AGRICULTURE BIO - Le marché du bio se porte très bien en Allemagne

Le bio connaît en Allemagne un succès très important qui ne cesse de se confirmer, au point que la demande dépasse largement l’offre : un Allemand sur quatre consomme régulièrement des produits issus de l’agriculture biologique alors que seuls 7% des surfaces agricoles allemandes sont consacrées à ce type d’agriculture. Pour cette raison, les produits bio doivent bien souvent être importés. Il est donc essentiel de favoriser ce type d’agriculture, qui séduit de plus en plus d’Allemands chaque année.

L’année 2016 a été une année tout à fait encourageante, au cours de laquelle on a constaté une sensibilisation importante des agriculteurs à cette question : 5 agriculteurs par jour en moyenne ont décidé de se convertir à l’agriculture biologique. Ainsi les associations promouvant le bio ont-elles pu se réjouir d’une augmentation d’environ 9% du nombre de fermes écologiques, qui sont aujourd’hui 26.855 en Allemagne et représentent un dixième du nombre total des exploitations.

Un marché fructueux et fructifiant…

Il s’agit en outre d’un marché particulièrement rentable. Le chiffre d’affaires total que représente l’agriculture biologique a ainsi augmenté d’un dixième en 2016, pour atteindre les 9,5 milliards d’euros. Les agriculteurs qui ont décidé de se consacrer au bio ont donc gagné au change, au détriment des agriculteurs conventionnels, ces derniers voyant chaque année leur chiffre d’affaires reculer, notamment en raison de la baisse du prix des produits de base tels que le lait ou les œufs. Le prix des produits bio quant à lui reste stable et bénéficie d’une demande qui ne cesse d’augmenter. Ainsi, les bénéfices des exploitations bio atteignent en moyenne 65.500 euros, contre seulement 31.667 euros pour les exploitations conventionnelles.

… et une offre pourtant toujours insuffisante par rapport à la demande

Pourquoi, dès lors, la production de produits bio en Allemagne est-elle toujours insuffisante ? Pourquoi les agriculteurs ne se consacrent-ils pas en plus grand nombre à ce marché si rentable ?

Tout d’abord, le chemin pour obtenir l’appellation de ferme bio est long et difficile. En moyenne, on compte trois années pour que la conversion soit effective, années durant lesquelles les coûts pour les agriculteurs sont très importants tandis que les produits vendus ne peuvent encore l’être au prix des produits présentés comme issus de l’agriculture biologique : les dépenses sont beaucoup plus importantes qu’auparavant tandis que les recettes restent celles d’une exploitation conventionnelle. Il existe bien des aides financières pour soutenir les projets de reconversion vers l’agriculture biologique, mais elles sont inégales et parfois difficiles à obtenir. En effet, l’Union Européenne propose des subventions pour l’agriculture, mais elles sont communes à toutes les exploitations agricoles, conventionnelles et biologiques. C’est ensuite à l’Etat fédéral allemand ainsi qu’aux Länder de décider de la part qui sera consacrée à la promotion de l’agriculture biologique.

Des propositions prometteuses pour étendre l’agriculture biologique

A l’occasion du salon de l’agriculture biologique de Nuremberg, qui s’est tenu en février, le ministre fédéral de l’économie Christian Schmidt (CDU) a exposé sa stratégie quant à la mise en place et à l’extension de l’agriculture biologique sur le territoire allemand. Ainsi, il a promis de travailler à ce que les surfaces consacrées à l’agriculture biologique soient multipliées par trois, c’est-à-dire qu’elles passent de 7% des surfaces cultivables actuellement à 20% des surfaces. Ses propositions ont été accueillies favorablement par les associations qui promeuvent l’agriculture biologique. La France et le Danemark, dont les surfaces consacrées à l’agriculture bio ont respectivement atteint un quart et un tiers des surfaces totales, sont présentés par ces dernières comme des exemples à suivre.

 Morgane Levier (www.lepetitjournal.com/cologne) Lundi 20 mars 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 
Cologne

ÉTÉ - Lepetitjournal.com Cologne fait une pause estivale

Après une année riche en événements politiques, sportifs et culturels, lepetitjournal.com/cologne fait une pause estivale à partir du 31 juillet et vous donne rendez-vous le 4 septembre. Toute l'équipe du petitjournal.com/cologne vous souhaite un très bel été !
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine