Budapest

LITTÉRATURE - Lire Kosztolányi en français

Le programme d’aide à la publication d’oeuvres françaises en hongrois, soutenu par le ministère des Affaires étrangères, l’ambassade France en Hongrie et l’Institut français de Budapest, s’appelle "Programme Kosztolányi”. Doit-on y voir un signe de l’importance de Kosztolányi pour les Français ?

Dezső (Désiré) Kosztolányi (photo: www.kultura.hu) est né à Szabadka (Subotica), au nord de l’actuelle Serbie, en 1885, et est mort en 1936 à Budapest, dans le quartier de Krisztinaváros où il habitait et où se déroule son roman Anna la douce.

Kosztolányi, malgré tout son talent, reste méconnu en France, comme la littérature hongroise en général. Il a écrit quatre romans, et de nombreuses nouvelles, mais on le considère surtout comme un poète. Pendant longtemps on a pu dire que sa poésie n’était malheureusement pas traduite. Or, une traduction est parue chez l’Harmattan en octobre 2009, sous le titre Ivresse de l’aube.

Le premier recueil de poésies de Kosztolányi en français est disponible

Dans l’ouvrage Ivresse de l’aube, édité par l’Harmattan en 2009, des poésies de tous les recueils de Kosztolányi sont proposées et c’est la première fois qu’un livre entier de poésies de Kosztolányi est disponible en français. Pourtant, comme l’indique dans la préface de ce livre Georges Kassai, linguiste et auteur de nombreuses traductions, la poésie de Kosztolányi est antérieure à sa prose.

Le deuxième recueil de Kosztolányi, Les plaintes du pauve enfant fait pendant au recueil postérieur Les plaintes de l’homme triste. On le voit, en tant qu’enfant ou en tant qu’adulte, le poète a beaucoup souffert. Quant à ses dernières années, elles ont été marquées par la maladie.

Ainsi, cet ouvrage permet de suivre l’évolution du style du poète, d’appréhender ses préoccupations et de voir quelles influences ont joué un rôle sur son écriture.

Kornél Esti, l’alter ego de Kosztolányi

Pour appréhender le personnage de Kornél Esti, incontournable lorsqu’on veut lire les nouvelles de Kosztolányi, citons Péter Ádám, traducteur de Kosztolányi : "Le cycle de quarante et quelques nouvelles écrites entre 1925 et 1935 est donc une quête d’identité, un examen de conscience, une justification : il est aussi la synthèse de toute son oeuvre et l’aboutissement, l’accomplissement de son écriture.”

Cette citation vient de la postface du livre Le traducteur cleptomane, où sont regroupées onze nouvelles du cycle Kornél Esti.

Dans l’ouvrage Les aventures de Kornél Esti, aux éditions Ibolya Virág, il y en a dix-sept. Dans la dernière publication de 2009, chez Cambourakis, elles sont toutes présentes pour la première fois sous le titre Kornél Esti.

Ainsi, ces deux nouvelles publications de 2009, les nouvelles et la poésie, dénotent vraisemblablement un intérêt renouvelé des francophones pour Kosztolányi.

Les quatre romans de Kosztolányi

Kosztolányi a publié quatre romans. Pour trois d’entre eux, l’éditeur Viviane Hamy a publié une traduction récente, il s’agit de Anna la douce, Alouette et Le cerf volant d’or.

Néron par contre n’a pas été traduit depuis 1944, sa publication chez Sorlot. Thomas Mann avait préfacé ce livre. Il s’agit pourtant du premier roman de Kosztolányi, publié en 1922. On y voit comment Néron, de jeune et innocent qu’il est au début de la narration, devient ce despote sanguinaire qui a marqué l’histoire. Tous les moyens sont bons pour lui.

Alouette narre le départ à la campagne, pour une semaine, de la vieille fille surnommée "Alouette”. Ses parents qui vivent avec elle en sont émus. Pourtant, leurs vieux instincts vont se réveiller et ils vont retrouver leur liberté en l’absence de leur fille.

Anna la douce nous emmène dans l’univers des ménages bourgeois de Budapest en 1919 et de leurs "bonnes”, toujours critiquées. Or, Anna, la femme de ménage des Vizy, semble être une perle rare. Jusqu’au moment où tout bascule.

Le cerf-volant d’or décrit le quotidien d’un professeur de sciences au lycée, qui aime beaucoup son travail. Pourtant, un élève reste au bord de la route, et ce professeur est englué dans un conflit de générations avec sa fille. Le tout analysé avec une grande finesse psychologique.

Kosztolányi  appartenait au cercle restreint des écrivains publiés dans la célèbre revue Nyugat (Occident). On a d’ailleurs célébré la Nyugat lors du centenaire de sa fondation, en 2008. Dans le même cercle, on trouve par exemple son ami Frigyes Karinthy.

Ainsi, Kosztolányi est l’un des auteurs hongrois les plus traduits en français. On avait fêté le centenaire de sa naissance en 1985 avec plusieurs publications, et dernièrement, il y a aussi eu plusieurs nouvelles parutions.

Grégory Sabadel (www.lepetitjournal.com/budapest.html), mercredi 11 mai 2011

 
Budapest

BUDAPEST - Une destination pour tous

Ces dernières années, la capitale hongroise a gagné en popularité auprès des touristes internationaux. Et quel que soit le type de voyageur que vous…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine