LEGISLATIVES 2017 – Présentation de Dalila FORTIN, Candidate FN

 

Dalila FORTIN, investie par le Front national il y a quelques semaines, se présente aux Français du Maroc en tant que candidate à la députation de la 9ème circonscription. Inconnue de la scène politique, cette jeune femme se lance dans l'arène des élections législatives des français de l'étranger et compte bien séduire un maximum d'électeurs par ses convictions et par la fraîcheur qu'elle apporte à son partie.

LPJ : On ne vous connait pas. Parlez-nous de vous. Qui êtes-vous ?

Dalla FORTIN : J’ai 32 ans et suis graphiste de métier. Je suis française par mon père et marocaine par ma mère, mais j’ai grandi dans le Gard dans le Sud de France. C’est cette double cultures qui m’a donné envie de l’investir sur cette circonscription plus particulièrement. A 18 ans, j’ai quitté ma région pour faire  des études d'art. J'ai fait les beaux arts à Paris.

Comment est né votre engagement politique  ?

En 2010, je suis partie vivre à Bangkok pendant 1 an pour construire une exposition. C’est en rentrant d'Asie que je me suis rendue compte de la situation de la France. J'ai eu un choc. Il fallait agir pour ne pas laisser son pays s'effondrer.

J'ai grandi dans un contexte de gauche et j’ai fait de l’art par conviction. Je voulais exprimer des valeurs et faire changer les choses. Puis, je me suis rendue compte que l’art n’était pas suffisament pragmatique pour agir. C’est comme ça que je me suis retournée vers le FN. Mon engagement politique s’est révélé.

Pourquoi le Front national alors que vous étiez plutôt de gauche ?

Je me suis rendue compte qu’à gauche, il y avait trop d’incohérences. Pour moi la gauche, c’était vouloir faire le bien pour tout le monde, et même au bout du monde. A la base ce sont de beaux idéaux et de beaux sentiments, mais je me suis rendue compte du désastre que c’était. On allait vers un désastre, vers l’ingérence. On faisait plus de mal que de bien finalement.

Dans le discours du FN, j’ai compris que ce n’était pas un parti qui était contre les étrangers, contre la mondialisation et le monde extérieur. Au contraire, il est pour le développement de chaque culture ancrée dans son pays auprès des siens.

En 2017, nous sommes à l’aube d’un changement. On peut le voir en Grande Bretagne avec le Brexit ou aux USA avec les éléctions de Trump. C’est maintenant qu’il faut agir.

Avez-vous eu des fonctions politiques ?

Non c’est la première fois que je me présente.

Avez-vous une relation particulière avec les pays de la 9ème circonscription ?

Oui et non. Je me suis rendue plusieurs fois au Maroc. J’ai de la famille qui y vit, mais je n’ai pas passé tous mes étés comme le font beaucoup de franco-marocains.

 "Mon côté français me permet d’avoir du recul sur ma culture marocaine et mon côté marocain me permet de relativiser ma culture française. J’apporte cette vision avec ce recul."

L’opportunité que j’ai en représentant le FN pour ces élections est pour moi de retourner aux racines. Biensûr, il y a des manques,   de la compréhension et une correspondance.  J’ai eu envie de me réintéresser  à peu plus à ma culture. Je sais qu’il y a des ponts entre la culture française et la culture africaine. J’aimerai être active dans ce sens particulièrement. 

Quels sont les points de votre programme qui vous différencie des autres parties ?

La grande différence, c’est son désir de retisser des liens avec l’ensemble de l’Afrique. C’est le plu simportant. Les français de l’étrnager seront les pivots. 

On aimerait développer l’ERASMUS de la francophonie, c’est un symbole important. Dans un objectif de plus d’éducation, d’apprentissage de connaissances entre les pays francophones du monde entier et particulièrement d'Afrique.

Le Front National a un réel désir de réinvestir les relations entre l’Afrique et la France.

Nadia Jacquot (www.lepetitjournal.com/casablanca) lundi 1er mai 2017.

 

 
Casablanca

Au Maroc, des antibiotiques "dopés" aux huiles essentielles

Des antibiotiques "dopés" aux huiles essentielles: après 30 ans de recherche, le Marocain Adnane Remmal, qui a reçu en juin le "prix du public" de l'Office européen des brevets, espère contribuer à la lutte contre le fléau mondial des germes résistants.

DARIJA - La musique 2

Comme le chante si bien Nicoletta : "Pour moi la musique...Oui, la musique...Je le sais sera la clé...De l'amour, de l'amitié ". Si en plus vous…

CASA FESTIVAL - Le RDV des cultures

Organisé du 6 au 15 juillet, le Casa Festival revient avec une programmation riche et surprenante. Il se veut être le nouveau temps fort artistique…
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine