Budapest

JO 2024 – La Hongrie mise sur les chances d’une candidature à petit budget

 

 

Face à Los Angeles, Paris et Rome lui volant la vedette, la capitale de la Hongrie est discrète mais pleine d’ambition. Sans cérémonie ni présentation officielle, le dossier de candidature de Budapest marque un point fort par rapport aux nouvelles réformes de l’Agenda 2020 qui mettent en avant des « jeux moins ruineux ».

 

Un budget restreint

Budapest propose le projet le moins onéreux : 2,4 milliards d’euro. C’est moins que ses adversaires ; on compte un budget de 5,6 milliards pour Los Angeles, 3,2 pour Rome et 6,2 pour Paris.

La capitale compte s’appuyer sur une majorité de sites déjà disponibles.

C’est l’un de ses points forts ; en tant qu’outsider, la ville base son projet sur la possibilité d’organiser des jeux olympiques d’exception à moindre coût, en utilisant au maximum des infrastructures déjà existantes.

Le Gouvernement se porte garant du financement et de la bonne livraison des JO 2024 – il prendrait en charge une partie non-négligeable du budget. Un large soutien financier est toutefois attendu de la part de la population.

 

La malchance de Rio fait le bonheur de Budapest

Les divers faux pas des jeux de Rio sont une chance pour Budapest de défendre ses intérêts. En effet, les représentants du projet Budapest on fait référence aux problèmes économiques et d’organisation de Rio, sans jamais les citer directement.

« Les Jeux Olympiques à Budapest seront des JO compacts et intimes, intégrés dans la texture de la ville » a résumé Balazs Furjes, Président du Comité de Candidature de Budapest 2024

 Très loin de l’esprit des derniers jeux, Budapest annonce que l’ensemble des sites de compétition serait à moins de 10 kilomètres du village olympique et à 6 kilomètres du centre-ville.

De plus, la ville promet un environnement propre et sécurisé.

 

La politique s’invite aux jeux

Les autorités nationales ont pris les devants en faisant adopter la loi LVIII/loi Olympique de 2016 au Parlement.

Ce document définit les structures d’organisation et de coordination des jeux ; un comité sera instauré sous la forme juridique d’une société à but non lucratif et d’autres éléments viendront compléter le dispositif hongrois tels que l’Autorité des Aménagement Olympiques de Budapest (BODA) et le Comité Interministériel de la Coordination de la Sécurité.

La candidature de Budapest en 2024 peut se prévaloir d’un large support politique avec un engagement personnel du Premier ministre Hongrois mais également avec l’appui des autorités municipales. Ainsi, selon les porteurs de la candidature 78% des Parlementaires et 88% des élus municipaux soutiennent l’ambition olympique.

 

 

 

Cet engouement politique se retrouve aussi quand on interroge la population : selon une enquête mené par l’institut IPSOS, 62% des Hongrois seraient fiers si la capitale venait organiser les JO 2024 !

Ariane Khos (www.lepetitjournal/budapest) Mardi 3 janvier 2017 

 
Budapest

JO 2024 – La Hongrie mise sur les chances d’une candidature à petit budget

Face à Los Angeles, Paris et Rome lui volant la vedette, la capitale de la Hongrie est discrète mais pleine d’ambition. Sans cérémonie ni présentation officielle, le dossier de candidature de Budapest marque un point fort par rapport aux nouvelles réformes de l’Agenda 2020 qui mettent en avant des « jeux moins ruineux ».
Une internationale

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.

GWENAELLE DE BIZEMONT - "Dubaï nous offre la possibilité d’entreprendre"

Femme d’expatriée, ayant vécu dans six pays différents en vingt ans, Gwenaëlle de Bizemont pose ses valises en 2005 à Dubaï. Entrepreneuse depuis toujours avec la création de huit (!) sociétés à son actif, Gwenaëlle nous parle de son dernier projet et de sa vision du monde des affaires à Dubaï. 
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine