deux ?

Steffen : Notre deuxième enfant… Et surtout des vacances dans le sud. Peut-être sans notre fils, car même si on l'aime beaucoup, du temps à deux nous manque pas mal...

Anaïs : Un 2ème enfant ...

Votre dernier fou rire ?

Steffen : Notre fils qui dit : "Etien bêtises" en ayant un sourire de 360 degrés

Anaïs : Je ne sais pas ... mais on en a régulièrement avec notre petit Etien !

Son plus beau cadeau ?

Steffen : Le OUI

Anaïs : De m'avoir demandée en mariage

Votre lieu préféré à Cologne ?

Steffen : Claudius Therme

Anaïs : J'adore Cologne et j'ai la chance de travailler à côté du Dom que je trouve incroyable, sinon les bords du Rhin pour un pique-nique ou la rue piétonne pour faire du shopping !

Quel serait le symbole de votre relation et pourquoi ?

Steffen : Un catamaran, un flotteur coulerait si il était tout seul, mais à deux on navigue jusqu'au bout de notre planète....

Anaïs : Sans hésiter, un voilier ! Steffen est un marin, c'est sa passion et le côté liberté, découverte, voyage et partage que l'ont peut avoir quand on fait des vacances en bateau nous correspond tout à fait !

Propos recueillis par Jeanne Meyer (www.lepetitjournal/cologne.com) Mercredi 26 juillet 2017

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

 
Cologne

ÉTÉ - Lepetitjournal.com Cologne fait une pause estivale

Après une année riche en événements politiques, sportifs et culturels, lepetitjournal.com/cologne fait une pause estivale à partir du 31 juillet et vous donne rendez-vous le 4 septembre. Toute l'équipe du petitjournal.com/cologne vous souhaite un très bel été !
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine