LEGISLATIVES 2012 - P.Y. Le Borgn': "le contact humain et la volonté d'agir au plus près des faits"

Pierre-Yves Le Borgn' est le nouveau et premier député de la 7ème circonscription. Lors de la célébration de sa victoire à Francfort, il a répondu aux questions du petitjournal.com

Pierre-Yves Le Borgn' le soir de sa victoire à Francfort (ALT/www.lepetitjournal.com/francfort)

Champagne, applaudissements, coups de fils… seuls les klaxons dans la rue ne sont pas pour lui (l'Allemagne vient de se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro). C'est dans un restaurant grec de Francfort que Pierre-Yves Le Borgn', candidat du PS et d'Europe ecologie- Les Verts, a célébré sa victoire avec des militants et sympathisants socialistes. Après un tour des sections du parti dans la circonscription grâce à une vidéo-conférence, après un coup de fil de félicitations de son adversaire, le nouveau député de la 7eme circonscription a répondu au petitjournal.com.

lepetitjournal.com/francfort: Que ressentez-vous à l'annonce de cette victoire presque officielle?
Pierre-Yves Le Borgn': Je mesure l’honneur qui m’est fait et la responsabilité qui m’incombe à présent. Je remercie celles et ceux qui, par milliers, m’ont apporté leurs suffrages. Leur confiance me touche profondément et j’aurai à cœur, dans les actes et par mon travail à l’Assemblée Nationale, de la justifier tout au long de la législature. Je salue mon adversaire, Ronan Le Gleut, ainsi que tous les candidats présents au premier tour de notre élection.
Le député que je suis désormais agira à l’identique du candidat que j’ai été, proche et disponible. Rien ne vaut le contact humain et la volonté d’agir au plus près des faits. Ce sera ma feuille de route de parlementaire.


Comment voyez-vous votre mandature?

Je serai un député engagé et libre. Je porterai la cause de l’Europe citoyenne et de la solidarité internationale. J’agirai pour un avenir partagé, sûr, écologique, durable. Je donnerai à ce mandat à l’Assemblée Nationale tout mon temps et le meilleur de moi-même. Face aux enjeux, aux périls et aux attentes légitimes, je n’aurai qu’une seule et unique ambition : servir. Servir, au-delà des frontières, la cause de la France et des Français au nom de la belle et unique communauté qui nous rassemble : la République.


Quelles seront vos premières actions?

Je compte faire une première intervention publique dès la session extraordinaire qui débute le 26 juin afin de rétablir la commission parlementaire de médiation franco-allemande sur les enlèvements d'enfants et afin que soit reconnu le régime matrimonial franco-allemand, pour mettre fin à de nombreux drames que connaissent nos concitoyens.


François Hollande a promis un nouveau traité franco-allemand, comment y travaillerez-vous?
C'est sûr, l'enchantement n'est plus là; entre la France et l'Allemagne on a l'impression d'un vieux couple, heureux d'être ensemble, mais qui ne se souvient plus pourquoi. Pour ce cinquantenaire, il faut donc dépasser la célébration pour lancer de nouveaux projets, notamment pour créer des richesses culturelles et économiques. Je pense que la solution vient notamment par une meilleure coopération régionale entre les 22 régions et les 16 Länder. La France a fait beaucoup de chemin quant à la décentralisation, mais ne l'a pas fait beaucoup savoir à l'étranger. Il y a de nombreuses possibilités de collaborations régionales entre universités, ou sur des projets culturels comme par exemple la réouverture d'un institut français à Francfort.


Comment allez-vous travailler?
C'est une première, aucun sénateur de l'étranger n'a ouvert de permanence en dehors de Paris, donc je vais voir un peu ce qu'il va être possible de faire, notamment en terme de contrat pour mes assistants parlementaires qui seront de fait employés à l'étranger. Je vais ouvrir une permanence probablement dans l'Ouest de l'Allemagne, afin de ne pas trop être éloigné de la capitale française et de pouvoir en même temps voyager dans la circonscription. Par ailleurs j'espère pouvoir mettre en place des moyens de communications simples et gratuits pour les concitoyens qui souhaiteront me parler.

Propos reccueillis par Anne Le Troquer (www.lepetitjournal.com/francfort) Dimanche 17 juin 2012{jcomments on}


 
Budapest

SOUVENIRS DE BUDAPEST – Idées de cadeaux à ramener dans vos valises

Vous rentrez bientôt en France et vous n’avez pas encore pensé à ramener quelques souvenirs à vos proches ? Pourtant revenir les mains vides est souvent hors de question, même pour les expatriés de longue date ! lepetitjournal.com/budapest a sélectionné une série de cadeaux simples, et à petits prix à emmener dans vos valises.

ESCAPE GAMES – Une idée budapestoise ?

Elles fleurissent un peu partout en Europe mais sont déjà bien présentes à Budapest. Au menu de ces « salles » spéciales : des énigmes, des mystères…
Une internationale

EXPATRIATION - Ces Français installés en Chine pour de bon !

Partir, revenir... ou pas ! Ils sont venus en Chine il y a 8, 10 ans ou plus, pour un semestre, un an, et finalement… ils sont toujours là ! Notre édition de Shanghai a rencontré sept Français pour comprendre ce qui les rentient en Chine.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

LEPETITJOURNAL.COM - Soyez la voix des Français et francophones dans votre ville

Vous cherchez un défi personnel, professionnel et dans les médias ? Vous voulez être votre propre patron tout en intégrant un réseau en pleine expansion ? Vous possédez de fortes attaches dans la communauté des expatriés et des Francophones de votre ville que vous désirez faire fructifier ? Devenez partenaire du site lepetitjournal.com !

MANAGEMENT - Christian Barqui, président de l'APM : "On n’apprend pas sans émotion"

Créée en 1987 à l’initiative de Pierre Bellon, alors PDG de Sodexo, l’APM, Association pour le Progrès du Management, suscite l’engouement d’un nombre croissant de dirigeants en France et à l’international. L’association compte désormais 353 clubs réunissant une fois par mois de 20 à 25 dirigeants autour d’un expert. Le Président et le Directeur Général de l’APM, reviennent sur les éléments clés qui concourent à ce succès.
Expat - Politique

DIPLOMATIE – Etre consule de France à Istanbul pendant le coup d'Etat militaire

Muriel Domenach a occupé de septembre 2013 à août 2016 le poste de Consule générale de France à Istanbul. Entre suppression des festivités du 14 juillet du fait de menaces terroristes et coup d'Etat militaire, elle raconte comment elle a vécu personnellement les événements, les mesures prises pour rassurer les ressortissants français et revient sur trois années très riches en Turquie

MICHAELLE JEAN - "Nous n’agissons pas seulement pour le français, mais pour le public et les 77 délégations sportives francophones"

La secrétaire générale de la Francophonie était à Rio la semaine dernière afin d’assister à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques, accompagnée du musicien Manu Dibango, Grand Témoin de la Francophonie pour ces Olympiades. Notre édition de Rio a pu s’entretenir avec la Canadienne lors des premières épreuves d’aviron, à la Lagoa de Rio. 
Magazine