Buenos Aires

RASKOSKI HOT CLUB - Un air de swing des années 30

 

S’inspirant du guitariste Django Reinhardt, véritable instigateur du jazz manouche, et de son contemporain argentin Oscar Alemàn, Raskoski Hot Club interprète des airs classiques de swing et de jazz. Ces six musiciens-acteurs en costume d’époque transportent le spectateur, le temps d’une soirée, dans l’atmosphère intime d’un cabaret New Yorkais des années 30. Lepetitjournal.com a rencontré Juan Manuel Rodríguez, l’un des musiciens du groupe, qui raconte comment Raskoski s’est construit.

Sur les pas de Django Reinhardt et d’Oscar Alemàn

Raskoski a pris forme il y a dix ans grâce à l’initiative de jeunes acteurs de la compagnie indépendante du Banfield Teatro Ensamble, partageant deux passions communes: la musique du guitariste Argentin Oscar Alemàn et les bandes originales des films de Woody Allen, spécialement Dulce y melancolico. "Nous aimions les bandes originales des films de Woody Allen et rêvions de nous lancer dans le même style de musique", explique Juan Manuel Rodríguez, guitariste.

Le ton du groupe est donné. C’est en plein cœur du New York des années 30, dans l’ambiance intime et endiablé d’un cabaret de quartier que les six artistes transportent le spectateur au son des guitares, violon, trompette, accordéon et contrebasse. Divers thèmes internationaux sont réinterprétés. Parmi eux, “Sweet Georgia Brown”, “Bésame mucho” ou encore “Somewhere Over the Rainbow”, auxquels il a été donné une touche de jazz amusante et entrainante. Une touche Raskoski.

L’arrivée au sommet : Le Festival International de Jazz de Buenos Aires
La sortie de leur premier album les lance sur les scènes les plus connues du jazz argentin: el ciclo Jazzologia dans le centre Culturel San Martin, le Notorious ou encore Jazz & Pop. "Nous nous sommes fait connaître grâce au bouche à oreille, en déposant des disques à droite et à gauche et en en parlant autour de nous", explique le guitariste.

En 2011, la Radio Nationale Argentine leurs propose de réinterpréter l’hymne national argentin sous une version swing. Une idée qui séduit immédiatement la banda : "Nous avons pris beaucoup de plaisir a transformer cet hymne sérieux et triste en un air entrainant et amusant, tout en y mettant beaucoup de respect" précise t-il.

Lors d’un cycle de Jazz dans le Banfield Teatro Ensamble de Lomas de Zamora, le groupe est remarqué par Adrián Iaies, célèbre pianiste et compositeur mais également organisateur du Festival International de Jazz de Buenos Aires. C’est quelques mois plus tard, lors du plus important festival de jazz argentin, que Raskoski se met en scène, non sans fierté et émotion. "Nous avions déjà joué dans de nombreux cafés- concerts, mais jamais devant plus de deux mille personnes comme il y a eu ce soir là! Ce fut l’un des évènements les plus importants de notre vie", avoue t-il. "À l’ouverture du rideau, lorsque j’ai eu face à moi ces deux milles spectateurs qui nous soutenaient en nous applaudissant, sans même que nous ayons commencé à jouer, j’ai été envahi d’une émotion très forte" raconte t-il ému. "À la fin du concert, nous avions l’impression d’être au cœur d’un film: un organisateur a accouru nous avertir que tous nos disques avaient été vendu, le dernier ayant dû être tiré au sort! Durant le retour en voiture à Lomas de Zamora, nous avons longtemps gardé le sourire jusqu’aux oreilles et les yeux grands ouverts, profondément émus de ce que nous avions vécu ce soir là. Vraiment, ce fut un très grand moment".

Un disque de Raskoski chez Woody Allen

Interrogé sur les futurs projets de son groupe, le musicien fait part de la sortie, au mois de mars prochain, de leur second album. "Pour l’instant c’est notre priorité et cela va nous prendre beaucoup d’énergie. Par la suite, pourquoi pas nous présenter à des festivals internationaux ? Tout est envisageable" ajoute-il. "Cela peut paraître peu modeste de notre part mais nous ne cessons d’avoir de bonnes surprises depuis deux ans alors nous nous disons que tout est possible !".

Juan Manuel, raconte que lors d’un voyage à New York, Silvina, également guitariste du groupe, est allée déposer un disque de Raskoski chez Woody Allen. "Elle ne l’a pas vu en personne mais une femme a promit de remettre notre disque à Woody Allen en main propre" il précise dans un rire: "Jusqu’à aujourd’hui nous n’avons pas eu de nouvelles !"

Enthousiastes et confiants dans l’avenir et le succès de Raskoski, ces artistes peuvent être fiers de ce qu’ils ont créé. Un succès qui est selon lui "le fruit d’années de travail et d’une forte implication de chacun" ou peut-être simplement de l’immense plaisir qu’ils prennent à jouer. 

Les fans de jazz et de Django Reinhardt seront conquis tout comme le fut la presse argentine qui en a encore fait l’éloge récemment : "Ce serait une injustice que Raskoski continue d’être le secret le mieux gardé du swing argentin. Courrez les voir, et ce, avant que Woody Allen les découvrent et qu’il les ramène avec lui à New York !" écrit Ricardo Carpena de La Nación. 

Daphné de Vautibault (www.lepetitjournal.com de Buenos Aires) Jeudi 21 Février

Pour en savoir plus:

Raskoski sera sur scène le 27 février 2013 à 22h00 au Boris Club, Gorriti 5568 Palermo Hollywood.

Nous vous invitons à les découvrir sur myspacefacebook et leur clip sur youtube

 
 
Une internationale

PIERRE RABHI & JULIETTE DUQUESNE – "On est en train de privatiser le vivant"

Tour à tour essayiste, philosophe, poète, ou encore agriculteur bio, Pierre Rabhi co-signe avec la journaliste Juliette Duquesne les deux premiers ouvrages d’une nouvelle collection : « Carnets d’alerte ». S’attaquant au sujet de la faim dans le monde, mais aussi à l’épineuse question des semences, « dont on parle peu, mais qui est pourtant à la base de la vie », ils analysent et décryptent ensemble ces deux sujets, avec le but affiché d’en…
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine