REVUE DE PRESSE - L’élection d’Emmanuel Macron vue par la presse allemande

Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, c’est avant tout un immense soulagement suite à la victoire du candidat pro-européen face à la présidente du Front National qui se fait ressentir de manière unanime dans toute l'Europe. Ainsi, on constate un ton plutôt unifié dans la presse allemande, qui plébiscite globalement le candidat d’En Marche !. Sans pour autant ne pas exprimer des réserves sur les capacités de ce candidat à la tête d'un mouvement tout neuf. Un petit tour d’horizon…

 

Un soulagement unanime…

Der Spiegel présente Emmanuel Macron et Marine Le Pen comme deux parfaits opposés, l’un étant considéré comme un candidat pro-européen, ouvert et qui aspire à une étroite collaboration entre l’Allemagne et la France, tandis que la candidate d’extrême-droite apparaît comme dangereuse en raison de son nationalisme et de sa volonté de sortir de l’Union Européenne. Le journal insiste sur le fait que le résultat de l’élection était décisif non seulement pour le destin de la France, mais aussi pour celui du monde entier.

T-Online titre au soir de l’élection que "Les Français ont accordé un délai de grâce à l’Union Européenne", à l’issue de ce scrutin perçu comme un "choix entre la peste et le choléra", et présente Emmanuel Macron comme le favori de tous les hommes politiques européens, tandis que le score de Marine Le Pen est qualifié de "tir de sommation" : il est suffisamment important pour être pris en compte et inquiéter les citoyens de toute l’Europe.

… mais des inquiétudes

Selon Die Frankfurter Rundschau, l’Europe peut "reprendre son souffle" suite à l’élection du nouveau président, tout en soulignant que le chemin d’Emmanuel Macron sera semé d'embûches, en ce qu’il ne remporte l’adhésion ni à gauche ni à droite et qu’il lui sera ainsi difficile d’obtenir une majorité parlementaire.

Die Frankfurter Allgemeine Zeitung émet également des réserves, évoquant les élections législatives françaises des 11 et 18 juin 2017 comme "l’épreuve la plus difficile" pour le futur chef de l’Etat. Selon le journal, le plus dur reste à faire. Il évoque également le ton froid de Moscou suite à l’annonce de la victoire de Macron, ainsi que le rejet de certaines de ses idées par des partis allemands.

Die Zeit n’hésite pas à qualifier Emmanuel Macron de populiste, qui, s’il ne répand pas la peur mais l’optimisme, contrairement à Marine Le Pen, n’est pas pour autant inoffensif. Après avoir rappelé qu’il est le plus jeune président français depuis Napoléon Bonaparte, populiste s’il en est, le journal insiste sur le fait que nous vivons dans une société plus individualiste que jamais, où les hommes politiques sont élus surtout de manière émotive, le populisme étant fondé sur l’émotion. Ainsi la victoire de Macron est-elle particulièrement fragile…

Enfin, Die Süddeutsche Zeitung parle de "mission délicate" pour le nouveau président, évoquant le caractère instable de ce mouvement tout neuf, qui fait déjà l’objet de nombreuses critiques. Le journal doute ainsi de la capacité du leader fraîchement élu d’En Marche !, parti inexpérimenté parce qu'âgé d'un an à peine, à rassembler une majorité autour de lui.

Morgane Levier (www.lepetitjournal.com/cologne) Mercredi 10 mai 2017

 

 

Enregistrer

Enregistrer

 
Cologne

ÉTÉ - Lepetitjournal.com Cologne fait une pause estivale

Après une année riche en événements politiques, sportifs et culturels, lepetitjournal.com/cologne fait une pause estivale à partir du 31 juillet et vous donne rendez-vous le 4 septembre. Toute l'équipe du petitjournal.com/cologne vous souhaite un très bel été !
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique
Magazine