Buenos Aires

« BUENOS AIRES HERALD » - Disparition du prestigieux journal argentin anglophone

La célèbre une du Buenos Aires Herald, à l’occasion de son 140ème anniversaire, le 15 septembre 2016.

Créé le 15 septembre 1876, le mythique « Buenos Aires Herald » était le premier journal d’Amérique latine édité en Anglais, à une époque où les Britanniques investissaient massivement en Argentine. Mais cette semaine, la rédaction du journal a annoncé sa fermeture officielle, et ce, après plus de 140 ans de publication.

Pour annoncer la nouvelle, le community manager du Buenos Aires Herald a partagé lundi dernier sur les réseaux sociaux, la première page de l’édition du 15 septembre 2016, date anniversaire des 140 ans du quotidien, avec une couverture mêlant toutes les unes historiques du journal, et son titre prémonitoire : « Des temps difficiles ».

Une décision difficile mais inévitable

En proie à des difficultés financières grandissantes, l’un des derniers journaux anglophones du continent sud-américain s’est donc éteint. Et ce, malgré le prestige dont il jouissait pour le professionnalisme de ses journalistes et surtout pour l’indépendance de sa ligne éditoriale et son engagement en faveur de la défense des droits de l’Homme pendant la dictature militaire entre 1976 et 1983. Le Buenos Aires Herald appartenait au groupe de presse Indalo, propriété de l’homme d’affaires Cristobal Lopez, qui a fait fortune dans les casinos et qui est impliqué dans plusieurs affaires de corruption, mais la crise et les problèmes économiques ont fait que le quotidien est devenu hebdomadaire en 2016. Du coup, une grande partie des employés a dû être licencié sur le champ. Un arrêt brutal qui souligne la gravité de la crise que subit la presse écrite de nos jours.

Un journal courageux

En 1978, le Buenos Aires Herald était le seul journal en Argentine à dénoncer sans relâche les violations des droits de l’homme perpétrées par la dictature du général Jorge Videla. Une position inédite à l’époque et extrêmement courageuse qui a conduit à l’arrestation du directeur du journal Robert Cox, contraint à l’exil un an plus tard.

A cette époque, le journal indépendant était perçu comme une menace par le régime qui contrôlait l’information et qui donc, générait une propagande dans tout le pays.

Le directeur remplaçant Robert Cox, nommé James Neilson, a également été la cible de menaces récurrentes, ce qui n’empêchait pourtant pas le quotidien de continuer la dénonciation des atrocités commises par l’armée.

Retour sur les débuts d’un journal mythique

The Buenos Aires Herald a été fondé par un immigrant écossais, William Cathcart, et n’était qu’une simple feuille de papier hebdomadaire, couverte de gros titres, avec au recto, des petites annonces, et au verso, les informations sur les entrées et les sorties des bateaux du port de Buenos Aires. Il est transformé un an plus tard en quotidien d’information générale et devient alors une véritable référence pour la communauté anglophone vivant en Argentine. Le média indépendant connaît un tournant historique lorsqu’en 1968, le groupe américain Evening Post Publishing Company, acquiert des actions du journal, avant d’en devenir le seul propriétaire trente ans plus tard, en 1998.

Il a fallu attendre le 15 décembre 2007 pour voir le célèbre quotidien passait sous tutelle argentine. Effectivement, c’était la première fois que des capitaux argentins investissaient le Buenos Aires Herald, par le biais de l’homme d’affaires Sergio Szpolski, qui l’a intégré à son puissant groupe de médias. Une possession de courte durée, car un an plus tard, c’est la holding Indalo qui rachète le journal indépendant.

The Buenos Aires Herald restera à jamais une magnifique référence pour le journalisme. Par son professionnalisme, son courage, son indépendance, et sa solidité à toutes épreuves, le quotidien aura marqué l’histoire en couvrant des périodes parfois très sombres socialement et politiquement, sans jamais abdiquer… Jusqu’à aujourd’hui, à cause de la crise.

Vincent VILLEMER  www.lepetitjournal.com/Buenos Aires  Vendredi 4 Août 2017

 

CURRICULUM VITAE – Le modèle argentin

De plus en plus de Français ont le désir de s’expatrier et de démarrer une nouvelle vie professionnelle hors de l’hexagone. L’Argentine fait partie…
Une internationale
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine