Cambodge

ÉDUCATION/ENTRETIEN – La Canadian International School en immersion française

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Canadian International School (CIS) est une école anglophone qui s’ouvre sur la francophonie et propose aux élèves un programme d’immersion française. Lepetitjournal.com est allé à la rencontre de Yvan Duguay, professeur de CIS, qui nous explique l’importance du français dans leur système éducatif.

Étant une école anglophone, pourquoi avoir créé un programme d’immersion française ?

Ce programme a été créé pour les élèves francophones qui fréquentent CIS afin qu’ils puissent recevoir une partie de leur éducation en français comme dans de nombreuses écoles au Canada. Ce sont greffés à ce programme des élèves francophiles qui avaient les habilités langagières nécessaires, assez élevées et développées pour se joindre aux francophones. Le mélange des deux est très intéressant, il y a un bel échange de culture.

Nous voulions répondre aux attentes des parents, éduquer les enfants à être des citoyens universels pour qu’ils comprennent et acceptent les différences, qu’ils apprennent à connaître leurs voisins. Aussi, nous sommes des francophones, cela fait partie de nous, il est donc important que nous puissions exposer nos valeurs, nos traditions.

Comment ce programme fonctionne-t-il ?

Nous sommes trois enseignants certifiés du Canada, Stephane Hibon, Raphael Pech et moi-même. Nous délivrons le programme d’études de la province Alberta avec laquelle CIS est affiliée.

Les programmes d’immersion française connaissent déjà une énorme popularité au Canada. Ce ne sont pas des cours de français mais des cours donnés en français, à la fréquence de 2 heures par jour, comme pour les études sociales et les sciences. En début d’année, tous les élèves intéressés sont évalués, ceux qui ont les compétences requises intègrent le programme. Il est important de noter que si les enfants n’ont pas les compétences langagières nécessaires pour se qualifier pour le programme d’immersion française, ils ont tout de même la possibilité de prendre des cours de français comme langue étrangère de 40 à 50 minutes par jour.

L’apprentissage d’une deuxième ou troisième langue est très important ici, nous y consacrons beaucoup de temps.

Comment CIS contribue-t-elle au développement de la francophonie ?

Nous avons des activités parascolaires offertes aux élèves après les cours, également ouvertes aux élèves d’autres écoles avec de la natation, de l’escalade mais aussi des cours de français avec un enseignement théorique, par le jeu et par les arts ainsi que des cours pour les parents. C’est notre façon de participer au développement de la francophonie au Cambodge.

Dans nos cours de « langue française comme langue étrangère », nous essayons de transmettre les valeurs des cultures et traditions francophones. Nous avons également un partenariat avec l’École Française Internationale (EFI) avec qui nous avons beaucoup d’échanges et d’interactions. Les élèves des deux écoles partagent leurs repas, jouent dans la cour de récréation, participent à des activités ensemble, nous nous réunissons en assemblées où nous présentons des spectacles, des poèmes, des chansons. Ainsi nous essayons de faire rayonner la francophonie au sein de notre école et également au sein de la communauté.

Leïla Pelletier (www.lepetitjournal.com/cambodge) lundi 27 mars 2017

 
A la Une Cambodge

POLITIQUE – Florian Bohême, "un véritable engagement citoyen"

Il n'est pas anodin de s'engager dans une campagne électorale comme celle des législatives. Florian Bohême, seul candidat de la 11e circonscription des Français de l'étranger à vivre au Cambodge, nous explique son engagement citoyen, pourquoi il a mené campagne et tire un bilan de cette aventure de trois mois dans 23 pays différents.
Une internationale

RESEAU PSY EXPAT – Trouver un psy francophone à l'étranger

Comment être accompagné dans sa mobilité si l’on a besoin d’un suivi psychologique ? Créé par deux psychologues expatriées en Asie, Réseau PsyExpat est une plateforme à but non lucratif qui facilite la recherche de thérapeutes francophones partout dans le monde et les échanges entre professionnels
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine