LEGISLATIVES 2012 - Isabelle Robin, candidate Pirate dans la 7eme circonscription

Les Français établis hors de France éliront les 3 et 17 juin pour la première fois 11 députés dans 11 circonscriptions et seront désormais représentés au Sénat et à l'Assemblée nationale. Dans notre circonscription, la 7eme Europe centrale et orientale, voici les réponses à nos questions d'Isabelle Robin, candidate du parti Pirate

Isabelle Robin, candidate du Parti pirate dans la 7e circonscription (DR)

Lepetitjournal.com : Pouvez-vous nous résumer votre parcours et nous préciser quelles ont été vos motivations pour entrer en politique?

Isabelle Robin : Je viens de Saint-Nazaire au sud de la Bretagne. Je suis institutrice depuis 30 ans. C’est un métier que j’ai toujours voulu faire. Dès le début, j’ai été à la recherche de  méthodes qui donnaient du sens aux apprentissages des enfants. J’ai rencontré des praticiens de la pédagogie Institutionnelle qui ont partagé librement leurs outils et leurs savoirs. Je vis entre la France et l’Allemagne car j’aime ces deux pays.
Mon entrée dans le monde politique actif est récente. Face aux défis et aux enjeux du XXIe siècle, je suis étonnée de la pauvreté des propositions politiques. Les idées du parti pirate, leur envie de réinvestir le débat politique, leur utilisation démocratique de l’internet pour permettre à l’ensemble de la société de former une communauté consciente et responsable m’ont intéressées. De plus, le récent score du Front national met les Français de l’étranger dans l’embarras : ne sommes-nous pas en effet des étrangers dans les pays qui nous accueillent ?

Etre député de la 7eme circonscription qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Une mission et un devoir. A l’étranger, je suis perçue comme représentante de la France. Pour les Français de l’étranger, je serai leur lien démocratique à l’Assemblée nationale. Par définition, un député des Français de l’étranger a les mêmes missions qu’un député élu en métropole. C’est d’abord un élu national qui représente les électeurs d’une circonscription. La 7e circonscription s’étend sur 16 pays et regroupe un peu plus de 138.000 électeurs. Je ne vais pas installer un bureau, coûteux et mondain. Je vais investir dans une infrastructure du 21e siècle. Je vais utiliser le fabuleux outil internet pour une communication démocratique. Chacun aura la possibilité de contacter sa représentante. Cette méthode est déjà utilisée avec succès par le parti pirate.
Les Français de l’étranger vivent dans une autre culture et dans un autre environnement économique et social. Ils ont du recul sur la situation actuelle de la France et peuvent enrichir le débat politique par des expériences et des idées originales.

Quelles sont vos priorités parmi les problématiques concernant les Français vivant à l’étranger (emploi, fiscalité, éducation, culture, représentation, administration…)?


C’est la première fois que des députés des Français de l’étranger seront élus. Ma responsabilité d’élue sera d’être une médiatrice entre les besoins des gens et la politique concrète. La priorité du député ne devra pas être le tourisme.
Couvrir 16 pays, atteindre plus de 138.000 électeurs n’est pas possible avec les anciens moyens. Internet permet d’atteindre beaucoup de personnes et de réellement échanger. Ma priorité sera de mettre en place un "bureau internet" pour les citoyens français qui vivent à l’étranger. Je suis étonnée du nombre important de personnes que j’ai déjà pu rencontrer depuis le début récent de ma campagne grâce à l’internet. Ma mission, en tant que députée, sera de recenser et récapituler les besoins de tous les Français de l’étranger et de les apporter à l’Assemblée nationale.
En tant que Français à l’étranger en Europe, nous connaissons bien le problème de l’accès libre aux médias numériques. De vraies frontières nationales existent encore. Par exemple, je ne comprends pas pourquoi téléphoner de Paris à Marseille (700 km) est moins cher que de téléphoner de Strasbourg à Kehl (7km). Chaque Français qui voyage en Europe en fait l’expérience. Le parti pirate portera la question des monopoles des entreprises de télécommunication devant l’Assemblée nationale. Ensemble avec les pirates européens, nous développerons un modèle qui garantira un accès libre, illimité à un prix raisonnable pour chacun dans toute l’Europe.
En tant qu’enseignante, je suis bien sûr sensible aux questions d’éducation. L’éducation est le bien le plus précieux de notre société. Elle est à la base de la réussite sociale et économique. L’Etat français en est responsable. Chaque enfant doit pouvoir bénéficier d’une école laïque et gratuite, même à l’étranger. Le réseau des écoles françaises doit répondre à la demande toujours croissante.
Les opportunités et les risques du numérique doivent être partie intégrante de l’apprentissage. Le parti pirate veut développer une vraie politique informatique dans les écoles et dans la société. Personne ne doit être exclu : chacun, quel que soit son âge, doit avoir l’opportunité d’apprendre et d’utiliser les technologies de l’information et de la communication.

Quels sont vos liens avec l’Allemagne et quel est votre projet pour les Français établis dans ce pays ?

Mes liens avec l’Allemagne sont des liens d’amitié et des liens culturels. Avec mon compagnon allemand, nous vivons dans une petite ville près de Wiesbaden. Je suis admirative de la créativité allemande, du fonctionnement de sa démocratie qui a permis l’essor du parti pirate (crédité de 13 % de voix, selon les derniers sondages) et qui permet de renouveler régulièrement le paysage politique.

Avez-vous des propositions concrètes concernant les Français vivant à Cologne et en Rhénanie du Nord-Westphalie ?

Je n’ai pas un projet précis pour une région spécifique. Le parti pirate est un parti qui veut la démocratie la plus large possible. Les Français vivant à Cologne et en Rhénanie du Nord-Westphalie et tous ceux de la 7e circonscription pourront exprimer leurs besoins via le site internet qui sera mis en place.

Propos recueillis par Anne Le Troquer (www.lepetitjournal.com/francfort) Vendredi 18 mai 2012

Site d'Isabelle Robin : www.piratrice.eu

Tous les candidats, toutes les informations sur la 7eme circonscription et les législatives avec lepetitjournal.com

sur notre site: www.lepetitjournal.com/elections-2012

sur Facebook : www.facebook.com/EXPAT2012

sur Twitter : www.twitter.com/EXPAT2012

A relire : Les interviews des six premiers candidats : Ronan Le Gleut (UMP), Pierre-Yves Le Borgn' (PS), Nicolas Jeanneté (Ares), Jean-Claude Wambre (indépendant), Bruno Pludermacher (Cap 21) et Eric Bourguignon (Front de Gauche)

Budapest

PROJET CROHN – Un tour d’Europe en vélo pour lutter contre la maladie

Julie Bontemps, aventurière de longue date, est partie d’Orléans à la mi-mai pour parcourir l’Europe sur son vélo. Cap à l’Est pour la jeune Française qui dédie son voyage à la lutte contre la maladie de Crohn dont souffre son petit frère. Le 30 juin, elle sera à Budapest, accueillie par un groupe de personnes touchées par la cause. 

PRIX HUNGARICA 2014/15 - Remise du Prix

L’Association des Amis de l’Institut hongrois est heureuse d’annoncer que, lors d’une cérémonie qui s’est tenue le mercredi 11 mars au soir à…
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine