Cambodge

GASTRONOMIE – Maison du Burger, du bio, du bon et du beau

 

Il y a 7 mois, Sara a ouvert à Phnom Penh Maison du Burger, un restaurant à burger qui sent bon le fromage français et les desserts faits maison, dans la très animée rue 278. Rencontre avec cette trentenaire militante du burger « healthy ».

« J’ai choisi Phnom Penh car je voulais vivre dans une ville à taille humaine en Asie du Sud-Est » nous explique Sara, parisienne convaincue, ayant vécu auparavant deux ans au Laos. À son arrivée dans la capitale du Royaume des merveilles, il y a deux ans, Sara ne trouve pas « d’endroit sympa pour manger un burger comme à la maison ». C’est ainsi que lui vient l’idée de créer son restaurant, une première pour elle.

Une antithèse du fast-food

Fille d’un prof’ de sports, Sara veut prouver que le burger n’est pas seulement un repas calorique que l’on peut manger avec les mains en 5 minutes devant son ordinateur. « Chez nous, tout est fait maison y compris la viande, hachée sur place. Nous pouvons donc contrôler toutes les qualités nutritionnelles de nos burgers » nous explique Sara. Les steaks qui composent les burgers ont par exemple un taux de matière grasse situé entre 1 et 2% alors qu’en supermarché, le plus faible taux que l’on peut trouver est de l’ordre de 5%. Autre particularité : ici, on mange avec une fourchette et un couteau, comme dans les « vrais restaurants ».

Comme tous les restaurants de qualité, Maison du Burger souhaite avoir les meilleurs produits possibles. « Nous avons fait le choix d’avoir un maximum de produits bios » nous raconte la restauratrice. Ainsi, la viande, les légumes, les fruits, et les boissons sont issus de l’agriculture biologique. « Au début, il faut expliquer à nos clients l’intérêt de manger bio » souligne Sara. Par exemple, pour le vin bio, le goût est le même que le vin normal mais la qualité est bien supérieure : « comme le vin bio contient moins de sulfites, il y a le lendemain, moins de risque de ‘gueule de bois’ ». Les sodas pas très éco-friendly, ni régime-friendly, sont aussi bannis de Maison du Burger, où on préfère servir du jus de citron ou des jus de fruits frais. Malgré la difficulté de trouver du bio certifié au Cambodge, Sara n’a sélectionné que des produits locaux de qualité : « cela n’a pas de sens écologiquement et économiquement de faire venir de la viande d’Australie ». Seuls le chocolat pour la mousse au chocolat et le fromage viennent de France et d’Angleterre. Le pain quant-à-lui est livré tous les matins par Éric Kayser.

Un burger Version française Made in Phnom Penh

Le menu a été élaboré par un chef français, qui a également formé le personnel en cuisine. Cela permet ainsi au restaurant de la rue 278 d’avoir des hamburgers raffinés. « Mon burger préféré ? C’est le Bleu. Il s’agit d’une recette élaborée avec du miel, de la pomme verte et de la Fourme d’Ambert. » détaille la burger-addict. Le best-seller, quant-à-lui, est composé d’œuf et de Comté. Chaque mois, un burger inédit est proposé : ce mois-ci, c’est le Spicy, décrit comme un burger fin mais pimenté. Pour les plus gourmands, le restaurant propose aussi 3 desserts : tiramisu, mousse au chocolat et crème brulée, le dessert favori des clients khmers.

Pour servir ses burgers « de luxe », la souriante patronne voulait un écrin à son image. Elle a ainsi transformé une ancienne agence de voyage en maison à hamburger. « C’est un super emplacement, car dans ce quartier, se mélangent touristes, expats et locaux ». Les locaux, justement, sont curieux de goûter ses burgers même si « au début, ils sont un peu frileux et préfèrent commencer par une salade mais en général, ils reviennent pour tester nos burgers ». Bref, Sara espère bien devenir la Burger Queen de Phnom Penh.

Infos pratiques :
Maison du Burger -
10 Street 278, Phnom Penh
Commande possible sur MealTemple et Nham24

 La rédaction (www.lepetitjournal.com/cambodge) vendredi 4 août 2017

 
A la Une Cambodge

DIGITAL - Adrienne Ravez, une social-geek au Cambodge

L’endorphine est une hormone produite naturellement par le corps humain afin d’agir comme un neurotransmetteur lorsque ce même corps est sujet à une activité intense. La fonction de l’endorphine ? Apporter une sensation de bien-être à l’humain. Il est possible de faire une analogie avec Endorphine Concept, la société cofondée par Adrienne Ravez il y a de cela quatre ans. En effet, le but d’Endorphine Concept est d’apporter des solutions…

MUSIQUE - CamboJam fête ses dix ans

CamboJam fête ce week end ses dix ans au Repuplic à Siem Reap. C’est l’occasion pour Rapahel Ferry, notre correspondant à Siem Reap de rencontrer…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine