CINÉMA - Les Allemands ont boudé les salles obscures en 2016

A l’occasion de la 67e édition de la Berlinale, le festival international du film de Berlin, qui se déroule jusqu’au 19 février, lepetitjournal.com Cologne fait un point sur la fréquentation des salles de cinéma en Allemagne l'année dernière. Le constat est sans appel : le nombre de visiteurs a atteint en 2016 son niveau le plus bas depuis la réunification.


Des chiffres en baisse…

La fréquentation des cinémas est en chute libre : en 2016, le nombre de spectateurs a baissé de 13% par rapport à l’année précédente. Ainsi, seuls 121,1 millions d’Allemands se sont rendus au cinéma l’année dernière, ce qui a entraîné une chute de l’ordre d’un huitième des recettes liées à l’économie cinématographique – qui ne représentent plus qu’1,02 milliard d’euros – et l’augmentation de 6 centimes en moyenne du prix de la place. Il s’agit du niveau le plus bas depuis la réunification allemande et la pente s’annonce descendante. Si le nombre de cinémas reste stable pour le moment, on peut se demander si la situation ne va pas se dégrader en raison de la désertion progressive des salles.


… mais une évolution encourageante en ce qui concerne la production de films allemands

Si ces résultats sont décourageants, la FFA (Filmförderungsanstalt), institution publique fédérale qui promeut le cinéma allemand afin de contrer la prédominance des productions hollywoodiennes, constate une évolution positive du cinéma national. En ce qui concerne la distribution de productions non pas exclusivement commerciales, mais ayant au contraire une réelle valeur artistique, l’année 2016 est considérée comme excellente : la réalisatrice Maren Ade a remporté le prix FIPRESCI de la critique internationale au Festival de Cannes pour Toni Erdmann ainsi que le prix du meilleur réalisateur et du meilleur scénariste à l’occasion du Prix du cinéma européen. Le cinéma allemand parvient donc à s’exporter à l’étranger, tandis qu’en Allemagne 40% des 610 films projetés en 2016 étaient des films allemands (ce chiffre inclut également les coproductions avec les Etats-Unis). Ce succès est cependant à nuancer. Si ces films sont bien représentés, ils n’ont attiré que 27,7% des spectateurs, c’est-à-dire 10 millions de moins qu’en 2015. Il convient toutefois de saluer le succès du film Willkommen bei den Hartmanns, comédie de Simon Verhoeven qui traite de l’accueil de réfugiés par une famille allemande, et qui a attiré plus de 3,1 millions de spectateurs.


Les productions américaines continuent toutefois incontestablement de dominer le marché. Les trois plus grands succès de l’année 2016 en Allemagne sont en effet trois films d’animation américains, à savoir Zootopie, Comme des bêtes et Le monde de Dory (la suite du Monde de Nemo), qui ont chacun attiré plus de 3,3 millions de visiteurs.


Quel avenir pour la fréquentation des salles allemandes ?

Ces chiffres qui témoignent d’une baisse continue ne laissent rien présager de bon pour la fréquentation des cinémas allemands. En effet, la concurrence que représentent le téléchargement et le développement de la pratique du streaming ne risque pas de profiter à l’industrie du cinéma, bien au contraire. Malgré ce contexte, le président de la FFA reste optimiste en ce qui concerne le futur proche. La suite des films pour enfants Bibi und Tina et Hanni & Nanni, annoncée pour l’année prochaine, devrait continuer à attirer les jeunes spectateurs en grand nombre. En outre, de nouveaux films mettant en scène les acteurs Til Schweiger et Matthias Schweighöfer, ou encore Elias M’Barek, très populaires en Allemagne, sont aussi prévus pour l’année prochaine. Enfin, des subventions de plus en plus importantes sont accordées à la réalisation et à la distribution de films allemands. Ainsi, en 2016, 361 millions d’euros ont été investis pour soutenir le cinéma allemand, c’est-à-dire une hausse de 50 millions par rapport à l’année précédente. Ces investissements se sont, jusqu’à aujourd’hui, révélés payants.

Ces efforts suffiront-ils à faire redémarrer l’industrie du cinéma ? Rendez-vous dans les salles en 2018…

Morgane Levier (www.lepetitjournal.com/cologne) Mercredi 15 février 2017

Enregistrer

Enregistrer

 
Cologne

EUROVISION - Isabella "Levina" Lueen à l'image de l'Allemagne

Pour la 62e édition du concours Eurovision de la chanson le 9, 11 et 13 mai prochains, l'Allemagne entre en compétition pour le premier prix. C'est Isabella "Levina" Lueen, jeune chanteuse de Bonn, qui représentera l'Allemagne lors de la finale à Kiev en Ukraine. Lepetitjournal.com/cologne vous tire son portrait d'artiste
Une internationale

LYCEES FRANÇAIS – Constituer un réseau d’anciens élèves avec l’ALFM

La quatrième édition du Forum mondial des anciens étudiants du réseau de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (FOMA) se tiendra en avril prochain. Le président des associations des anciens des lycées français de l’étranger (ALFM), René Randrianja, fait le point sur les objectifs de son mandat et l’organisation de cet évènement international.
Actu internationale
En direct d'Europe
Athenes Communaute

MOI CARLA - Française à Athènes !

Quand la France débarque à Athènes, le choc est inévitable. Depuis une semaine, je vis à l’heure grecque. Tout un programme ! 
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine