PROCES CHUT WUTTY - Selon ses proches, ''justice n’est toujours pas faite''

''Vas-y. Tue-moi'' aurait crié Chut Wutty au policier militaire In Rattana qui le menacait de mort s’il ne restituait pas sa carte mémoire pleine de photos. C’est tout ce que la justice cambodgienne dévoilera de la dispute qui a couté la vie de ces deux hommes le 26 avril dernier dans la province de Koh Kong, au Sud-Ouest du Cambodge.

Tous deux ont été abattus à côté des installations de l’entreprise d’abattage Timbergreen. Chut Wutty, l’un des personnages les plus vocaux sur le trafic illégal de bois au Cambodge, voulait montrer à deux journalistes du Cambodia Daily les activités menées par l’entreprise dans la forêt. En tant que policier militaire, In Rattana se devait d’assister les agents de sécurité de Timbergreen. Collaboration entre les autorités et les investisseurs privés sont de mise dans la région.

Le 4 octobre, la Cour municipale de Koh Kong a annoncé qu’elle ne se prononcerait pas sur les circonstances de la mort de Chut Wutty. Selon le Phnom Penh Post, le cas est clos pour la juge car ''le coupable est mort'', et il est clair qu’In Rattana a tué Chut Wutty après qu’il a prononcé ces mots. Toutefois, la mort d’In Rattana restait à élucider. Selon la dernière version officielle, c’est l’agent de sécurité de Timbergreen, Ran Boroth, qui l’aurait tué en essayant de le désarmer. Ce n’est pas l’avis de l’un des neveux de Chut Wutty qui a assuré au PetitJournal.com qu’''In Rattana agissait normalement et ne provoquait pas Wutty. Ce n’est pas lui qui l’a tué''. Il a ensuite ajouté : ''Ce n’est pas non plus Boroth qui a tué Rattana. Le cas doit être réouvert.''

Ce n’était pas non plus l’avis des autorités de Koh Kong qui ont d’abord hésité sur le fait que des balles avaient ricoché sur la voiture de Wutty, les tuant tous deux, ou que Wutty ait tiré le premier. Par la suite, on a également appris que, pris de remords après avoir tué Wutty, In Rattana aurait pu serait suicidé, avant de connaître la version qui a été défendue ce 4 octobre.

Pendant l’heure et demie qu’a duré l’audience, Ran Boroth a justifié son acte d’''homicide involontaire'' en affirmant vouloir éviter à d’autres personnes d’être tuées. Ses propos ont été corroborés par le responsable du comité d’enquête nommé par le gouvernement sur ce cas le 1er mai. Ce dernier a insisté sur le fait que Ran Boroth voulait ''protéger les journalistes''. Dans un article publié sur le site américain The Huffington Post, l’une d’elles rapporte qu’elles ont entendu des policiers militaires dire ''tue-les''. http://www.huffingtonpost.com/olesia-plokhii/cambodia-deforestation_b_1876136.html. Le verdict sera rendu le 8 octobre 2012.

Deux organisations locales ont appelé à de plus amples recherches. Le représentant de l’organisation de défense des droits de l’homme Licadho à Koh Kong, a déclaré au PetitJournal.com que ''l’audience donne une mauvaise version des faits. Justice n’est toujours pas faite''. C’est également l’avis de l’Association pour les droits de l’homme et le développement au Cambodge (Adhoc) :''Le mystère demeure et l’information apportée n’est pas suffisante pour obtenir justice''. D’après les ONG présentes parmi la dizaine de personnes qui a assisté à l’audience, seuls deux témoins ont été entendus sur les sept attendus. Elles auraient aimé voir un médecin légiste et ''l’homme masqué'' qui figure à côté de Chut Wutty sur certaines photos et qui pourrait être un témoin clé.

''Personne n’a quitté la scène du crime. Cela devrait être un jeu d’enfant à élucider. J’attends de voir. Je sais que justice sera rendue à Wutty tôt ou tard'', a conclu son neveu.

Clothilde Le Coz (http://www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Vendredi 5 octobre 2012

Cambodge

HIGH TECH - Six recommandations pour encadrer la création de votre « App »

Dans la série des nouveaux modèles d’affaires, celui du développement des applications mobiles s’est considérablement accru. Le Cambodge n’échappant pas au phénomène[1], des entreprises locales[2] se lancent dans la conception et la commercialisation d’applications mobiles et les professionnels en sont friands !
A la une
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION - L'ombre de mon mari

"Après plusieurs expatriations, et à tout juste 34 ans, l'avenir de mon mari s’annonce brillant. Le mien ? Ce déménagement super glamour à Rome il y a déjà 9 mois est la tragique confirmation que je suis devenue malgré moi, l’ombre de mon mari, ou encore pire, « l’ombre de son ombre » comme le chantait Brel. À force de ne penser qu’aux autres et surtout à lui, je me suis oubliée en route. Je n’existe plus".
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie

LES CHRONIQUES DE SOPHIE - Le "Roi Lion", Dali et les fêtes au Québec

Sophie est une Québécoise de 13 ans qui vit depuis trois ans à São Paulo avec sa famille. Elève du lycée Pasteur, elle rêve déjà de devenir journaliste. Lepetitjournal.com lui ouvre ainsi ses colonnes pour y accueillir ses chroniques de jeune adolescente expatriée au Brésil.