Cambodge

COOPÉRATION - La France forme des gendarmes cambodgiens à Siem Reap

Un officier de police français, est venu à Siem Reap du 21 au 27 mai pour former une trentaine de gendarmes cambodgiens titulaires de la qualification d’OPJ (officier de police judiciaire) aux techniques d’auditions des mineurs victimes d’agression sexuelle.

Depuis quelques temps, notamment depuis la fin des années 2000 qui a vu la Thaïlande renforcer ses dispositifs contre le tourisme sexuel, nombre de prédateurs se tournent vers le Cambodge. Chaque année, des milliers d’enfants sont victimes ou témoins d’agressions sexuelles.

Or le crime sexuel contre des enfants, de par la nature même de la victime, nécessite l’emploi de techniques spécifiques d’auditions. Sans preuves physiques ou matérielles, c’est souvent la parole de l’enfant qui se retrouve au coeur de l’investigation judiciaire. Il faut savoir la recueillir pour caractériser l’infraction et disposer du maximum d’informations pour identifier l’auteur des faits. Il s’agit aussi de préserver l’enfant lors de l’interrogatoire et de ne pas rajouter un autre traumatisme à celui qu’il a déjà subi.

Or un accord de coopération existe depuis 1994 entre la gendarmerie nationale et la gendarmerie royale khmère. C’est dans ce cadre qu’un officier de police de la brigade des mineurs et de protection de la famille de la sûreté départementale du Calvados, le commandant de police Laurent Houssier est venu au Cambodge du 21 au 27 mai 2017 afin de former 30 officiers de la GRK aux techniques d’auditions de mineurs victimes de violences et notamment d’atteintes sexuelles. 

Le stage a alterné les connaissances théoriques relatives à la psychologie infantile et les techniques particulières pour recueillir le témoignage d’un mineur victime de violence avec des phases pratiques où les stagiaires ont pu mettre en application leur savoir-faire fraîchement acquis par des jeux de rôle.

Outre l’échange d’expérience professionnelle et de compétence, l’enjeu de cette formation est de permettre aux gendarmes cambodgiens de faire face aux affaires de violences sur mineurs dans les meilleures conditions possibles afin de pouvoir conduire les enquêtes à leur terme.

Depuis 2014 ce sont 52 officiers de la GRK, dont 12 officiers féminins, qui ont été formés en matière d’audition de mineurs victimes. Le nombre de femmes dans les forces armées royales khmères (FARK) est assez faible. Les femmes sont souvent cantonnées dans des tâches annexes. Dans ce cas précis, elles sont officiers, titulaires de la qualification d’OPJ et donc enquêteurs à part entière. De plus, dans une société traditionnelle, et en l’absence de psychologues lors des auditions (c’est une obligation en France), il est important d’avoir des femmes pour mener ce type d’auditions. L’objectif est de ne pas créer un autre traumatisme en interrogeant les victimes qui doivent se remémorer et décrire des faits de violences ou d’atteintes sexuelles qu’elles ont subies.

Cette formation s’inscrit dans une volonté de décentraliser les stages en province pour que ce ne soit pas seulement les gendarmes de la capitale qui bénéficient de formations techniques. Des gendarmes mieux formés et mieux entrainés sont plus efficaces et plus compétents dans leur travail quotidien de sécurité publique ce qui accroit la confiance de la population pour ses forces de sécurité. Aujourd'hui, lundi 12 juin une autre formation commence à Banlung dans le Ratanakiri.

Raphaël Ferry (www.lepetitjournal.com/cambodge) lundi 12 juin 2017

 
A la Une Cambodge

Tokaé ou « le Cambodge autrement »

Fabrice Bernard est le directeur de Tokaé, une agence de voyage loin d’être classique. Créée en 2012, cette structure a le positionnement particulier d’accompagner des voyageurs et non des touristes sur le territoire cambodgien. Cette offre s’adresse à celles et ceux qui sont en quête de découvertes, d’enrichissement personnel et d’aventures. Cinq ans plus tard, Tokaé a su imposer son style atypique et se retrouve même «victime» de son succès.
Une internationale

HIKARI – Plongez au cœur de La Havane, Tokyo ou encore Rio !

Désignant la lumière en japonais, le terme Hikari aura sans doute séduit les éditions françaises du même nom, qui à leur façon souhaitent elles aussi mettre le monde en lumière. Avec leur collection « Portraits Ville » elles ont pour ambition de renouveler le genre du livre de voyage, et de faire découvrir à leurs lecteurs de façon intime et personnelle les moindres recoins d’une métropole à travers le regard de ses habitants. Cet été, 3…
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Actualité

CHARLES AZNAVOUR - Il n'est jamais trop tard

Charles Aznavour a accepté de répondre aux questions des éditions de Perth et de Nouvelle-Calédonie, qui ont la joie de vous proposer cette…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine