BOEUNG KAK – Les 13 femmes ont été libérées, mais les poursuites sont maintenues

Les treize femmes de Boeung Kak, emprisonnées depuis le 24 mai ont été relâchées à 19h20 mercredi 27 juin à la suite du procès en appel. Les accusations contre elles n'ont pas été abandonnées pour autant. A l'extérieur de la Cour Municipale de Phnom Penh, près de 200 activistes les attendaient chantant et dansant sur le Quai Sisowath. Les altercations entre forces de l'ordre et manifestants n'ont cependant pas manqué à l'appel

"La Cour amende la sentence de deux ans et demi de prison à un mois et trois jours", a déclaré le juge président de la Cour Municipale de Phnom Penh à propos des treize femmes de Boeung Kak arrêtées le 22 mai dernier. Selon le juge, les femmes ont été traitées de manière indulgente car "elles manquent d'éducation, ne considèrent pas leurs actes de manière sérieuse et sont des mères", d'après Radio Free Asia.

Libérées mais toujours accusées

Malgré leur libération, la Cour Municipale de Phnom Penh maintient le verdict déclaré le 24 mai qui les accuse de rébellion aggravée et occupation illégale de terrain. Plusieurs groupes qui défendent les Droits de l'Homme ont acclamé leur libération mais ont dénoncé la poursuite de ce verdict.

"Je remercie la Cour d'Appel mais je suis triste qu'elle n'ait pas levé les accusations contre le groupe" a déclaré Punk Chhiv Kek, président de la Licadho. Amnesty International a également publié sur son site internet l'article La libération des 13 femmes est une victoire pour leur communauté afin d'applaudir leur libération mais également pour dénoncer les poursuites : "La Cour d'appel du Cambodge aurait dû annuler la déclaration de culpabilité de ces militantes, et pas seulement suspendre le reste de leur sentence. Les charges retenues contre elles n'ont aucun fondement, et le procès en première instance n'a absolument pas respecté les règles d'équité" selon Rupert Abbott, spécialiste du Cambogde à Amnesty International.

Les activistes à nouveau bousculés par la police

Environ 200 activistes et proches des femmes les attendaient en dehors de la Cour. Pas moins de 300 policiers et militaires ont été déployés pour l'occasion et comme une réplique des anciennes manifestations, la rencontre ne s'est pas faite sans heurts. Une activiste enceinte de 24 ans, sœur d'une des femmes relâchée a reçu un coup dans le ventre lors de la confrontation entre policiers munis de boucliers et matraques électriques et manifestants. Après avoir perdu conscience, elle a été transférée à l'hôpital où les médecins lui ont annoncé qu'elle venait de perdre son enfant.

"Une enquête doit être menée sur les allégations de violences policières commises aujourd'hui à l'encontre de la population du lac Boeung Kak devant la Cour d'appel" conclut Rupert Abbott.

Anaïs Chatellier (http://www.lepetitjournal.com/cambodge.html) Jeudi 28 juin 2012

Cambodge

PHOTOPHNOMPENH - Le festival commence samedi 31 Janvier

Le festival PhotoPhnomPenh commence le 31 Janvier, et durera jusqu'au 28 février. A cette occasion, de nombreuses expositions auront lieu dans toute la ville, en intérieur mais aussi en extérieur. Plus de 500 photos seront exposées.
A la une
France/Monde
En direct d'Asie Pacifique
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie