ISCH LIEBEU DICHE - Lola et Karl : "le plus important, c'est le respect entre nous"

 

Lola et Karl viennent d'emménager à Cologne. Elle de Bruxelles, lui de Munich, tous deux issus de famille multiculturelle, et si le début de leur histoire s'est déroulée entre plusieurs allers-retours Belgique-Allemagne, ils construisent maintenant leur vie à trois avec leur petite fille. Lepetitjournal.com/cologne vous présente ce couple franco-allemand qui reste très respectueux l'un envers l'autre et qui réfléchit en tant qu'équipe.

Lepetitjournal.com/cologne : Quand et comment avez-vous rencontré votre partenaire ?

Karl : C'était en 2009 à Bruxelles dans une boîte de nuit.

Lola : C'était le 13 mars 2009. Nous avions chacun un ami qui était stagiaire pour la commission de l'Europe et ce soir là il y avait une fête. C'était dans une boîte de nuit à Bruxelles.

Dans votre vie quotidienne, vos différences culturelles se remarquent-elles et posent-elles parfois problème ?

Karl : Il est vrai que la barrière de la langue pose un peu problème. La plupart du temps, je m'exprime en anglais avec Lola. Mais en général, il est difficile d'exprimer totalement ses sentiments. C'est aussi la rencontre entre deux mondes bien distincts, deux cercles d'amis différents... Deux villes donc il faut prendre des décisions, il faut faire quelques sacrifices. Mais c'est intéressant de découvrir une autre culture à travers une personne. Sans Lola, je n'aurais jamais autant visité la Belgique, la France...

Lola : Oui, on les remarque. Je suis plutôt spontanée. Je peux organiser un dîner rapidement ou bien ne pas hésiter pour ma carrière. Karl, lui, planifie un peu plus. En ce qui concerne la langue, il y a du bon et du mauvais. Il est souvent difficile d'exprimer ses émotions entièrement car chacun manque de trouver les bons mots. C'est aussi un problème quand nous abordons un sujet précis et qu'il nous manque à chacun du vocabulaire. Je pense à notre déménagement ou aussi à l'idée des courses quand il faut acheter une spécificité.
Mais c'est aussi un bon point car le langage peut être une arme pour blesser l'autre et le fait d'avoir un vocabulaire léger empêche les mauvais mots de sortir et fait passer la colère.

Qu'est-ce qui vous a séduit le plus dans la culture de votre partenaire ?

Karl : A l'époque où Lola était encore à Bruxelles et moi à Cologne, je lui rendais visite les week-ends. Bien sûr la nourriture compte mais je n'ai jamais autant découvert une ville grâce à une personne.

Lola : Sa culture sportive. J'ai grandi dans une famille 'd'intellos' et je n'ai pas trop baigné dedans – je détestais le foot par exemple – mais le fait d'avoir rencontré Karl m'a fait éprouvé des sensations contraires. Je trouve aussi que les Allemands sont très polis envers les femmes. Ils sont loyaux et ont un sens du devoir que certains Français ou Belges n'ont pas. Je trouve cela rassurant.

Le moins ?

Karl : Le fait que sa langue ne soit pas ma langue maternelle. Mais j'ai beaucoup voyagé, j'ai appris à connaître déjà plusieurs cultures et je dois dire qu'il n'y a aucun fait choquant qui me saute aux yeux.

Lola : Je dirais que chaque vérité révèle un défaut. Je trouve que les Allemands manquent de souplesse en se tenant trop aux règles. Par exemple ; je trouve ça dingue qu'à 4h de matin, des gens attendent de traverser à un feu rouge alors qu'il n'y a aucune voiture. Et je trouve qu'au contraire, dès le moindre accroc, ça aurait tendance à partir dans les extrêmes.

Avez-vous rencontré des problèmes d'acceptation ou de compréhension de votre couple mixte dans votre entourage ?

Karl : Non, vraiment pas. Nos parents se sont tout de suite bien entendus. Nos deux familles sont multiculturelles donc très ouvertes. Le seul hic est encore la langue, quoi que les parents de Lola parlent un peu allemand déjà.

Lola : Non. Nous venons de deux familles avec beaucoup d'origines.

Votre prochain projet à deux ?
 
Karl : Il y en a beaucoup mais nous réfléchissons en ce moment à adopter un chat ou un chien.

Lola : On aimerait beaucoup acheter une maison mais malheureusement il n'y a pas beaucoup de choix à Cologne...

Votre dernier fou rire ?

Karl : On rit beaucoup de notre fille, Juliette. (sourire)

Lola : Je n'en ai pas à l'esprit mais je sais que nous rigolons tous les jours grâce à Juliette.

Son plus beau cadeau ?

Karl : Pour mes 30 ans, Lola m'a offert deux magnifiques montres.

Lola : Karl écrit de très belles cartes.

Votre lieu préféré à Cologne ?

Karl : Nous allons souvent nous promener au Tierpark de Lindenthal et j'apprécie ces moments en famille.

Lola : Nous aimons beaucoup le petit cinéma à Ebertplatz et nous allons souvent dans un restaurant au bord du Rhin entre Bonn et Cologne, au milieu de nulle part.

Quel serait le symbole de votre relation et pourquoi ?

Karl : Je pense en premier au respect. Il y en a énormément entre nous. On pense toujours à l'autre avant de décider de quoi que ce soit, on cherche avant tout à savoir ce qui est bien pour chacun de nous en temps que couple.

Lola : Beaucoup de respect. Nous nous sommes toujours encouragés, en tant qu'équipe. C'est totalement apaisant.

Propos recueillis par Lou Fougeray (www.lepetitjournal.com/cologne) Mardi 21 mars 2017

 
Cologne

ÉTÉ - Lepetitjournal.com Cologne fait une pause estivale

Après une année riche en événements politiques, sportifs et culturels, lepetitjournal.com/cologne fait une pause estivale à partir du 31 juillet et vous donne rendez-vous le 4 septembre. Toute l'équipe du petitjournal.com/cologne vous souhaite un très bel été !
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine