Cambodge

ENTRETIEN – Eva Nguyen Binh : « Une visite de haut niveau au Cambodge serait bienvenue »

 

Hier soir, une centaine de Français a répondu présent à l’invitation de l’ambassadrice de France au Cambodge, Eva Nguyen Binh  à se rencontrer autour d’un verre au Malis à Siem Reap.  Sollicitée de toute part, la nouvelle ambassadrice a tout de  même trouvé le temps de répondre à quelques questions du correspondant du PetitJournal.com Cambodge.

En poste depuis le 7 juin à Phnom Penh, l'ambassadrice de France au Cambodge venait à Siem Reap rencontrer différents partenaires de la relation franco-cambodgienne. Elle a aussi visité le chantier de restauration du temple du Mebon occidental mené par l’APSARA et la France. Elle a profité de l'occasion pour inviter l’ensemble de la communauté à se rencontrer autour d’un verre.

Dans un bref discours, l'ambassadrice a fait part de sa volonté de rencontrer les membres de la communauté française. Elle était accompagnée par Guillaume Narjolet, conseiller de coopération et d'action culturelle de l’ambassade et par Guillaume Massin, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge.

LePetitjournal.com Cambodge : Vous êtes en poste depuis peu. Quelles sont vos premières impressions sur le Cambodge, les Cambodgiens et les Français du Cambodge ?

Eva Nguyen Binh : Ce n’est pas la première fois que je viens au Cambodge. En ce sens, je ne me sens pas en terre inconnue. Le Cambodge est un très beau pays, où l’histoire et la culture sont omniprésentes. La puissance du site d’Angkor (et d’autres sites d’une grande richesse patrimoniale) nourrit beaucoup d’aspects de la vie au Cambodge.

Je me suis sentie bien accueillie ici, dès mon arrivée, par les Cambodgiens et par les Français du Cambodge. Le sourire et la gentillesse des Cambodgiens sont bien connus. J’ai trouvé les Français du Cambodge aussi souriants, simples dans les relations et c’est très agréable. Ils travaillent dans des secteurs très différents les uns des autres. Beaucoup sont au Cambodge depuis longtemps. Il y a beaucoup à apprendre à leur contact.

J’ai eu la chance d’arriver avant les célébrations du 14 juillet. Avant d’arriver, je n’étais pas convaincue que ce serait une bonne chose car faire un 14 juillet en venant juste d’arriver, ce n’est pas forcément facile. À posteriori, je trouve que c’était très bien car cela m’a donné de belles opportunités de rencontrer beaucoup de monde, français et cambodgiens, dans des occasions festives, y compris ici à Siem Reap lors de la fête organisée par l’Hôtel Victoria le 15 juillet, mais aussi le 13 juillet lors de la très grande soirée organisée par la CCIFC et les associations françaises et le 14 juillet à la réception officielle à l’Ambassade.

Quelles vont être les priorités de votre action au Cambodge ?

Je souhaiterais soutenir tout projet qui va dans le sens du développement des relations entre la France et le Cambodge et bien sûr œuvrer à la promotion des intérêts français.

Je dirais que politiquement, une visite de haut niveau au Cambodge serait bienvenue, pour montrer très visiblement notre engagement et sa continuité dans ce pays.

En matière économique et commerciale, soutenir la poursuite du développement des échanges entre nos deux pays (les investissements français au Cambodge ont plus que doublé ces trois dernières années) et des investissements français au Cambodge sont des priorités.

En matière culturelle, une importante priorité pour moi sera de mener à bien les travaux du CIC-Angkor (comité international de coordination) que je co-préside avec mon homologue japonais. Le Premier Ministre cambodgien vient de nous demander d’élargir le champ des compétences du CIC–Angkor au site de Sambor Prei Kuk, qui a été inscrit récemment au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est une belle reconnaissance du travail accompli par la France et le Japon depuis la création du CIC-Angkor en 1993.

Je tiens à dire aussi que je suis très attachée à la promotion de la langue française. La diversité linguistique est une richesse. Je me suis moi-même mise au khmer dès mon arrivée.

 

Voilà deux fois en quinze jours que vous venez à Siem Reap et cherchez à rencontrer les Français qui y vivent. Une telle proximité est nouvelle pour nous. Y a-t-il un style Eva Nguyen Binh ? Si oui, quel est-il ?

Tout le monde a son propre style. Donc oui, j’ai aussi mon propre style. Comme vous le voyez, j’aime rencontrer les gens, les écouter, découvrir l’endroit où ils travaillent et ce qu’ils font. Cela nourrit mes réflexions et m’inspire. Je crois en l’action collective. Cela ne veut pas dire qu’on peut tout faire avec tout le monde mais il est en tout cas certain que seul, on ne peut pas aller très loin.

Je dois toutefois vous prévenir que je ne pourrai pas venir à Siem Reap tous les 15 jours ! Mais je viendrai régulièrement. Il y a beaucoup de projets intéressants ici et une communauté française et francophone importante. C’est important de venir ici.

Propos recueillis par Raphael Ferry (www.lepetitjournal.com/cambodge) mercredi 2 août 2017

 
A la Une Cambodge

CULTURE - Sok Visal, Artiste couteau suisse

Réalisateur, compositeur, produc­teur, graphiste. Sok Visal a touché à tout. Cette année, il produira deux films, The Life Of Music coréalisé par Caylee So et In the Shade, un drame fan­tastique sur le traumatisme cambodgien, via 802AD Productions, sa société de production. Dans le même temps, il relance aussi son label de musique KlapYaHandz. Bref, à 46 ans, son année sera encore bien remplie.

MUSIQUE - CamboJam fête ses dix ans

CamboJam fête ce week end ses dix ans au Repuplic à Siem Reap. C’est l’occasion pour Rapahel Ferry, notre correspondant à Siem Reap de rencontrer…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine