Cambodge

POLITIQUE – Le regard de Pen Bona sur les dernières élections

 

Le journaliste Pen Bona, rédacteur-en-chef de PNN décrypte pour nous les élections communales cambodgiennes caractérisées cette année par un taux de participation historique, la victoire du CPP, actuellement au pouvoir mais surtout par l’importante progression du parti de l’opposition CNRP.

Lepetitjournal.com Cambodge : Quelles sont les leçons à tirer de cette élection?

Pen Bona : C'est une très bonne élection qui s'est déroulée dans une atmosphère paisible, libre et transparente comme le soulignent les partis politiques, les observateurs locaux et internationaux. C’est la première de ce genre au Cambodge. Le bilan de ces élections est positif, tout le monde y gagne:
  - L’opposition, du fait de son importante progression.
  - Le parti au pouvoir, parce qu'il peut maintenir sa position comme le seul parti majoritaire au Cambodge.
  - Le peuple cambodgien, parce que désormais les deux partis vont devoir s’améliorer pour être à la hauteur des attentes de leurs concitoyens. 

Le taux de participation a considérablement augmenté. Pensez-vous que cela est dû à l'intérêt grandissant des Cambodgiens pour la politique où est-ce dû à un désir de changement?

Le taux de participation, près de 90%, est le plus élevé depuis les premières élections en 1993, c’est-à-dire 24 ans. Cette augmentation explique l'intérêt grandissant des Cambodgiens pour la politique. Certes, ceux qui ont voté pour l'opposition ont un désir de changement. Mais, à travers les leçons du passé à tirer et à travers l'expérience dans le monde actuel notamment en Syrie, Libye ou encore en Iraq, le changement reste toujours une question sensible pour beaucoup de Cambodgiens. C'est la raison pour laquelle la majorité de nos concitoyens ont voté pour le parti au pouvoir, pour maintenir la paix et la stabilité du pays en le poussant à réformer en profondeur au lieu d’effectuer un changement brutal qui risquerait de déstabiliser le pays.

En ce qui concerne les résultats, la population urbaine a majoritairement voté pour le CNRP contrairement à la population rurale qui a majoritairement voté pour le CPP. Pourquoi d’après vous ?

La population urbaine est mieux éduquée et a davantage accès à l'information et à Internet. Du fait de la mondialisation, la modernité et d’un mode de vie beaucoup plus développé, les gens veulent tout naturellement le changement. Aussi, le décalage entre riches et pauvres pousse les plus vulnérables à vouloir le changement. C'est la raison pour laquelle l'opposition gagne plus facilement du terrain tandis que le parti au pouvoir reste plus fort dans les zones rurales.

Pourriez-vous enfin commenter l’importante progression du CNRP cette année, parti qui malgré cette progression semblait espérer plus de votes?

Pour moi, ce n'est pas une surprise car c'est tout à fait normal que le CNRP progresse par rapport à l’élection communale de 2012 car à l'époque le parti de Sam Rainsy était petit et isolé. Pour prédire les prochaines élections législatives de 2018, il faut se pencher sur le résultat des élections de 2013. A cet égard, le CPP gagne plus de 300 000 nouvelles voix par rapport aux élections de 2013 alors que celles du CNRP fait un moins bon score. Cependantle CPP n’a qu’un an pour montrer à la population qu’il travaille à réformer le pays. Ce résultat sera crucial pour les prochaines élections législatives.

D'ici 2018, les deux partis vont passer une épreuve difficile. Le parti au pouvoir devra redoubler d’efforts pour satisfaire les électeurs tandis que les nouveaux élus de l'opposition devront, de leur côté, montrer qu’ils ont les compétences et qu'ils sont meilleurs que leurs prédécesseurs. Au contraire, s'ils sont pires, certains électeurs retourneront au CPP.

Propos recueillis par Leïla Pelletier (www.lepetitjournal.com/cambodge) jeudi 8 juin 2017

 
A la Une Cambodge

Tokaé ou « le Cambodge autrement »

Fabrice Bernard est le directeur de Tokaé, une agence de voyage loin d’être classique. Créée en 2012, cette structure a le positionnement particulier d’accompagner des voyageurs et non des touristes sur le territoire cambodgien. Cette offre s’adresse à celles et ceux qui sont en quête de découvertes, d’enrichissement personnel et d’aventures. Cinq ans plus tard, Tokaé a su imposer son style atypique et se retrouve même «victime» de son succès.
Une internationale

HIKARI – Plongez au cœur de La Havane, Tokyo ou encore Rio !

Désignant la lumière en japonais, le terme Hikari aura sans doute séduit les éditions françaises du même nom, qui à leur façon souhaitent elles aussi mettre le monde en lumière. Avec leur collection « Portraits Ville » elles ont pour ambition de renouveler le genre du livre de voyage, et de faire découvrir à leurs lecteurs de façon intime et personnelle les moindres recoins d’une métropole à travers le regard de ses habitants. Cet été, 3…
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Actualité

CHARLES AZNAVOUR - Il n'est jamais trop tard

Charles Aznavour a accepté de répondre aux questions des éditions de Perth et de Nouvelle-Calédonie, qui ont la joie de vous proposer cette…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine