EXPAT - Les Français apprécient Mohammedia

L'Association des Français de Mohammedia (AFM) rassemblant 170 familles est une structure impliquée dans la vie locale et ouverte et tous. L'AFM a été créée fin 1999 dans une localité qui attire de plus en de Français travaillant à Casablanca ayant choisi de vivre au calme

Une partie de l'équipe de l'AFM avec sa présidente (à gauche), Isabelle Giraudet (photo LPJ Casablanca).

Si l'Association des Français de Mohammedia (AFM) a comme objectif d'aider la communauté française locale dans sa vie quotidienne ou dans la pratique de loisirs, elle revendique aussi sa volonté d'être une structure ouverte à toutes et tous.
Parmi ses adhérents, elle compte en effet des couples mixtes franco-marocain ou des Marocains séduits par les activités de l'AFM et par son ouverture d'esprit source d'échanges fructueux.
L'association peut d'ailleurs être comparée parfois à "un comité des fêtes"à la française, tant ses activités trouvent leur place dans la vie locale de Mohammedia. La présidente Isabelle Giraudet le confirme : "nous essayons aussi d'être des acteurs de la ville".

L'association participe en effet au Festival des fleurs, organise des expos de peintures, la Fête de la musique, un marché de Noël, a relancé le circuit automobile local, ou prend en charge l'entretien et la mémoire du cimetière européen de Mohammedia avec le soutien des adhérents du Maroc mais aussi de France.
L'AFM est reconnue auprès des autorités locales et consulaires françaises. Elle prodigue des conseils aux nouveaux ressortissants dans leurs démarches administratives en les orientant vers les bons circuits. C'est le quartier de la ville-basse qui attire le plus de Français ici. De même que les belles plages de la ville balnéaire, comme celle de Paloma. Une plage proche de l'avenue Mohammed V, l'une des plus longues du Maroc balisée de palmiers. Elle porte le patronyme de l'ancien souverain, père de l'indépendance, qui a donné son nom à Mohammedia, naguère appelée Fadela.


Actions sociales
Les enfants scolarisés à la Mission française de l'AEFE ou au groupe scolaire Claude Monnet partent ensuite pour la plupart au lycée Lyautey de Casablanca, avec souvent de bonnes connaissance de la langue arabe.
Car les petits Français de Mohammedia sont en contact avec leurs jeunes copains marocains dans leur vie quotidienne, ce qui facilite l'apprentissage de l'arabe. Ce rapprochement entre les deux cultures s'illustre aussi par un travail de promotion de la ville, auprès des décideurs économiques marocains et français. L'AFM développe des actions caritatives ciblées, avec l'orphelinat, à vocation éducative avec des écoles publiques marocaines, ou sociale après de familles marocaines démunies validées par sa commission Ad hoc.

L'activité culturelle y est également active, avec un nouvel atelier théâtre pour ados qui bénéficie de sa salle de spectacle, des cours de guitare, de langue arabe "avec une forte demande". L'AFM est également dotée d'une bibliothèque de prêts de livres français. Elle a également proposé à ses adhérents parents d'élèves l'achats de livres scolaires avec une réduction de 15 % qui a eu un grand succès pour cette rentrée scolaire 2007. L'association a aussi des tas de projets, autour de la littérature par exemple. "En invitant pourquoi pas des écrivains francophones ?" souhaite la présidente Isabelle Giraudet.
Didier BOUVILLE (www.lepetitjournal.com - Casablanca) mardi 11 septembre 2007

Contact : Association des Français de Mohammedia. Rue des Doukkalas. Mohammedia. Tél. 023 32 37 59. Mail : afmcontact@yahoo.fr

"Mohammedia Fedala"
Publié dans la collection "Chronique de villes"par la Librairie Nationale, "Mohammedia Fedala"nous livre l'histoire de la ville et offre une balade en images surprenante. Ses auteurs, Isabelle Giraudet et le photographe Christian Nicolas, reversent leurs droits d'auteur à l'Association des Français de Mohammedia pour ses actions caritatives.
Vendu 99 dhs, "Mohammedia Fedala"est indispensable pour ceux qui veulent découvrir une ville dont l'histoire est aussi celle du Maroc, et de son formidable développement économique.
 
Casablanca

DARIJA-La bijouterie

Faites un tour dans les souks du Sud du Maroc. Que cela soit à Marrakech, Agadir ou Taraudant, vous trouverez des bijoux en or ou en argent à un prix battant toute concurrence. Voici quelques phrases qui vous seront très utiles pour échanger avec ces vendeurs connus pour être très coriaces. Ces quelques mots en darija vous aideront à amadouer leur sens de la négociation.

DARIJA - Au bureau de tabac

Fumer n'est pas bon pour la santé. Nous le savons et pourtant certains ne peuvent s'en empêcher. Comment s'exprimer pour s'en procurer ? Telle est…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Afrique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine