ISCH LIEBEU DICHE - Lola et Karl : "le plus important, c'est le respect entre nous"

 

Lola et Karl viennent d'emménager à Cologne. Elle de Bruxelles, lui de Munich, tous deux issus de famille multiculturelle, et si le début de leur histoire s'est déroulée entre plusieurs allers-retours Belgique-Allemagne, ils construisent maintenant leur vie à trois avec leur petite fille. Lepetitjournal.com/cologne vous présente ce couple franco-allemand qui reste très respectueux l'un envers l'autre et qui réfléchit en tant qu'équipe.

Lepetitjournal.com/cologne : Quand et comment avez-vous rencontré votre partenaire ?

Karl : C'était en 2009 à Bruxelles dans une boîte de nuit.

Lola : C'était le 13 mars 2009. Nous avions chacun un ami qui était stagiaire pour la commission de l'Europe et ce soir là il y avait une fête. C'était dans une boîte de nuit à Bruxelles.

Dans votre vie quotidienne, vos différences culturelles se remarquent-elles et posent-elles parfois problème ?

Karl : Il est vrai que la barrière de la langue pose un peu problème. La plupart du temps, je m'exprime en anglais avec Lola. Mais en général, il est difficile d'exprimer totalement ses sentiments. C'est aussi la rencontre entre deux mondes bien distincts, deux cercles d'amis différents... Deux villes donc il faut prendre des décisions, il faut faire quelques sacrifices. Mais c'est intéressant de découvrir une autre culture à travers une personne. Sans Lola, je n'aurais jamais autant visité la Belgique, la France...

Lola : Oui, on les remarque. Je suis plutôt spontanée. Je peux organiser un dîner rapidement ou bien ne pas hésiter pour ma carrière. Karl, lui, planifie un peu plus. En ce qui concerne la langue, il y a du bon et du mauvais. Il est souvent difficile d'exprimer ses émotions entièrement car chacun manque de trouver les bons mots. C'est aussi un problème quand nous abordons un sujet précis et qu'il nous manque à chacun du vocabulaire. Je pense à notre déménagement ou aussi à l'idée des courses quand il faut acheter une spécificité.
Mais c'est aussi un bon point car le langage peut être une arme pour blesser l'autre et le fait d'avoir un vocabulaire léger empêche les mauvais mots de sortir et fait passer la colère.

Qu'est-ce qui vous a séduit le plus dans la culture de votre partenaire ?

Karl : A l'époque où Lola était encore à Bruxelles et moi à Cologne, je lui rendais visite les week-ends. Bien sûr la nourriture compte mais je n'ai jamais autant découvert une ville grâce à une personne.

Lola : Sa culture sportive. J'ai grandi dans une famille 'd'intellos' et je n'ai pas trop baigné dedans – je détestais le foot par exemple – mais le fait d'avoir rencontré Karl m'a fait éprouvé des sensations contraires. Je trouve aussi que les Allemands sont très polis envers les femmes. Ils sont loyaux et ont un sens du devoir que certains Français ou Belges n'ont pas. Je trouve cela rassurant.

Le moins ?

Karl : Le fait que sa langue ne soit pas ma langue maternelle. Mais j'ai beaucoup voyagé, j'ai appris à connaître déjà plusieurs cultures et je dois dire qu'il n'y a aucun fait choquant qui me saute aux yeux.

Lola : Je dirais que chaque vérité révèle un défaut. Je trouve que les Allemands manquent de souplesse en se tenant trop aux règles. Par exemple ; je trouve ça dingue qu'à 4h de matin, des gens attendent de traverser à un feu rouge alors qu'il n'y a aucune voiture. Et je trouve qu'au contraire, dès le moindre accroc, ça aurait tendance à partir dans les extrêmes.

Avez-vous rencontré des problèmes d'acceptation ou de compréhension de votre couple mixte dans votre entourage ?

Karl : Non, vraiment pas. Nos parents se sont tout de suite bien entendus. Nos deux familles sont multiculturelles donc très ouvertes. Le seul hic est encore la langue, quoi que les parents de Lola parlent un peu allemand déjà.

Lola : Non. Nous venons de deux familles avec beaucoup d'origines.

