DIPLOMATIE - Relations tendues entre la Roumanie et la Hongrie

Le président du Parlement hongrois László Kövér est en visite en ce moment en Roumanie, malgré le fait qu'il ne soit pas "le bienvenu". Décryptage des récentes tensions entre la Roumanie et la Hongrie

Photo : D.R.

László Kövér, le président du Parlement hongrois, a insisté pour effectuer sa visite en Roumanie, en tant que personne privée, citoyen européen et président d'honneur du Parti civique hongrois (PCM). Il est donc arrivé hier après-midi en Transylvanie pour sa visite non officielle de quelques jours, pendant laquelle il s'impliquera dans la campagne du PCM. Pourtant, les présidents du Sénat et de la Chambre des députés – respectivement Vasile Blaga et Roberta Anastase – avaient adressé une lettre à László Kövér lui demandant de repousser sa visite "à n'importe quelle date après les élections municipales", jugeant que c'était "extrêmement nécessaire, afin que se déroule le processus électoral sans aucune pression". De son côté, László Borbély (UDMR, parti historique de la minorité hongroise), le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, va même plus loin : "C'est une mauvaise décision car même si László Kövér vient en visite privée, ce n’est pas n’importe qui, c'est le président du Parlement hongrois. Cette visite est une ingérence dans notre campagne électorale car nous avons maintenant deux partis, le PCM et l'UDMR, en lutte pour les municipales."

L'inhumation du poète József Nyirő en cause dans ces tensions
Ceci étant, selon certains analystes, la véritable cause de ces tensions est ailleurs. A la fin du mois de mai, la Hongrie s'est vu refuser le droit d'inhumer en Transylvanie l'urne contenant les cendres du poète hongrois József Nyirő. Selon le document remis par le ministère des Affaires étrangères, les motifs invoqués pour ce refus seraient liés aux "activités politiques du poète qui, entre 1941 et 1945, indiquent une attitude tendancieuse vers l'extrême droite, l'antisémitisme, et une collaboration avec le régime fasciste". A la suite de cette décision, le président du Parlement hongrois s'était dit "surpris de ce comportement inamical et non civilisé de la Roumanie, de refuser à Nyirő le droit de reposer sur sa terre natale". Ses propos avaient indigné l'ensemble de la classe politique et des excuses avaient été demandées aux autorités hongroises par le ministre de l'Intérieur. Pourtant, László Kövér a annoncé à son arrivée en Roumanie qu'il n'était pas ici "pour discuter de l'inhumation du poète (…) Je suis convaincu qu'après les élections, les choses se calmeront et les relations entre la Roumanie et la Hongrie reviendront au beau fixe, comme avant", a-t-il assuré. Julia Beurq (www.lepetitjournal.com/Bucarest) mercredi 6 juin 2012

Budapest

ESTI KORNEL - Nous n'avons jamais eu peur du changement

En avril dernier, les Hongrois de Esti Kornél ont sorti leur troisième album intitulé Ne félj. L'album de tous les changements et de tous les risques tant dans la composition du groupe que dans la direction musicale. Nous avons rencontré Imre, l'un des guitaristes du groupe. Il évoque sans détour les nouvelles perspectives de Esti Kornél.

MINIVERSUM - La Hongrie miniature

Ouvert depuis le 16 mai dernier, Miniversum vous immerge au cœur de la Hongrie miniature. De Budapest à Sopron en passant par Nagycenk.
A la une

VIVRE EN FAMILLE - Une association française prix Balzan pour l'humanité

L’association française "Vivre en Famille" a reçu le prix Balzan pour l’humanité, la paix et la fraternité entre les peuples, au Palazzo del Quirinale, en présence de Giorgio Napolitano, président de la République italienne. Une reconnaissance pour cette ONG qui se bat pour les adoptions d’enfants handicapés, mais aussi pour garantir des lieux d’accueil, des écoles et des centres de soins en Afrique.
France/Monde
En direct d'Europe
Turin - actualité italie

BANLIEUES – Le malaise italien

Le mois de novembre a été marqué par de fortes tensions à la périphérie de quelques grandes villes italiennes. L’agitation, amplement…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Partir pour mieux revenir

"Je me sens seul comme au milieu de l’océan". Je suis à l’autre bout du téléphone et je peux ressentir toute la détresse de Patrick, 40 ans. En quinze ans, il s’est construit l’une des plus belles réputations de décorateur en Espagne, les clients se battent littéralement pour avoir ses services, et pourtant il a cette terrible impression d’être arrivé en bout de course. "Je veux arriver à prendre un virage que je n’arrive pas à négocier seul. Ce virage est un nouveau challenge professionnel qui me redonnera l’envie de me lever le matin".
Expat - Politique

MARC VILLARD – "L’AFE doit se concentrer sur l’essentiel"

Marc Vilard, premier président élu de l’Assemblée des Français de l’Etranger (AFE), a aujourd’hui la lourde tache d’élaborer les règles de fonctionnement de la nouvelle assemblée. En pleine réflexion sur les rôles de chacun au sein de l’institution, ses priorités n’en demeurent pas moins centrées sur les préoccupations au quotidien des Français de l’étranger

JACKY DEROMEDI – Des chantiers de Singapour au Sénat

Jacqueline Deromedi, que les Français de Singapour connaissent bien, vient d’être élue sénateur. Le parcours de cette femme entrepreneur, engagée et élégante, qui n’a pas vraiment cherché à faire carrière dans la politique, détonne au Palais du Luxembourg
Magazine
Les trophées

TROPHEES 2014 – Les sept lauréats ont été récompensés au Quai d’Orsay

La cérémonie des Trophées des Français de l’étranger, organisée par lepetitjournal.com, s’est déroulée ce jeudi 6 mars, dans le cadre prestigieux du Ministère des Affaires étrangères. Devant leurs proches, les élus, les partenaires et la Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, Hélène Conway-Mouret, les sept lauréats ont été récompensés pour leur parcours d’exception.
Francophonie

LANGUE FRANÇAISE – Le monde compte 274 millions de francophones

La francophonie progresse dans le monde. C’est la conclusion du second rapport quadriannuel de l’OIF sur l’usage de la langue française dans le monde, présenté au siège de l’organisation à Paris mercredi 5 novembre. En 4 ans, le nombre de francophones a augmenté de près de 25%. Le français est aujourd’hui la seconde langue la plus étudiée dans le monde. D’ici 2060, les francophones pourraient être 767 millions à travers le monde, ce qui constitue un formidable potentiel économique et culturel. Encore faut-il soutenir cette dynamique, prévient l’OIF.