LEGISLATIVES 2012 – Le Gleut et Le Borgn' au second tour, leurs réactions

Les chiffres officiels sont finalement arrivés. Dans notre 7ème circonscription, le socialiste Pierre-Yves Le Borgn' (40,1%) arrive nettement en tête devant le candidat UMP Ronan Le Gleut (28,6%). Que penser de ces résultats ?

Deux tendances à retenir du vote de dimanche : la très forte abstention (près de 77%) et la nette avance de la gauche. Voulue par Nicolas Sarkozy en 2008, l'élection de 11 députés représentant les Français de l'étranger n'avait pas enthousiasmé les socialistes : sur les 11 circonscriptions, 2 seulement avaient voté pour Ségolène Royal au second tour de la présidentielle de 2007. Pourtant aujourd'hui le rapport de force s'inverse. Avec 7 circonscriptions gagnables sur 11, le PS et son alliée EELV arrivent très largement en tête devant l’UMP. LePetitjournal.com est allé demander aux deux candidats en ballotage ce qu'ils pensaient de ce vote.

LePetitJournal.com - Bonjour, comment interprétez-vous ces résultats ?

Ronan Le Gleut (UMP) : Je tiens tout d'abord à adresser mes remerciements les plus sincères aux 29% des électrices et des électeurs qui m'ont clairement placé au second tour de l'élection législative dans la septième circonscription des Français établis hors de France. Ce résultat est une satisfaction au regard du nombre important de candidats. Je saisis cette occasion pour dire merci à toute mon équipe de campagne, située aux quatre coins de cette immense circonscription de 16 pays, qui se bat sans relâche pour porter nos valeurs à l'Assemblée nationale.

Pierre-Yves Le Borgn' (PS) : Je vois dans ces résultats un encouragement pour le changement de politique engagé par le Président François Hollande et le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault depuis le 15 mai. Une dynamique est à l’œuvre. Les résultats que j’obtiens sont en effet supérieurs au score de François Hollande au premier tour de l’élection présidentielle le 22 avril.
Je vois aussi dans le vote d’hier un encouragement pour la campagne de terrain que je mène depuis janvier 2011 au contact de nos compatriotes. J’en suis à plus de 40 réunions publiques, sans compter les multiples visites et rencontres plus restreintes. Je crois que ce travail patient et opiniâtre, que je relaie sur mon site de campagne, est reconnu. Ce style de campagne me ressemble. Le député que j’espère être le 17 juin au soir agira exactement de la sorte.


Avez-vous un message pour les électeurs qui n'ont pas voté pour vous au 1er tour ?

Ronan Le Gleut (UMP) : Je voudrais m'adresser aux abstentionnistes et aux électeurs qui ont choisi un autre candidat au premier tour et leur dire qu'ils ont la clef du scrutin dans leur main. Ils ont un choix clair à effectuer entre deux politiques, celle laxiste de la gauche qui promet un tsunami de dépenses nouvelles qui entrainerait la France sur le chemin de la Grèce, ou bien une politique sérieuse et responsable de maitrise de nos finances publiques, tout en permettant la croissance par la libération des énergies.

(Photo : François Hollande au centre, Pierre-Yves Le Borgn' et sa suppléante Pascale Seux)

Pierre-Yves Le Borgn' (PS) : Le plus gros des électeurs qui n’ont pas voté pour moi au 1er tour sont ceux qui ne sont pas venus voter du tout. Il faut un sursaut de participation pour asseoir la crédibilité du député qui sera élu le 17 juin. C’est mon premier message. Nous devons tendre à la même participation qu’à l’élection présidentielle dans la circonscription.

Au second tour, deux candidats s’affrontent, projet contre projet. Je m’engage derrière François Hollande pour la reconquête de l’action publique, française et européenne, au service de nos compatriotes de la 7ème circonscription. Sur l’action consulaire, sur l’enseignement, sur la reconnaissance des diplômes, sur le droit de la famille, c’est une rupture avec les politiques en peau de chagrin des années Sarkozy qu’il nous faut. Voilà mon second message. Je veux réunir autour de ma candidature toute la gauche, l’écologie politique et le centre humaniste.




CQ (www.lepetitjournal.com/varsovie.html) mardi 5 juin 2012


Pour en savoir plus, retrouvez notre interview croisée présentant les deux candidatures : ici

 
Budapest

ESCAPE GAMES – Une idée budapestoise ?

Elles fleurissent un peu partout en Europe mais sont déjà bien présentes à Budapest. Au menu de ces « salles » spéciales : des énigmes, des mystères et surtout, beaucoup d’amusement ! Saviez-vous qu’un Hongrois en dispute d’ailleurs la paternité européenne ?

NOUVEL AN – Que faire à Budapest ?

Si vous avez prévu de passer votre nouvel an à Budapest, vous ne serez pas déçu ! L’ambiance est à la fête pour le réveillon et la ville vous propose…
Une internationale

MELANIE THIERRY - “Il y a des rencontres plus importantes que d’autres“

Mélanie Thierry a la voix douce et posée, quelque chose de presque mystérieux émane comme un murmure, de ce visage pas encore marqué par le temps, lorsqu’elle reçoit lepetitjournal.com Kuala Lumpur. Celle qui a posé derrière un objectif à 13 ans, quitté les bancs de l’école à 14 ans, nous parle de son métier d'actrice
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

FUITE DES CERVEAUX – Est-ce qu’elle fragilise la France ?

La fuite des cerveaux semble inéluctable, c’est ce qu’indiquent deux chercheurs dans une note inédite présentée au Conseil d’analyse économique et social. Le nombre d’actifs français partis à l’étranger aurait doublé entre 2006 et 2011 mais les auteurs de la note relativisent le phénomène et proposent des solutions pour accompagner cette évolution et tirer profit de la mobilité internationale. 
Expat - Politique

MATTHIAS FEKL - « Pourquoi la France pourrait dire non au TTIP »

Matthias Fekl, Secrétaire d'Etat au commerce extérieur, a la semaine dernière déclaré officiellement l’opposition de la France au TTIP en l'état. Mais qu’est ce que le TTIP ? Retour sur l’historique et la nature de ce traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis. Un article de notre édition de Rome
Magazine