LEGISLATIVES 2012 - Sylvie-Olympe Moreau, candidate PRG dans la 7eme circonscription

Les Français établis hors de France éliront les 3 et 17 juin pour la première fois 11 députés dans 11 circonscriptions et seront désormais représentés au Sénat et à l'Assemblée nationale. Dans notre circonscription, la 7eme Europe centrale et orientale, voici les réponses à nos questions de Sylvie-Olympe Moreau, candidate du Parti radical de gauche

Sylvie-Olympe Moreau, candidate du Parti radical de gauche dans la 7e circonscription (DR)

Lepetitjournal.com: Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique?
Sylvie-Olympe Moreau: Je suis née en 1964 à Montreuil-sous-Bois (Seine St Denis), banlieue ouvrière. Mes parents sont des "immigrés" du Poitou-Charentes, montés à Paris après la guerre d’Algérie. Nous nous retrouvons là au milieu d’autres immigrés venus d’autres pays. J’ai donc grandi dans cette ville cosmopolite, véritable laboratoire humain, ouverte sur les cultures du monde, et dans lequel je puise mes racines.
L’allemand est ma première langue étrangère. C’est un parcours sans faute que j’ai effectué grâce à mes professeurs qui me transmettront la passion de la langue germanique et de sa culture. Je reste très attachée à celle-ci.
Diplômée de l’enseignement supérieur en France, j’ai poursuivi mes études aux Etats-Unis (Californie) pour obtenir un MBA. Après l’obtention de ce diplôme, j’ai travaillé dans une entreprise de biotechnologie, et un établissement scolaire franco-américain. Cette expatriation a duré 6 ans. Expérience si positive que je recommencerai si l’opportunité se représentait. De retour en France depuis 2000, je me suis installée à La Rochelle, où j’enseigne dans l’enseignement supérieur (université, école d’ingénieur).
Mon engagement politique date de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007. Sa volonté de satisfaire les plus riches, et par voie de conséquence, d'augmenter les inégalités, la stigmatisation de ceux qui vivent en banlieue, la politique sécuritaire, vont à l’encontre des idées humanistes que je défends. C’est pourquoi j'ai accepté de faire partie de l'équipe municipale de La Rochelle, menée par Maxime Bono, en 2008. Je suis conseillère municipale déléguée aux relations internationales et au tourisme. Je m’occupe tout particulièrement de l’association des villes hanséatiques, à laquelle La Rochelle adhère depuis 2004, et reste encore à ce jour la seule ville française de la Hanse !
Enfin, je suis une militante féministe et combats pour une meilleure représentativité des femmes à l’Assemblée Nationale. Le Parti des Radicaux de Gauche dont je fais partie m’en donne l’opportunité en présentant cette liste de 11 femmes sur les 11 circonscriptions FFE.
Je me définis donc comme une Européenne convaincue, une citoyenne du monde qui met les valeurs humaines au dessus des autres valeurs.

Etre député de la 7eme circonscription qu’est-ce que cela représente pour vous ?
Un grand honneur, une grande joie, une responsabilité. La 7ème circonscription illustre parfaitement l’évolution de l’Union Européenne, des Etats fondateurs aux futurs élargissements. C’est donc à la fois notre enracinement et notre futur. C’est aussi là où se trouve le plus grand nombre de binationaux ou d’expatriés en Europe, et le plus grand nombre de pays. D’où une grande diversité de quotidiens et de besoins auxquels répondre.

Quelles sont vos priorités parmi les problématiques concernant les Français vivant à l’étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration…)?

Pour moi, l’objectif principal c’est la construction européenne. C’est pourquoi, je propose des mesures fortes qui toucheraient directement la vie des Français vivant dans un autre pays de l’Union, comme les Européens vivant en France :
-le droit de vote des citoyens européens étendu à toutes les élections.
-l’engagement des négociations avec nos partenaires européens, afin qu’un Européen puisse régler ses démarches administratives dans la mairie de son pays de résidence
-la création d’un conseil représentatif des Européens hors de leur pays d’origine chargé en amont et en aval d’attirer l’attention des autorités européennes sur les conséquences ou lacunes des règlements, accords ou lois ayant un effet direct sur leur vie quotidienne (politique sociale, reconnaissance des diplômes, éducation, politique familiale, libre circulation…)
-les frais de scolarité échelonnés et suivant la grille d’imposition
-le développement des filières bilingues d’éducation et la reconnaissance des diplômes et des parcours professionnels
-la représentativité consulaire utile pour établir des rapports sur la politique locale et entretenir des relations avec les autorités territoriales

Quels sont vos liens avec l’Allemagne et quel est votre projet pour les Français établis dans ce pays ?

