HONGRIE – Le virage à droite qui agace l'Europe

Le Premier ministre hongrois Viktor Obran, se rend à Strasbourg ce mercredi pour s'expliquer face aux députés européens sur la modification de la Constitution, qui remet en cause la démocratie. La commission européenne a, elle, ouvert trois "procédures d'infraction" contre Budapest

Viktor Orban, Premier ministre hongrois (Photo AFP)

"Nous ne voulons pas que l'ombre d'un doute soit jetée plus longtemps sur le respect de la démocratie dans ce pays", a lancé José Manuel Barroso mardi. Le président de la Commission européenne présentait alors l'ultimatum lancé par l'institution à la Hongrie, qui a profondément modifié sa Constitution, entrée en vigueur le 1er janvier dernier.

La Commission montre les dents
Bruxelles a annoncé l'ouverture de trois "procédures d'infraction" contre Budapest, lui accordant un mois pour modifier ses lois, notamment en matière de justice ou de protection de l'opposition. L'Europe s'inquiète du virage anti-démocratique pris par la Hongrie. Mais le point qui agace le plus la Commission est lié à la banque centrale. Suite à la réforme de la Constitution Viktor Obran peut nommer des adjoints au président de la banque centrale. "La Hongrie, comme tous les autres Etats de l'UE, est obligée par les Traités de garantir l'indépendance de sa banque centrale, de l'autorité chargée de la protections des données et des juges", a rappelé José Manuel Barroso. Mais la Hongrie, qui peine à emprunter à bas coûts sur les marchés, est au bord de la banqueroute et cherche à obtenir un crédit de 15 à 20 milliards d'euros, qu'elle devra demander à l'UE et au FMI. "Nous n'avons pas de contentieux avec la Commission sur les principes fondamentaux", a affirmé de son côté Zoltan Kovacs, un ministre du gouvernement d'Orban. Il a par ailleurs assuré que la Hongrie se tenait prête à régler les problèmes soulevés par la Commission.

Le Parlement européen hostile à Orban
Pour les parlementaires européens, il faut aller plus loin. Les libéraux, socialistes et verts menacent de mettre la Hongrie au ban de l'Europe. Ils souhaitent lancer une procédure permettant de suspendre un Etat de ses droits de vote, en cas de "violation grave" des valeurs de l'UE. Pour l'eurodéputé libéral belge Guy Verhofstadt, les "échanges de lettres entre la Commission et le gouvernement Orban" sont dépassés. Martin Schultz, élu président du Parlement européen mardi, souhaite de plus redonner du pouvoir à l'institution, promettant d'être "combatif".

L'extrême-droite se réjouit en Hongrie
Le week-end dernier, une centaine de sympathisants du mouvement d'extrême-droite Jobbik ont manifesté devant le siège de la Commission européenne à Budapest. Ils souhaitaient dénoncer "une violation de la souveraineté hongroise" et "une déclaration de guerre de la part de Bruxelles", rapporte le site hulala.org. Le leader du mouvement a demandé l'organisation d'un référendum pour la sortie de l’Union européenne. Des manifestants ont même brûlé un drapeau de l'UE.

Orban imite Chavez
Pour le député européen Daniel Cohn-Bendit, Viktor Orban est un "Hugo Chavez de droite". Avec la nouvelle Constitution, Orban, et son parti le Fidesz, revenus à la tête du pays en mai 2010, ont verrouillé tous les contre-pouvoirs. Les médias sont frappés par la censure. "La loi n'a même pas besoin d'être appliquée; dans une période de crise économique où chacun craint pour son emploi, sa simple existence engendre une autocensure généralisée", explique un journaliste hongrois. Sans débat parlementaire au préalable, le gouvernement a écarté le président de la Cour suprême. Il a ensuite modifié l'âge de la retraite des juges, de 70 à 62 ans, entraînant ainsi le départ de près de 300 magistrats et la nomination de remplaçants proches du pouvoir. La femme du président du groupe parlementaire Fidesz au Parlement européen de Strasbourg et la marraine des enfants d'Orban a, elle, été propulsée à la tête de l'organisme chargé de nommer les juges. De quoi s'assurer des soutiens même en cas d'alternance.
Pour le député socialiste hongrois Tibor Szanyi, la situation ne présage rien de bon."Viktor Orban et ses serviteurs ont fait passer la Hongrie d'un endroit prometteur au lieu le plus sombre d'Europe".

J.B (www.lepetitjournal.com) mercredi 18 janvier 2012

Voir aussi :

L'Express - Hongrie: Viktor Orban imperator
Le Parisien - Hongrie : Viktor Orban devant les eurodéputés ce mercredi

 
Budapest

BUDAPEST - Une destination pour tous

Ces dernières années, la capitale hongroise a gagné en popularité auprès des touristes internationaux. Et quel que soit le type de voyageur que vous…
Une internationale

A la découverte d'un Paris insolite en compagnie d'un greeter

 Comme beaucoup d'Américains, Mike, Dennis, Brian et Derek rêvaient de visiter Paris, mais pas forcément à la manière de touristes ordinaires. Ils ont donc fait appel aux greeters, ces habitants qui font découvrir aux voyageurs une capitale hors des sentiers battus. 
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine