Cambodge

SANTÉ – Paludisme, Sida, Vaccins… : dites stop aux clichés sur le Cambodge !

 

 


Il suffit de taper « Cambodge forum + le nom d’une maladie » pour se rendre compte que de nombreux mythes urbains circulent sur la santé au Cambodge. Le Petit Journal Cambodge a donc décidé de briser les clichés et démêler le vrai du faux.

 

“Au Cambodge, pour y aller, il faut faire tous les vaccins du monde !’’

FAUX 
Contrairement aux idées reçues, il n’est pas nécessaire de réaliser tous les vaccins du monde avant de se rendre au Cambodge. Pour les séjours de courte durée, il est recommandé de se faire vacciner contre l’hépatite A (une injection pour une protection d’une année, deuxième injection 6 à 12 mois après pour une protection à vie) et la typhoïde (une injection à réaliser deux semaines avant le départ pour une protection de 3 ans). Ces recommandations s’ajoutent aux vaccinations universelles inscrites au calendrier vaccinal français (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche et hépatite B).  Pour les séjours prolongés ou en milieu rural, les vaccins contre la rage et l’encéphalite japonaise sont aussi à effectuer. Attention : plusieurs injections sont nécessaires pour ces vaccins. 

 

“Il n’y a aucun hôpital agréé par les assurances ’’

FAUX MAIS
Même s’il est vrai que le niveau des infrastructures médicales est irrégulier, il existe cependant des établissements de santé répondant aux normes internationales. La liste des établissements recommandés par l’Ambassade de France est disponible ici. 
Cependant, en raison soit du coût de ces établissements soit du manque de moyens, un rapatriement ou un transfert dans un des hôpitaux voisins (comme ceux de Bangkok) seront peut-être nécessaires. Ainsi, nous ne pouvons que vous conseiller de souscrire à une assurance appropriée à votre situation et de bien vérifier vos garanties avant de signer le contrat.

Souvenez-vous, enfin, qu’en matière de prise en charge médicale de nombreux médecins français ou internationaux comme Naga Clinic, Cabinet Médical Français, SOS International, Procare, sauront parfaitement vous orienter vers les structures les plus adaptées au Cambodge ou à l’étranger, en fonction de la gravité des symptômes ou de la pathologie. N’hésitez donc pas à les contacter. 

 

« Ici, il vaut mieux éviter les contacts sexuels : tout le monde a le SIDA. »

FAUX
En 1997, le Cambodge était le pays avec la plus haute prévalence de la région Asie : 3,5% de la population était atteinte du Sida. Aujourd’hui, ce chiffre a heureusement bien baissé : le nombre de contamination par an est passé de 15 500 dans les années 1990 à 1 000 en 2011 et en 2015, on dénombrait 74 000 malades selon ONUSIDA pour une population de 15 millions. A titre de comparaison, en France, on compte 153.000 malades pour 66 millions d’habitants. Le risque est donc malheureusement encore aujourd’hui supérieur au risque des pays européens. Ainsi, il est recommandé une précaution particulière et d’effectuer les bons gestes de prévention en matière de transmission du VIH et des autres MST. 

 

« Au Cambodge, le paludisme est partout. » 

FAUX
Même si tout le pays est classé en zone 3 (sauf Phnom Penh), le risque paludique diffère fortement selon les régions. Dans la ville de Phnom Penh, il n’y a aucun risque de paludisme. Dans la région de Phnom Penh et celle du Tonlé Sap, le risque est faible : seule une protection contre les moustiques est recommandée. Dans le reste du pays, le risque paludique est plus élevé : une chimioprophylaxie (prise de comprimé préventif) peut être à envisager selon l’avis de son médecin. 

Notez tout de même que les moustiques transmettant le paludisme ne piquent que la nuit, à l’inverse de ceux transmettant la dengue, présente dans tout le pays. Ainsi, nous vous invitons à éliminer tous les récipients extérieurs (comme les pneus usagés) afin d’empêcher le développement des larves du moustique vecteur et à utiliser régulièrement des répulsifs contre les moustiques. Rappelons que la dengue aussi peut entraîner des complications graves, même si un vaccin développé depuis peu devrait bientôt être disponible.

 

« Au Royaume, les études de médecine se font en français. » 

VRAI
L’Université des Sciences de la Santé de Phnom Penh, le seul établissement public dispensant des cours dans ce domaine est à l’origine une université francophone. Cependant, devant la puissance de la langue de Shakespeare face à la langue de Molière, il semble que le français laisse de plus en plus de place à l’anglais. Ainsi, le Phnom Penh Post écrivait en 2016 à propos de cette université : « Les vieux profs donnent des cours en français, les jeunes en anglais. Et le khmer est encore utilisé dans les salles de classe ». 

L’astuce de parler français à votre médecin pour vérifier qu’il a bien fait des études devrait donc fonctionner encore quelques temps.

 

« Au Cambodge, impossible de se soigner avec de vrais médicaments ».

FAUX MAIS
Les pharmacies modernes comme Ucare Pharma délivrent des médicaments officiellement enregistrés au Cambodge, disposant d’un sticker attestant de leur origine. Bon nombre de ces médicaments proviennent de laboratoires français ou américains, même s’ils sont parfois fabriqués en Asie. Il existe même des médicaments fabriqués au Cambodge (laboratoires PPM), respectant les normes de qualité internationales. Cependant, dans les pharmacies traditionnelles ouvertes sur la rue, et notamment en province, le taux de faux médicaments passant clandestinement les frontières depuis la Thaïlande ou le Vietnam reste non négligeable. A cela s’ajoutent les produits mal conservés, ceux périmés ou encore ceux revendus à l’unité. Ainsi, pensez à toujours acheter vos médicaments dans leur boîte d’origine, ou au minimum sous blister. L’emballage doit comporter le numéro de lot et la date d’expiration.

 

 

 La rédaction (www.lepetitjournal.com/cambodge) vendredi 23 juin 2017

 
A la Une Cambodge

CULTURE - Sok Visal, Artiste couteau suisse

Réalisateur, compositeur, produc­teur, graphiste. Sok Visal a touché à tout. Cette année, il produira deux films, The Life Of Music coréalisé par Caylee So et In the Shade, un drame fan­tastique sur le traumatisme cambodgien, via 802AD Productions, sa société de production. Dans le même temps, il relance aussi son label de musique KlapYaHandz. Bref, à 46 ans, son année sera encore bien remplie.

MUSIQUE - CamboJam fête ses dix ans

CamboJam fête ce week end ses dix ans au Repuplic à Siem Reap. C’est l’occasion pour Rapahel Ferry, notre correspondant à Siem Reap de rencontrer…
Une internationale
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine