MARCHÉ DE L’EMPLOI – Au Mexique l’économie informelle ne connait pas la crise

Vendeurs ambulants dans les rues et le métro, garages faisant office de comida corrida, etc. Voici quelques exemples qui illustrent le phénomène qu’est l’économie informelle. Une réalité très présente au Mexique et qui n’est pas près de disparaitre

Qu’est-ce que l’économie informelle? Elle désigne les activités de commerce de rue, de travail non déclaré en entreprise, d’emploi domestique ainsi que les produits des activités illégales comme le trafic de drogue, la contrebande ou la prostitution.

Près de 14 millions de Mexicains travaillent dans l’économie informelle
Au Mexique, le phénomène du travail informel a pris de l’importance dans les années 80 et depuis n’a cessé de croître. Selon les données de l’INEGI, en 2012, 14 millions de Mexicains vivent de cette économie, 600.000 personnes de plus qu’en 2011. Le nombre de personnes occupées dans le secteur informel équivaut désormais à un peu moins de 30% de la population active mexicaine, qui est de 50 millions de personnes, et génère environ 14% du PIB.

Dans le marché du travail actuel, le secteur informel trouve un appel particulièrement fort puisque avoir un emploi déclaré n’est pas forcément synonyme d’avantages sociaux. En effet, dans l’économie formelle, approximativement 27 millions de travailleurs mexicains (soit plus de 50% de la population active) n’ont pas accès aux indemnités de chômage ou à des services médicaux de qualité (lire: MONDE DU TRAVAIL - Des chiffres affligeants au Mexique).

De nombreuses entreprises imposent également ce type d'emploi pour ne pas s'encombrer de démarches administratives, pour ne pas payer l’impôt mais surtout pour avoir plus de flexibilité.
Pour de nombreuses analystes, la réforme de la loi du travail, récemment adopté par la chambre des députés, devrait fortifier ce phénomène et donc faire bondir la proportion de travailleurs informels (Lire: RÉFORME DU TRAVAIL - La grande braderie des travailleurs mexicains).

Un autre facteur encourageant la permanence de l’économie informelle peut être trouvé du côté de la complexité du système fiscal mexicain qui décourage également de nombreux de commerce à déclarer leur activité malgré de récentes modifications législatives simplifiant la création de sociétés. (Lire: CREER SON ENTREPRISE - Le Mexique simplifie les démarches pour les sociétés)

Emplois précaires et manque à gagner
Bien que l’économie informelle soit une réalité courante dans les pays en développement, la situation n’en est pas moins préoccupante. En effet, les activités inhérentes à cette économie sont précaires. Ces emplois, dont les conditions de travail sont souvent particulièrement difficiles, peuvent disparaitre du jour au lendemain et ne permettent pas de se projeter dans le futur. En cas de perte d’activité c’est souvent la famille entière qui se retrouve sans ressources. Et ces familles n’ayant pas eu la possibilité d’économiser au vu de la faiblesse des salaires se retrouvent dans des situations désespérées (lire: SALAIRE MINIMUM MEXICAIN - La précarité au quotidien).

Le Mexique, en pleine croissance, se devrait de porter une attention particulière aux citoyens les plus démunis et les inclure dans son développement. Et cela d’autant plus qu’économiquement ne pas inclure ces citoyens génère un manque à gagner significatif.

La prédominance d’un marché parallèle puissant au Mexique impacte directement les ressources du pays et représente un manque à gagner énorme puisque l’Etat mexicain ne récolte pas les montants d’impôts qu’il devrait. En effet, le taux de recouvrement de l’impôt au Mexique est parmi les plus bas des pays de l’OCDE. Richard Fisher, président de la Reserve fédérale de Dallas, a récemment souligné que si le gouvernement mexicain perdait les revenus issus des impôts sur les produits pétroliers, la République deviendrait le pays d’Amérique centrale et latine recueillant le moins d’impôt. De plus, de nombreux commerces de quartiers paient un impôt non pas à l’Etat mais aux chefs de quartiers, qui a été estimé à environ 3% du PIB.

Cédric Chauvin (www.lepetitjournal.com/mexico) mardi 23 octobre 2012

*INEGI est l’institut national de statistiques et de géographie
*OCDE est l’organisation de coopération et de développement économique.

Buenos Aires

ARGENTINE – Un refuge nazi dans la jungle

Des archéologues argentins ont découvert des ruines dans la pointe nord-est de l’Argentine, qui semblent être les restes d’un refuge nazi construit dans les années 1940.
A la une

ANTOINE GRASSIN – "Etre le premier contact avec les étudiants"

Antoine Grassin est le directeur général de Campus France, l’organisme public dont les principales missions sont la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, l’accueil des étudiants étrangers en France et la gestion des boursiers des gouvernements français et étrangers. Ses missions sont d’autant plus importantes dans un contexte de hausse de la mobilité internationale avec 4 millions d’étudiants en mobilité aujourd’hui, dont…
France/Monde
En direct des Amériques
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala
Expat
Expat - Emploi

SALON S’EXPATRIER MODE D’EMPLOI – Rencontre avec les candidats au départ

Vendredi 27 mars la Cité Universitaire de Paris accueillait le Salon S’expatrier : mode d’emploi. Plusieurs stands et conférences étaient proposés aux futurs candidats au départ afin de les renseigner et de les accompagner dans leurs démarches administratives. Qui sont-ils et pourquoi souhaitent-ils partir ?

FRANCOPHONIE – Le français, la langue morte des entreprises ?

Yves Montenay yvesmontenay.fr
À l’heure de la mondialisation, l’anglais a un statut hégémonique dans le monde de l’entreprise. Qu’en est-il du français ? Peut-il encore être considéré comme une langue de travail ? Yves Montenay, directeur de l’Institut de culture, économie et géopolitique, et ancien chef d’entreprise, estime que c’est une valeur essentielle à la santé des entreprises francophones.
Expat - Politique

CLAUDINE LEPAGE ET PHILIP CORDERY – “Il y a un vrai risque pour le réseau d’enseignement français à l’étranger”

La sénatrice des Français établis hors de France, Claudine Lepage, et le député des Français du Bénélux, Philip Cordery, ont présenté 50 recommandations visant à contenir les frais de scolarité dans le réseau de l’enseignement français à l’étranger. Au menu, économies, recherches de partenariats et de nouvelles sources de financement et renforcement du rôle de l’Ambassadeur.

FRANCOPHONIE - Fleur Pellerin lance la 20e édition de la semaine de la langue Française

"La langue française est langue d’accueil " c’est le thème de la 20e édition de la semaine de langue française, lancée par la ministre de la culture et de la communication Fleur Pellerin ce mercredi 11 mars à Paris. Avec les événements de ce début d’année, la langue française devient un outil stratégique d’unification et de tolérance pour les francophones.
Magazine
Francophonie

EXPO UNIVERSELLE 2015 – Les pavillons de la Francophonie

Lors de l'exposition universelle 2015, 145 pays seront représentés. Parmi eux, une trentaine sont membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie. On compte également quelques grands absents comme le Canada ou la Grèce. A l'occasion de la semaine de la langue française et en cette Journée Internationale de la Francophonie, lepetitjournal.com vous propose un panorama non exhaustif des pavillons, membres de l’OIF.

JEAN-FRANÇOIS BLAREL - La francophonie: un partenariat gagnant pour tous les participants

Le 20 mars est traditionnellement la date lors de laquelle un peu partout dans le monde on fête la francophonie. Alors qu´au Portugal un certain nombre de changements sont en cours au sein des structures françaises, Lepetitjournal.com a voulu interroger l´ambassadeur de France, M. Jean-François Blarel sur l´importance de cette célébration et sur le poids de la présence française dans le pays.