LEGISLATIVES - Maeva Durand : "Mener une réelle politique de paix est une priorité"

 

A l'étranger, les élections législatives françaises se dérouleront les 4 et 18 juin 2017. Les éditions Allemagne de lepetitjournal.com s'unissent pour présenter à leurs lecteurs, avant le 4 juin, l'ensemble des candidats de la 7ème circonscription qui comprend 16 pays dont l'Allemagne. Cette semaine, nous avons interrogé Maeva Durand, candidate pour le Parti Communiste des Français-es de l’Étranger sur ses motivations et ses propositions pour les Français de l’étranger

Lepetitjournal.com Cologne : Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique ?

Maeva Durand : En tant qu’étudiante boursière jusqu’à l’année dernière, je me suis syndiquée pendant mes études à l’UNEF. On était alors sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy qui annonçait vouloir augmenter l’âge de départ à la retraite et la durée du temps de travail. Cette séquence m’a fait prendre en compte l’importance de l’engagement politique. J’ai alors rejoint le PCF et la Jeunesse Communiste. L’accès aux services publics, les réformes universitaires, l’égalité femmes-hommes, l’expulsion d’étudiants étrangers et la solidarité internationale sont autant de combats qui ont particulièrement marqué mon engagement.

Être députée de la 7ème circonscription, qu'est-ce que ça représente pour vous? Quels sont vos liens avec cette circonscription et l'Allemagne en particulier ?

J’ai vécu principalement en Allemagne dans différentes villes (Mayence, Göttingen, Leipzig et Berlin). En tant que chercheuse en formation à l’Institut National de Recherche Agricole (INRA) en Sociologie, travailler à l’étranger fait partie de mes perspectives professionnelles. Éric Bourguignon, mon suppléant, habite Munich. Je me suis rendue à Hongrie, en Slovaquie et en Autriche l’année dernière et je continue à développer des liens amicaux et militants avec plusieurs de ces pays. Il s’agit de prendre appui sur les citoyen-nes pour améliorer concrètement nos conditions de vie. La politique ne doit pas être réservée à une élite déconnectée de la population et des préoccupations spécifiques que peuvent avoir ceux et celles qui résident à l’étranger.

Quelles sont vos 3 priorités/propositions parmi les problématiques concernant les Français vivant à l'étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration...) ?

Mener une réelle politique de paix est une priorité. Comme de nombreux citoyens dans la 7ème circonscription, mon suppléant, Eric Bourguignon, a été très présent sur  l'accueil de réfugiés de guerre et climatiques en 2015-2016. Dans ce domaine, nos élus communistes ont été exemplaires, alors qu'Emmanuel Valls venait faire la leçon à Angela Merkel à Munich sur sa gestion de la crise des réfugiés lors d´une conférence sur la sécurité. Nous affichons clairement notre soutien aux démocrates turcs et kurdes. Il faut arrêter les guerres. Je m´engagerai pour la ratification d’un traité de désarmement nucléaire et un effort diplomatique supplémentaire en embauchant d’avantage de diplomates et de personnels dans les consulats et ambassades. Ce dernier implique un chantier d’importance ; la lutte contre l'exil fiscal (80 milliards d’euros) afin de retrouver des marges budgétaires dont profiteront nos concitoyen-nes pour augmenter le budget du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI). Troisièmement, avec mon équipe et nos appuis locaux, nous soutiendrons les projets d'échanges et de coopérations linguistiques, scientifiques et professionnelles et lutterons pour les trains de nuit entre la France et l'Allemagne.

Quel bilan portez-vous sur l'action du député sortant? Sur quel (s) plan (s) auriez-vous agi différemment?

Sur des questions de société (mariage pour tous, respect des binationaux, non poursuite de l'État d'urgence) nous aurions eu des points d'accord. En revanche nous nous opposons à la politique économique libérale qu’il aura menée dès son début de mandat. Alors qu’il a voté en faveur de l’ensemble des budgets du gouvernement depuis 2012, qui consacraient des réductions budgétaires au MAEDI, le voilà qui s’insurgeait contre les dysfonctionnements constatés lors du premier tour des présidentielles le 23 avril dernier. Ce manque de cohérence est pour nous un réel point de rupture. Pointons également les désaccords concernant les cadeaux au patronat du programme CICE payés par nos concitoyen-nes, sans qu’aucun emploi ne soit créé. De même lorsque Hollande et Macron ont continué la politique de financement du Crédit Impôt Recherche ou encore avec la Loi Travail qui fait baisser les droits des travailleur-ses en France et en Europe. Cette précarité sociale en France et en Europe obtenue à coups de 49.3 fait monter les partis d´extrême-droite. Ce sont encore les jeunes, majoritairement touchés par le chômage, qui en seront les premiers impactés.

Pour nous, l’enjeu est le suivant : comment doit-on répartir la richesse créée, afin de répondre aux besoins sociaux et écologiques de chacun ? Ce sont des thèmes qui étaient au cœur de campagnes populaires en Allemagne "umfairteilen", et qui interrogeaient la légitimité des accords tels que le CETA, TAFTA et TISA. J’ai participé aux manifestations contre ces traités, par ailleurs anti-démocratiques. Cela nécessite une orientation politique différente que nous avons commencé à engager lorsque nous avons soutenu Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, contrairement au député sortant qui affiche une nette affinité à E. Macron.

Propos recueillis par Magali Hamon (www.lepetitjournal.com/cologne) Jeudi 18 mai 2017

Les propositions du PCF
Profession de foi

Enregistrer

 
Cologne

ÉTÉ - Lepetitjournal.com Cologne fait une pause estivale

Après une année riche en événements politiques, sportifs et culturels, lepetitjournal.com/cologne fait une pause estivale à partir du 31 juillet et vous donne rendez-vous le 4 septembre. Toute l'équipe du petitjournal.com/cologne vous souhaite un très bel été !
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine