Budapest

MATTHIEU DONARIER TRIO – « En Jazz il faut bien comprendre qu’on est comme des électrons libres »

 

 

 

 

De gauche à droite: Manu Codjia (guitare), Matthieu Donarier (saxophones & compositions) , Joe Quitzke (batterie) 

 

 

 

 

 

 

 

Photo © Annabelle Tiaffay

Matthieu Donarier Trio est un groupe de jazz français, constitué du guitariste Manu Codjia, du batteur Joe Quitzke et enfin de Matthieu Donarier le saxophoniste. Le trio joue ensemble depuis maintenant plus de quinze ans et commence sa tournée en France et en Hongrie début novembre. Ils seront en concert le 16 novembre à Budapest. Lepetitjournal.com/budapest est parti à la rencontre de Matthieu, le leader du groupe. 

 Comment le groupe est-il né ?

Le trio a commencé à répéter en 98, et il est actif depuis 1999.  Comparé à mes anciennes collaborations, c’est le groupe qui a la plus longue durée de vie, particulièrement parce qu’on s’entend très bien. En Jazz il faut bien comprendre qu’on est comme des électrons libres, car on travaille simultanément avec beaucoup de projets en parallèle.

 

Comment définissez-vous votre musique ?

C’est une musique d’échange, d’interaction, et de communication. C’est aussi une musique qui célèbre le jeu collectif, la surprise, et la communication instantanée. En plus de la manière dont les musiciens s’emparent d’une composition et l’amènent la où ils veulent. Tout cela fait partie de la philosophie du Jazz.

 

De quoi parle votre dernier album Papier Jungle ?

C’est notre dernier album en date, les versions sur scène sont toujours distinctes, par l’improvisation et la surprise. Pour un même morceau, on ne joue jamais deux fois la même chose exactement. Ce sont majoritairement des compositions personnelles, avec l’intégration de pièces d'autres compositeurs, comme Erik Satie ou le hongrois Franz Liszt. C’est une musique instrumentale, sans parole, avec un saxophone, une guitare électrique et une batterie. La musique du groupe est assez cinématographique dans le sens où elle plonge l’auditeur dans des mondes. Certaines pièces de l’album sont aussi rêveuses et douces, d’autres ont plutôt rapport a la transe, parfois très intenses. Je cherche une certaine forme de minimalisme.  J’essaie d’avoir un propos assez large. Je travaille sur la notion de voyage, d'univers. Ce qui est important c’est que chaque auditeur se fait sa propre image de cette musique, et se laisse emporter par notre musique.

 

Des artistes en particulier qui vous inspirent ? 

Comme beaucoup de musiciens de jazz, j’écoute aussi d’autres musiques que le Jazz. Le Jazz étant une musique d’appropriation, il se nourrit de beaucoup d’influences, donc j’écoute mes comparses du monde du jazz comme Miles Davis, Duke Ellington, mais aussi Erik Satie, Georges Brassens, ou encore Constantin Brancusi et tant d’autres…Je suis autant féru de chanson française, que de musiques traditionnelles etc… C’est ce qui fait la richesse du jazz aussi.

 

Vous passerez par Budapest lors de votre tournée, vous êtes-vous déjà produit ici ? Pourquoi ce choix de la Hongrie ?

Tout simplement par une longue collaboration avec cette fantastique équipe du Budapest Music Center, qui au départ était le label BMC, qui est actif depuis les années 90 à Budapest. C’est en 2000 que j’ai commencé à enregistrer avec le fantastique guitariste et compositeur hongrois Gabor Gado. BMC était au départ une maison de disques, puis un centre d’archives musicales, qui produit du jazz et de la musique classique et contemporaine. Et depuis peu de temps, c’est devenu le Budapest Music Center en plein centre de la ville de Budapest. C’est un immense complexe, avec un studio, un centre de documentation musicale. C’est justement là que nous allons nous produire, plus précisément à l’Opus jazz club qui fait partie du Budapest Music Center. En effet, on se connaît depuis longtemps, puis il y a quelques mois je les ai appelés, et ils ont sauté sur l’opportunité qu’on se produise chez eux.

 

Vous produisez-vous souvent à l’étranger ? Quels sont vos meilleurs souvenirs de tournée ?

Oui, régulièrement à l’étranger. Mes meilleurs souvenirs, c’est à Montréal pour le Festival des Radios Francophones, et en Iran à l’époque où il était possible d'y organiser des concerts sans problèmes. Et puis  la Hongrie en majeure partie, et plus particulièrement un moment marquant, lors d’une série de 10 concerts avec le quartet de Gabor Gado, 10 concerts qui se sont déroulés jour après jour à Budapest, non-stop. Et 10 jours complets, chaque soir dans un endroit différent, c’était une façon folle de visiter la ville et d’aller à la rencontre de ces publics extrêmement divers,

 

Quels sont vos prochains projets ?

J’ai un projet d’enregistrement avec Wood et Rita Marcotulli, une grande pianiste italienne. Des collaborations nouvelles, un projet qui s’appelle Adieu mes très belles, avec une chanteuse française, et un percussionniste avec qui on revisite des musiques du Moyen-Age jusqu’à la Renaissance.

(www.lepetitjournal.com/budapest), lundi 17 octobre 2016

 Pour connaitre plus d'information sur l'album "Papier Jungle" ici

En concert à Budapest le 16 novembre, au Opus Jazz Club à 20h30.

Adresse: Mátyás utca 8.
Budapest

Plus d'infos sur le concert

 

 

 

 
Budapest

JO 2024 – La Hongrie mise sur les chances d’une candidature à petit budget

Face à Los Angeles, Paris et Rome lui volant la vedette, la capitale de la Hongrie est discrète mais pleine d’ambition. Sans cérémonie ni présentation officielle, le dossier de candidature de Budapest marque un point fort par rapport aux nouvelles réformes de l’Agenda 2020 qui mettent en avant des « jeux moins ruineux ».
Une internationale

UNE ETUDIANTE LILLOISE A JAVA - 24h dans la peau d'une Indonésienne

Quand Chloé accepte de suivre Pipin et Punta, deux étudiants indonésiens de son université d’accueil, dans leur ville natale près de Yogyakarta, elle est loin d’imaginer la richesse de la culture qu’elle s’apprête à découvrir. Une escapade touristique qui se transforme vite en excursion au sein de la réalité des habitants du pays. Récit d’une journée à l’indonésienne, vécue par une étudiante française nouvellement arrivée à Jakarta.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CINEMA FRANÇAIS - 2016, une année sombre dans les salles obscures étrangères

Les films français n’ont pas su attirer les spectateurs étrangers en 2016. Cette année, ils étaient seulement 34 millions à profiter de la création cinématographique française sur grand écran, contre 111 millions en 2015. Une baisse temporaire, espère-t-on chez UniFrance, l’agence de promotion du cinéma français à l’étranger.

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine