Budapest

JO 2024 – La Hongrie mise sur les chances d’une candidature à petit budget

 

 

Face à Los Angeles, Paris et Rome lui volant la vedette, la capitale de la Hongrie est discrète mais pleine d’ambition. Sans cérémonie ni présentation officielle, le dossier de candidature de Budapest marque un point fort par rapport aux nouvelles réformes de l’Agenda 2020 qui mettent en avant des « jeux moins ruineux ».

 

Un budget restreint

Budapest propose le projet le moins onéreux : 2,4 milliards d’euro. C’est moins que ses adversaires ; on compte un budget de 5,6 milliards pour Los Angeles, 3,2 pour Rome et 6,2 pour Paris.

La capitale compte s’appuyer sur une majorité de sites déjà disponibles.

C’est l’un de ses points forts ; en tant qu’outsider, la ville base son projet sur la possibilité d’organiser des jeux olympiques d’exception à moindre coût, en utilisant au maximum des infrastructures déjà existantes.

Le Gouvernement se porte garant du financement et de la bonne livraison des JO 2024 – il prendrait en charge une partie non-négligeable du budget. Un large soutien financier est toutefois attendu de la part de la population.

 

La malchance de Rio fait le bonheur de Budapest

Les divers faux pas des jeux de Rio sont une chance pour Budapest de défendre ses intérêts. En effet, les représentants du projet Budapest on fait référence aux problèmes économiques et d’organisation de Rio, sans jamais les citer directement.

« Les Jeux Olympiques à Budapest seront des JO compacts et intimes, intégrés dans la texture de la ville » a résumé Balazs Furjes, Président du Comité de Candidature de Budapest 2024

 Très loin de l’esprit des derniers jeux, Budapest annonce que l’ensemble des sites de compétition serait à moins de 10 kilomètres du village olympique et à 6 kilomètres du centre-ville.

De plus, la ville promet un environnement propre et sécurisé.

 

La politique s’invite aux jeux

Les autorités nationales ont pris les devants en faisant adopter la loi LVIII/loi Olympique de 2016 au Parlement.

Ce document définit les structures d’organisation et de coordination des jeux ; un comité sera instauré sous la forme juridique d’une société à but non lucratif et d’autres éléments viendront compléter le dispositif hongrois tels que l’Autorité des Aménagement Olympiques de Budapest (BODA) et le Comité Interministériel de la Coordination de la Sécurité.

La candidature de Budapest en 2024 peut se prévaloir d’un large support politique avec un engagement personnel du Premier ministre Hongrois mais également avec l’appui des autorités municipales. Ainsi, selon les porteurs de la candidature 78% des Parlementaires et 88% des élus municipaux soutiennent l’ambition olympique.

 

 

 

Cet engouement politique se retrouve aussi quand on interroge la population : selon une enquête mené par l’institut IPSOS, 62% des Hongrois seraient fiers si la capitale venait organiser les JO 2024 !

Ariane Khos (www.lepetitjournal/budapest) Mardi 3 janvier 2017 

 
Budapest

Budapest au fil des saisons

Ca ressemble à quoi, de vivre à Budapest ? Difficile de donner une réponse commune à cette question, tant les expériences diffèrent entre individu.…
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine