SOMMET ASEAN 2012 - Phnom Penh au centre de la diplomatie régionale

Les dirigeants des pays voisins et des grandes puissances asiatiques et américaines convergent durant quelques jours dans la capitale cambodgienne, dont le fonctionnement quotidien devrait être affecté.

Le Cambodge se prépare à partir d’aujourd’hui à un nouveau ballet diplomatique, en accueillant à la fois le 21e sommet de l’Asean, et le 7e sommet de l’Asie orientale. Jusqu’au 21 novembre, les artères de la capitale seront sillonnées par les allées et venues des délégations officielles, au grand dam des habitants vivant le long des grands axes qui seront totalement bouclés. Les écoles, de même que les commerces situés sur le boulevard de la Confédération de Russie, qui mène à l’aéroport, seront ainsi fermés plusieurs jours d’affilée. Les indigents et mendiants de la capitale ont été embarqués pour être parqués dans des centres le temps que dureront les rencontres entre sommités. Et les autorités ont recommandé aux habitants de ne pas laisser traîner leurs ordures, afin de ne pas contrarier l’image de marque de la ville qu’elles entendent promouvoir auprès de leurs invités.

Tournée américaine
Parmi les hôtes de marque attendus, le Premier ministre chinois Wen Jiabiao, le président sud-coréen Lee Myung-bak, et le président américain tout juste réélu, Barack Obama. Ce dernier sera en visite au Cambodge les 18 et 19 novembre, après un passage en Birmanie et en Thaïlande. Une tournée qui souligne l’importance stratégique de la région aux yeux des Etats-Unis, sur fond d’influence croissante de la Chine, nouvelle puissance mondiale. Si la Thaïlande est un allié de longue date, malgré une relation parfois en dents de scie, la Birmanie représente pour les Etats-Unis un nouveau partenaire potentiel, depuis que le pays a été réadmis au sein du concert des nations à la suite des réformes entamées depuis deux ans. Rangoun semble notamment remettre en question la relation de dépendance qui l’unissait à Pékin depuis plusieurs décennies. Le Cambodge, en revanche, vit une véritable lune de miel avec la Chine, devenue récemment le premier contributeur en aide directe et un des premiers investisseurs dans le pays.

La bonne tenue du sommet représente aussi un enjeu pour le Premier ministre Hun Sen, le doyen des leaders de la région, qui aura pour tâche de conduire les discussions. Le Cambodge aimerait éviter que se reproduise le scénario du mois de juillet, où les représentants de l’Asean s’étaient séparés sans parvenir à un communiqué commun, pour cause de dissension au sujet de la souveraineté en "mer de Chine du Sud". Le Vietnam et les Philippines sont parmi les plus en pointe dans l’opposition à la Chine sur ce dossier.

Mobilisation des ONG
Enfin, les laissés pour compte du développement, représentants des sans-terre, des salariés, entendent également se faire entendre à cette occasion. Une tentative de marche de l’AGPA (Asean Grassroots People Assembly), une coalition d’ONG et de syndicats, doit se tenir aujourd’hui jeudi 15 novembre, malgré le refus d’agrément des autorités. Les activistes ont d’autre part dénoncé les pressions exercées sur le restaurant Stung Meas, qui accueillent leurs débats. Lundi, l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch a en outre publié un rapport explosif, recensant près de 300 assassinats politiquement motivés au Cambodge depuis vingt ans. Selon l’ONG, les responsables de ces meurtres impunis appartiennent tous aujourd’hui aux plus hauts cercles du pouvoir. Le porte-parole du Conseil des ministres a vigoureusement rejeté ces conclusions, et dénoncé une "opération de propagande" alors que le Cambodge est depuis quelques jours sous le feu des projecteurs.

Samuel Bartholin (http://www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Jeudi 15 novembre 2012

 
A la Une Cambodge

ASSOCIATION – Sipar fête ses 35 ans

Sipar, qui a reçu l’award « Best Practices of Literacy » décerné par la Bibliothèque du Congrès à Washington D.C en 2016, célèbre cette année son 35ème anniversaire. Des diaporamas photos et vidéos vont être diffusés tout au long de l’année sur leur page facebook, « Sipar Cambodia » pour retracer la genèse de l’association et les nombreuses actions qui ont été menées. Lepetitjournal.com Cambodge a rencontré Maÿlis Jannic, Responsable de la…
Une internationale

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION ET IMPATRIATION - Le revers de la médaille

De plus en plus d’entreprises transfèrent une partie de leurs activités à l’étranger, vers des pays à moindre coût. L’expatrié et l’impatrié sont destinés à être le lien physique entre le siège et son centre d’opération délocalisé pour assurer le contrôle des opérations et procéder aux transferts de connaissances entre les deux entités. Or il s’avère que le transfert de personnel n’a pas toujours un impact positif !

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Expat - Politique
Magazine