LEGISLATIVES 2012 - Sylvie-Olympe Moreau, candidate PRG dans la 7eme circonscription

Les Français établis hors de France éliront les 3 et 17 juin pour la première fois 11 députés dans 11 circonscriptions et seront désormais représentés au Sénat et à l'Assemblée nationale. Dans notre circonscription, la 7eme Europe centrale et orientale, voici les réponses à nos questions de Sylvie-Olympe Moreau, candidate du Parti radical de gauche

Sylvie-Olympe Moreau, candidate du Parti radical de gauche dans la 7e circonscription (DR)

Lepetitjournal.com: Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique?
Sylvie-Olympe Moreau: Je suis née en 1964 à Montreuil-sous-Bois (Seine St Denis), banlieue ouvrière. Mes parents sont des "immigrés" du Poitou-Charentes, montés à Paris après la guerre d’Algérie. Nous nous retrouvons là au milieu d’autres immigrés venus d’autres pays. J’ai donc grandi dans cette ville cosmopolite, véritable laboratoire humain, ouverte sur les cultures du monde, et dans lequel je puise mes racines.
L’allemand est ma première langue étrangère. C’est un parcours sans faute que j’ai effectué grâce à mes professeurs qui me transmettront la passion de la langue germanique et de sa culture. Je reste très attachée à celle-ci.
Diplômée de l’enseignement supérieur en France, j’ai poursuivi mes études aux Etats-Unis (Californie) pour obtenir un MBA. Après l’obtention de ce diplôme, j’ai travaillé dans une entreprise de biotechnologie, et un établissement scolaire franco-américain. Cette expatriation a duré 6 ans. Expérience si positive que je recommencerai si l’opportunité se représentait. De retour en France depuis 2000, je me suis installée à La Rochelle, où j’enseigne dans l’enseignement supérieur (université, école d’ingénieur).
Mon engagement politique date de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007. Sa volonté de satisfaire les plus riches, et par voie de conséquence, d'augmenter les inégalités, la stigmatisation de ceux qui vivent en banlieue, la politique sécuritaire, vont à l’encontre des idées humanistes que je défends. C’est pourquoi j'ai accepté de faire partie de l'équipe municipale de La Rochelle, menée par Maxime Bono, en 2008. Je suis conseillère municipale déléguée aux relations internationales et au tourisme. Je m’occupe tout particulièrement de l’association des villes hanséatiques, à laquelle La Rochelle adhère depuis 2004, et reste encore à ce jour la seule ville française de la Hanse !
Enfin, je suis une militante féministe et combats pour une meilleure représentativité des femmes à l’Assemblée Nationale. Le Parti des Radicaux de Gauche dont je fais partie m’en donne l’opportunité en présentant cette liste de 11 femmes sur les 11 circonscriptions FFE.
Je me définis donc comme une Européenne convaincue, une citoyenne du monde qui met les valeurs humaines au dessus des autres valeurs.

Etre député de la 7eme circonscription qu’est-ce que cela représente pour vous ?
Un grand honneur, une grande joie, une responsabilité. La 7ème circonscription illustre parfaitement l’évolution de l’Union Européenne, des Etats fondateurs aux futurs élargissements. C’est donc à la fois notre enracinement et notre futur. C’est aussi là où se trouve le plus grand nombre de binationaux ou d’expatriés en Europe, et le plus grand nombre de pays. D’où une grande diversité de quotidiens et de besoins auxquels répondre.

Quelles sont vos priorités parmi les problématiques concernant les Français vivant à l’étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration…)?

Pour moi, l’objectif principal c’est la construction européenne. C’est pourquoi, je propose des mesures fortes qui toucheraient directement la vie des Français vivant dans un autre pays de l’Union, comme les Européens vivant en France :
-le droit de vote des citoyens européens étendu à toutes les élections.
-l’engagement des négociations avec nos partenaires européens, afin qu’un Européen puisse régler ses démarches administratives dans la mairie de son pays de résidence
-la création d’un conseil représentatif des Européens hors de leur pays d’origine chargé en amont et en aval d’attirer l’attention des autorités européennes sur les conséquences ou lacunes des règlements, accords ou lois ayant un effet direct sur leur vie quotidienne (politique sociale, reconnaissance des diplômes, éducation, politique familiale, libre circulation…)
-les frais de scolarité échelonnés et suivant la grille d’imposition
-le développement des filières bilingues d’éducation et la reconnaissance des diplômes et des parcours professionnels
-la représentativité consulaire utile pour établir des rapports sur la politique locale et entretenir des relations avec les autorités territoriales

Quels sont vos liens avec l’Allemagne et quel est votre projet pour les Français établis dans ce pays ?

Mes liens avec l’Allemagne s’effectuent à travers mon mandat d’élue aux relations internationales, chargée des villes hanséatiques. Mes contacts avec mes homologues des autres villes sont quotidiens. D’autre part, j’entretiens des liens d’amitiés avec des Allemands résidant à La Rochelle, et des Français résidant en Allemagne.

Propos recueillis par Anne Le Troquer (www.lepetitjournal.com/francfort) Mercredi 23 mai 2012

Tous les candidats, toutes les informations sur la 7eme circonscription et les législatives avec lepetitjournal.com

sur notre site: www.lepetitjournal.com/elections-2012

sur Facebook : www.facebook.com/EXPAT2012

sur Twitter : www.twitter.com/EXPAT2012

A relire: interviews des sept premiers candidats: Ronan Le Gleut (UMP), Pierre-Yves Le Borgn' (PS), Nicolas Jeanneté (Ares), Jean-Claude Wambre (indépendant), Bruno Pludermacher (Cap 21), Eric Bourguignon (Front de Gauche) et Isabelle Robin (Pirates).

Budapest

PROJET CROHN – Un tour d’Europe en vélo pour lutter contre la maladie

Julie Bontemps, aventurière de longue date, est partie d’Orléans à la mi-mai pour parcourir l’Europe sur son vélo. Cap à l’Est pour la jeune Française qui dédie son voyage à la lutte contre la maladie de Crohn dont souffre son petit frère. Le 30 juin, elle sera à Budapest, accueillie par un groupe de personnes touchées par la cause. 

PRIX HUNGARICA 2014/15 - Remise du Prix

L’Association des Amis de l’Institut hongrois est heureuse d’annoncer que, lors d’une cérémonie qui s’est tenue le mercredi 11 mars au soir à…
Une internationale

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

FRENCH WINK - Les créateurs français ont une vitrine aux Etats-Unis

Emilie Chassagne et Claire Obry sont deux Francaises expatriées à New York qui ont mis à profit leurs expériences professionnelles pour créer leur start-up. Après leur webzine dédié à la promotion de la création française aux Etats-Unis, elles lancent à présent une boutique en ligne

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent "oui"

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine