Buenos Aires

PORTRAIT CHINOIS - Claudia, brésilienne amoureuse de Paris à Buenos Aires

Quittant le Brésil, une belle maison et les plages de rêve d'Arraial d'Ajuda, dans l'État de Bahia, Claudia décide de déménager en Argentine. Là voilà donc installée dans la capitale depuis mars dernier, à la recherche d'une nouvelle vie. Dans un français impeccable, elle raconte son parcours, entre Rio de Janeiro, Paris, Nice et Buenos Aires.

"Je voulais retourner vivre à Paris, mais la crise, le froid de l'hiver et l'humeur des habitants m'ont découragés" confie la jolie brune qui a trouvé en Buenos Aires une ville qui lui rappelle l'Europe, tout en étant proche géographiquement de son pays d'origine.
La cinquantaine tonique, elle confie son amour de la France où elle est partie vivre à 18 ans, seule, pendant deux ans. Après quelques temps de cours intensifs à l'Alliance française de Rio, elle débarque à Paris, puis direction le Sud et Nice, toujours pour prendre des cours de langue, perfectionner son français et aussi profiter de la vie.
Totalement bilingue, Claudia rentre au Brésil et exercera toute une ribambelle de métiers, de vendeuse en bijouterie à peintre. Aujourd'hui, professeur de portugais, elle vend également dans une boutique de vêtements, "mais mon but c'est de travailler dans un hôtel-boutique à Palermo" reconnaît-elle pleine d'espoir.

N'ayant rien perdu de son niveau de français, elle répond avec le sourire et dans la langue de Molière à notre portrait chinois.

Si j'étais un quartier/un lieu de Buenos Aires? Palermo, parce que c'est un quartier charmant, avec des immeubles pas trop hauts et une super ambiance. C'est beau, et moi j'aime les belles choses !

Si j'étais un lieu en Argentine ? Buenos Aires ou la Patagonie et ses montagnes. Ça m'attire parce que c'est un coin tout à fait différent de ce qu'on trouve dans mon pays. Cependant, je n'aimerais pas y vivre.

Si j'étais un restaurant ? Un restaurant où on mange de bonnes empanadas. Comme je ne mange pas de viande rouge, forcément j'apprécie peu les parillas !

Si j'étais un bruit ? Pas un bruit, mais plutôt l'accent argentin et le lunfardo que l'on entend dans la rue.  

Si j'étais un objet ? Un appareil photo, il y a beaucoup de choses à enregistrer par ici.

Si j'étais un mot ? Hola ! tout simplement.

Si j'étais un super pouvoir ? S'il y a un pouvoir qui me permet de pouvoir habiter dans un loft à Palermo Soho...

Si j'étais une différence entre la France et l'Argentine ? L'obélisque ! Je préfère celui de la place de la Concorde à Paris à celui de l'avenida 9 de Julio.

Si j'étais un conseil à prodiguer ? Sourier plus les Porteños, vous vivez dans une belle ville !

 

Chloe Wallut (www.lepetitjournal.com - Buenos Aires) vendredi 17 août 2012

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Appel à candidatures

Vous résidez à l'étranger? Vous avez un parcours hors du commun? Le 17 mars prochain, sept Français de l'étranger seront récompensés lors d’une soirée de prestige au Quai d'Orsay organisée par LEPETITJOURNAL.COM en présence de M. Mathias Fekl, secrétaire d’Etat chargé du Commerce Extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Alors n'attendez plus, postulez !
A la une
France/Monde
En direct des Amériques
Les trophées
Expat
Expat - Emploi

RECRUTEMENT - Comment trouver un premier emploi au Canada ?

Elisa est actuellement recruteuse dans le secteur des technologies de l'information au Canada. Elle nous apporte son expertise du monde du travail au Québec pour les nouveaux arrivants mais également beaucoup d'autres informations utiles...

EXPATRIATION - La Coréegraphie

Le W Project s'est rendu à Séoul, Corée du Sud. Quelle surprise ! A vrai dire nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre… mais le wifi et les téléphones gratuits dans le métro nous ont vite convaincus ! Le pays le plus connecté au monde renferme en effet de belles opportunités… à condition de faire les efforts nécessaires et apprendre cette complexe chorégraphie qu’est le business coréen. Reportage vidéo
Expat - Politique

VENTE D'IMMOBILIER À L'ETRANGER – La France dilapide-t-elle son patrimoine ?

En 2011, le patrimoine immobilier de la France à l'Etranger (consulats, ambassades, instituts français, etc) s'élevait à 1.500 biens répartis dans 160 pays, pour une valeur d'environ 5 milliards d'euros. Au cours des six dernières années, 152 biens auraient été vendus par le Ministère des Affaires Etrangères pour une valeur totale de 307 millions d’euros. L'ambassadeur de France en Malaisie nous explique l'impact de cette politique
Magazine
Francophonie