Mes liens avec l’Allemagne s’effectuent à travers mon mandat d’élue aux relations internationales, chargée des villes hanséatiques. Mes contacts avec mes homologues des autres villes sont quotidiens. D’autre part, j’entretiens des liens d’amitiés avec des Allemands résidant à La Rochelle, et des Français résidant en Allemagne.

Propos recueillis par Anne Le Troquer (www.lepetitjournal.com/francfort) Mercredi 23 mai 2012

Tous les candidats, toutes les informations sur la 7eme circonscription et les législatives avec lepetitjournal.com

sur notre site: www.lepetitjournal.com/elections-2012

sur Facebook : www.facebook.com/EXPAT2012

sur Twitter : www.twitter.com/EXPAT2012

A relire: interviews des sept premiers candidats: Ronan Le Gleut (UMP), Pierre-Yves Le Borgn' (PS), Nicolas Jeanneté (Ares), Jean-Claude Wambre (indépendant), Bruno Pludermacher (Cap 21), Eric Bourguignon (Front de Gauche) et Isabelle Robin (Pirates).

 
Budapest

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés de Hongrie

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, en Hongrie, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des centaines de kilomètres !

ESCAPE GAMES – Une idée budapestoise ?

Elles fleurissent un peu partout en Europe mais sont déjà bien présentes à Budapest. Au menu de ces « salles » spéciales : des énigmes, des mystères…
Une internationale

HISTOIRE – Le mystique soufi Mansur al Hallaj, premier "expatrié"?

On connaît les pérégrinations de Paul de Tarse dans le monde méditerranéen ou encore l'épopée légendaire de l'apôtre Thomas jusqu'en Inde. Moins connue est la vie de Mansur al-Hallaj, mystique persan du soufisme, qui s'installa longtemps en terre non-musulmane pour répandre sa religion et son amour de Dieu. Cette grande figure mystique a donné lieu à une biographie rédigée par l'islamologue Stéphane Ruspoli qui lui attribue le titre d'"expatrié".
Bleu Blanc Box

BLEU BLANC BOX – lepetitjournal.com chouchoute les expatriés

Les produits français vous manquent ? Découvrez la dernière nouveauté concoctée spécialement pour vous par lepetitjournal.com. Chaque mois, aux quatre coins du monde, la BLEU BLANC BOX vous réserve une surprise avec des produits aussi indispensables qu’introuvables à des milliers de kilomètres !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

TOURISME EN IRAN - Un secteur en expansion et des défis à surmonter

 Depuis le rétablissement et l’amélioration des relations entre l’Iran et l’Occident, il y a un secteur qui se porte à merveille... le tourisme. Annoncé par les analystes depuis déjà plusieurs années, Marc Botinelli parlait déjà en 2013 de « Bombe touristique à retardement » et il ne s’était pas trompé.
Expat - Politique

ESSAI – Comment concilier vie à l’étranger et citoyenneté ?

Etre citoyen lorsque l’on réside hors de France, ce n’est pas facile. Quels droits ? Quels devoirs ? Passionné de politique, résidant depuis plus de 20 ans à l’étranger, Jacques Saillant publie un essai engagé sur la citoyenneté des Français de l’étranger, en forme de réflexion mais aussi de « coup de gueule » face aux instances qui les représentent

AUDIOVISUEL – Haro sur les anglicismes !

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'agace. La multiplication des titres d'émissions en anglais, jusque dans le service public, ne convient pas à l'organe chargé d'encadrer les productions télévisées françaises. Seront donc reçus les patrons des grandes chaînes françaises afin de rappeler la règle établie par la loi du 30 septembre 1986 sur le rôle du CSA : utiliser le français autant que faire se peu.
Magazine