Votre prochain projet à deux ?
 
Karl : Il y en a beaucoup mais nous réfléchissons en ce moment à adopter un chat ou un chien.

Lola : On aimerait beaucoup acheter une maison mais malheureusement il n'y a pas beaucoup de choix à Cologne...

Votre dernier fou rire ?

Karl : On rit beaucoup de notre fille, Juliette. (sourire)

Lola : Je n'en ai pas à l'esprit mais je sais que nous rigolons tous les jours grâce à Juliette.

Son plus beau cadeau ?

Karl : Pour mes 30 ans, Lola m'a offert deux magnifiques montres.

Lola : Karl écrit de très belles cartes.

Votre lieu préféré à Cologne ?

Karl : Nous allons souvent nous promener au Tierpark de Lindenthal et j'apprécie ces moments en famille.

Lola : Nous aimons beaucoup le petit cinéma à Ebertplatz et nous allons souvent dans un restaurant au bord du Rhin entre Bonn et Cologne, au milieu de nulle part.

Quel serait le symbole de votre relation et pourquoi ?

Karl : Je pense en premier au respect. Il y en a énormément entre nous. On pense toujours à l'autre avant de décider de quoi que ce soit, on cherche avant tout à savoir ce qui est bien pour chacun de nous en temps que couple.

Lola : Beaucoup de respect. Nous nous sommes toujours encouragés, en tant qu'équipe. C'est totalement apaisant.

Propos recueillis par Lou Fougeray (www.lepetitjournal.com/cologne) Mardi 21 mars 2017

 
Cologne

MICRO-TROTTOIR - Francophonie : quels rapports les étrangers francophones entretiennent-ils avec la langue française ?

A l’occasion de la Semaine de la langue française et de la francophonie, qui réunit cette année du 18 au 26 mars les francophones du monde entier, Lepetitjournal Cologne est allé à la rencontre d’étrangers qui s’intéressent à cette langue et à la culture francophone. Natifs d’un pays en partie francophone, Allemands ayant choisi de l’apprendre à l’école ou passionnés qui s’y sont consacrés pour le plaisir, nous avons rencontré des profils très…
Une internationale

BAÏKA – La promesse d’un "voyage à chaque page"

Lancer un nouveau magazine est un pari audacieux. D’autant plus quand on souhaite s’adresser aux plus jeunes et les sensibiliser aux différentes cultures du monde. C’est pourtant le défi que s’est lancé Noémie Monier, éditrice et rédactrice en chef de Baïka, trimestriel dédié aux 8-12 ans qui cherche à travers son magazine à éveiller ses lecteurs à « l’autre », en mêlant fictions, récits mythologiques et documentaires. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment faire en sorte que chaque jour compte ?

Ce matin, comme tous les matins, ça sent bon le café et le pain grillé dans ma cuisine. Je prends le petit déjeuner avec mon mari et mon fils de 7 ans. J’adore ce moment de la journée. Je ne suis pas hyper vivace, par contre mon fils lui, il pète la forme, comme tous les jours !

FRENCH HEALTHCARE – Exporter l’excellence française en matière de santé

Largement envié à l’étranger, notre modèle de santé « à la française » bénéficie d’une solide réputation. La France a su devenir une référence en la matière, rayonnant bien au-delà des frontières de l’hexagone. Pour poursuivre sur cette voie, et apporter plus de lisibilité à ce secteur, Jean-Marc Ayrault vient de lancer le label French Healthcare, « la santé française, une excellence qui s’exporte », une marque unique fédérant tous les acteurs du secteur. 
Expat - Politique

MICHAELLE JEAN – "«J’aime, je partage», c’est parler comme un francophone"

Le 20 mars, c’est la Journée Internationale de la Francophonie. Pour l’occasion, nous avons rencontré une ardente protectrice de la langue de Molière, Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) depuis 2014. Très déçue de voir que la France a opté pour un slogan en anglais pour sa candidature aux Jeux Olympiques de 2024, elle nous parle avec enthousiasme de ses projets, notamment numériques, pour développer notre langue dans le monde.
Magazine
Frases de la vida frases de la vida frases de enamorados poeme d'amour Joyeux Anniversaire