INTERVIEW - Alban Corbier-Labasse, directeur de l’Institut Français de Casablanca (2)

Vous êtes nombreux à connaître l’Institut Français de Casablanca et surtout les activités qui y sont organisées. L’équipe du lepetitjournal.com/casablanca s'assure de les partager et de les diffuser largement. Mais connaissez-vous la personne qui dirige cet établissement ? Il s’appelle Alban Corbier-Labasse, et a eu la gentillesse de nous recevoir et répondre à quelques questions. 

Parlez-nous de votre carrière professionnelle dans le milieu de la culture ?

Je suis arrivé en juillet 2013 à l’Institut Français (IF) de Casablanca en provenance de l’Institut Français de Dakar.

Avant le Sénégal, je m’occupais d’un théâtre et d’un Festival sur l’Ile de la Réunion. Avant cela, j’ai été au Mexique. J’ai aussi été à Toulouse dans un théâtre, également en région parisienne. J’ai d’ailleurs démarré ma carrière au Brésil.

Quelles sont vos fonctions au sein de l’Institut Français de Casablanca ?

Je suis directeur de l’IF de Casablanca qui est l’un des 12 sites au Maroc. Je suis rattaché à la Direction Générale qui se trouve à l’Ambassade de France à Rabat.

J’ai pour mission d’orchestrer les différentes missions rattachées à l’IF de Casablanca :

- la diffusion de la langue française par des cours de français. On a plus de 20 000 inscriptions cette année.

- la diffusion de la culture française et la promotion des échanges culturelles entre les artistes français et marocains au théâtre 121 ou hors les murs avec des partenaires publics ou privés ;

- le développement de la médiathèque pour enfant, adolescents et adultes. On a cette année plus de  8000 adhérents.

- l’organisation du service Campus France qui s’occupe de la mobilité des étudiants vers la France.

Mon rôle est d’orchestrer tous ces services là, mais j’ai aussi pour mission de faire le lien avec les autres IF pour essayer de travailler en réseau sur le Maroc.

Comment choisissez-vous la programmation culturelle ?

Le choix se fait de plusieurs manières. Il y a une partie de la programmation qui est décidée au niveau national lors de la saison France-Maroc. Pilotée par notre Direction Générale à Rabat, ensemble, avec tous les directeurs des IF du Maroc, on choisit des spectacles ou des expositions qui vont tourner durant toute l’année au Maroc. C’est le cas pour les grandes troupes, comme par exemple la Comédie Française l'année dernière. Faire venir pour une seule date une grosse troupe coute très chère. L’idée est de profiter de la venue au Maroc de ces artistes en programmant plusieurs dates sur les autres antennes au Maroc.

Chaque directeur dans son Institut a aussi une programmation locale. Là, il est libre d’inviter des artistes d’ici ou d’ailleurs en fonction de son budget. C’est un axe important à Casablanca. On veut accompagner la jeune scène artistique locale. On travaille beaucoup avec les artistes casablancais de la musique, de la photo ou du théâtre.

Est-ce que vos fonctions ont évolué ou est-ce que l’IF a changé depuis votre arrivée ?

Avant que j’arrive, l’IF était en travaux pendant 3 ou 4 ans. Durant cette période, mon prédécesseur a dû s’adapter et monter des actions hors les murs. Depuis mon arrivée, mon projet a été de faire revenir le public dans les murs de l’IF en multipliant la programmation, avec l’idée de proposer une offre culturelle quasi quotidienne aux casablancais.

Mon souhait est de faire intégrer la sortie culturelle dans les habitudes des casablancais.

Avez-vous des collaborations avec les écoles en vue de votre mission de promotion de la culture ?

On a beaucoup de partenariat avec toutes les écoles de l’AEFE et de l’OSUI, mais aussi des écoles publics. Beaucoup de ces partenariats concernent la partie des cours de langue, mais aussi la partie culturelle. Les classes viennent voir les spectacles.

On a aussi un programme d’éducation à l’image. Les enseignements sont formés à l’analyse filmique et viennent voir des films avec des enfants. Ils repartent avec des fiches pédagogiques  et travaillent dessus avec leurs élèves.

On a aussi un partenariat avec les universités avec notre service CAMPUS France. C’est le service de l’Ambassade par lequel on est obligé de passer si on veut étudier en France. On a donc beaucoup de relations avec les universités.

L'Institut Français a t-il des projets ?

En vue du ramadan qui sera au mois de juin, on a prévu une programmation très dense pour les mois d’avril et mai. Le programme sera disponible très prochainement. Cela va être 2 mois très riches en culture.

Pour en savoir plus sur les services et la programmation de l’Institut français de Casablanca, vous pouvez vous rendre sur leur site internet ou leur page facebook. Vous trouverez également toute leur programmation dans la rubrique Agenda et sur notre Facebook.

Nadia Jacquot (www.lepetitjournal.com/casablanca) lundi 20 février 2017.

 

 
Casablanca

DARIJA - La musique 2

Comme le chante si bien Nicoletta : "Pour moi la musique...Oui, la musique...Je le sais sera la clé...De l'amour, de l'amitié ". Si en plus vous…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine