SPORT – Mony, le premier judoka cambodgien aux Jeux Olympiques

Dimanche dernier, les six athlètes cambodgiens sélectionnés pour les Jeux Olympiques ont pris leur envol pour Londres. Parmi eux, le judoka Khom Ratanakmony, âgé de 29 ans, devient le premier cambodgien à représenter son pays dans sa discipline. Etudiant en France à Brest, sa participation aux JO a été annoncée officiellement tardivement


"La première fois que j’ai mis le pied dans le club de Phnom Penh situé dans l’enceinte du Stade Olympique, je suis tout de suite tombé amoureux du judo, de ses techniques, son concept, son style"
, se rappelle Khom Ratanakmony, surnommé Mony. Depuis l'âge de 14 ans, il cultive une véritable passion pour le Judo et la Lutte. Cependant, sa famille ne voit pas dans le sport un avenir prometteur et lorsqu'on lui propose de participer aux JO de Pékin dans la catégorie de Lutte, ses parents lui posent un ultimatum et lui demandent de refuser. Il atterrit alors en France en 2006 pour faire un BTS hôtellerie et ce n'est que deux ans plus tard, alors que la Lutte et le Judo commencent réellement à lui manquer, qu'il entend parler du club "le Dojo Brestois". Entrainé par Philippe Urvoy, champion de Bretagne, Mony apprécie la qualité des entrainements dispensés en France : "Ici il y a de bonnes formations au niveau de l’enseignement sportif. Il y a beaucoup de licenciés sportifs qualifiés, de centres d’entrainement… par rapport au Cambodge où cela manque encore".

Le dernier rescapé de l'équipe olympique du Cambodge


"Je suis carrément très fier d’être qualifié aux Jeux de Londres, en plus, je suis le premier judoka cambodgien, je suis vraiment honoré", souligne Mony. Repéré en 2011 lors des derniers Jeux d'Asie du Sud-Est avec une médaille d'argent, le Comité Olympique National du Cambodge lui propose de concourir aux JO. "Lorsque son excellence Vath Chamroeum me l'a proposé, j'ai d'abord cru que c'était une plaisanterie, explique Mony, je précise qu'il était mon professeur de lutte auparavant". N'étant pas préparé à une telle opportunité, il décline l'invitation. Après mure réflexion, il accepte de défendre les couleurs de son pays sur les tatamis londoniens, mais sa candidature n'est retenue officiellement que très tardivement : six semaines avant le début des JO, le 28 juillet. De quoi être anxieux : "Quand j'ai appris que j’étais qualifié aux JO, j'ai été vraiment content mais après je suis devenu de plus en plus angoissé, stressé car je sais ce qu'il m’attend à Londres".

En effet, entre son travail d'animateur dans une école maternelle le midi et ses études, Mony n'a pas autant de temps qu'il aimerait pour s'entrainer. Il se prépare physiquement comme il peut en passant le moindre de son temps libre à s'exercer. "Psychologiquement, j'essaie de ne pas trop y penser", explique-t-il. S'il n'attend pas des JO une médaille comme ses idoles d'origine japonaise Yasuhiro Yamashita et Toshihiko Koga, il espère au moins que cela lui apportera "une nouvelle expérience, des échanges technico-tactique… pour m’en servir aux prochains championnats". Perdant ou gagnant, le judoka commencera à préparer les 27ème Jeux d'Asie du Sud-Est en Birmanie dès son retour à Brest.

 

Anaïs Chatellier (www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Mercredi 25 juillet 2012

L'équipe cambodgienne au complet

Kieng Samorn : 800 mètres à la course homme

Chan Sayha : 200 mètres à la course femme

Hem Thon Vitiny : 50 mètres nage libre femme

Hem Thon Ponleu : 50 mètres nage libre homme

Son Davin : Taekwondo Femme

Khom Ratanakmony : Judo catégorie des moins de 60 kg

 
A la Une Cambodge
Une internationale

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
shanghai - Communauté

EDITO ETE 2016 - Marche à l’ombre !

Alors que certains d’entre vous ont rejoint la métropole à l’heure de la finale de l’équipe de France à l’Euro 2016, que d’autres…
Expat
Expat - Emploi

STARTUPS - Où fait-il bon entreprendre ?

Le monde est chamboulé par l'arrivée massive de startups qui remettent au goût du jour l'économie collaborative et qui reconfigurent le marché du travail. Rien qu'au niveau des "licornes", ces jeunes entreprises valorisées à plus d'un milliard de dollar, on en compte actuellement 47 en Europe sur 140 dans le monde. Venez découvrir d'autres faits marquants à propos de ce nouveau business avec l'infographie ecoreuil.fr. 

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL – "Il ne faut pas affoler tout le monde avec le Brexit"

Bientôt deux ans que Matthias Fekl occupe le poste de secrétaire d’Etat au commerce extérieur, à la promotion du tourisme et aux Français de l’étranger. Le ministre est confronté à de nombreux chantiers à commencer par les négociations en vue du futur traité transatlantique, le TTIP. Plus récemment s’est aussi posé le problème des Français au Royaume-Uni. Retour sur les principaux enjeux de la fonction de Matthias Fekl. 
Magazine