Bucarest

LECON DE ROUMAIN (81) - Pouvoir (première partie)

Notre jeune stagiaire française est à nouveau parmi nous. Sophie, qu’est-ce que tu aimerais apprendre aujourd’hui ? Sophie : Ceva important, interesant, incitant, pasionant. Alexandru: Un verb. Sophie : Un verb ? Ioana : Mai multe verbe ! (Plusieurs verbes.) Sophie : Multe verbe ! (Beaucoup de verbes) Valentina : Toate verbele ! (Tous les verbes.) Bon, voilà. Pour contenter tout le monde, nous allons apprendre un verbe important, intéressant, incitant et passionnant, qui nous permet d’utiliser presque tous les autres verbes – comme tels.

 

Ce verbe est:

a putea – pouvoir

Sophie : a putea

Ioana : eu pot (je peux)

Sophie : pot

Alexandru : tu poţi (tu peux)

Sophie : poţi

Valentina : el poate (il peut)

Sophie : poate

Ioana : noi putem (nous pouvons)

Sophie : putem

Alexandru : voi puteţi (vous pouvez)

Sophie : puteţi

Valentina : ei pot  (ils peuvent)

Sophie : pot               

        

A putea est le seul verbe roumain qui peut être suivi par un infinitif – alors que tous les autres exigent le subjonctif. Rappelons-nous les noms de quelques actions. En ajoutant ces infinitifs – comme les appelle la  grammaire – aux formes du verbe a putea, nous construirons des phrases.

a vorbi – parler

a veni – venir

a mânca – manger

a cânta – chanter

a scrie – écrire

a uita – oublier

Ioana : Eu pot. Eu pot vorbi. Je peux parler.

            Eu pot vorbi…

Sophie :româna. (le roumain.)

Alexandru : Tu poţi. Tu poţi veni. Tu peux venir.

              Tu poţi veni…

Sophie :cu noi. (avec nous.)

Valentina : El poate. El poate mânca. Il peut manger.

                   El poate mânca…

Sophie : … în oraş. (en ville.)

Ioana : Noi putem. Noi putem cânta.

            Nous pouvons chanter.

            Noi putem cânta…

Sophie :un cântec. (une chanson.)

Alexandru : Voi puteţi. Voi puteţi scrie.

                   Vous pouvez écrire.

                   Voi puteţi scrie …

Sophie :un mesaj. (un message.)

Valentina : Ei pot. Ei pot uita. Ils peuvent oublier.

                  Ei pot uita…

Sophie :adresa. (l’adresse.)

 

 

Le négatif ne pose pas de problèmes. Il suffit d'ajouter, comme d’habitude, la négation nu devant les formes du verbe a putea.

Ioana : Eu NU pot vorbi. Je ne peux pas parler.

Sophie : Eu nu pot vorbi acum.

              Je ne peux pas parler maintenant.

Valentina : Vă rog să mă scuzaţi. Nu pot vorbi acum.

Alexandru : Tu NU poţi veni. Tu ne peux pas venir.

Sophie : Tu nu poţi veni la spectacol.

              Tu ne peux pas venir au spectacle.

Ioana : Nu poţi veni la spectacol ?

Alexandru : Nu. Nu pot veni. Îmi pare rău.

Valentina : El NU poate mânca. Il ne peut pas manger.

Sophie : El nu poate mânca mai târziu.

              Il ne peut pas manger plus tard.

Ioana :  Noi NU putem cânta.

             Nous ne pouvons pas chanter.

Sophie : Noi nu putem cânta la pian.

              Nous ne pouvons pas jouer du piano.

En roumain nous utilisons le même verbe pour « chanter » et « jouer d’un instrument ».

Alexandru : Voi NU puteţi scrie.

                   Vous ne pouvez pas écrire.

Sophie : Voi nu puteţi scrie o scrisoare.

              Vous ne pouvez pas écrire une lettre.

Ioana : Nu puteţi scrie un e-mail?

            Vous ne pouvez pas écrire un mail ?

Valentina : Ei NU pot uita. Ils ne peuvent pas oublier.

Sophie : Ei nu pot uita vacanţa.

              Ils ne peuvent pas oublier leurs vacances.

 

N’oubliez donc pas le verbe a putea ! Pour s’assurer que vous ne l’oublierez pas, il vous chuchote à l’oreille :

Alexandru : N-ai să mă poţi uita !

                   Tu ne pourras pas m’oublier !

Ioana : N-ai să mă poţi uita, oricât de mult ai încerca.   

            Même si tu te donnes toutes les peines du monde.

                        LA REVEDERE !

Stela Enache – N-ai să mă poţi uita (Tu ne pourras pas m’oublier)

Dominique-Magdalena Oprea, en partenariat avec la Radio Roumanie internationale - RRI (www.lepetitjournal.com/Bucarest) mercredi 12 juillet 2017

 

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Suivez-nous sur Facebook

 

 
A la Une

PR. DENIS BUICAN - « La science ne doit avoir aucune limite »

Denis Buican est biologiste, historien des sciences, philosophe et poète. Il a combattu les théories de Lyssenko enseignées et imposées sous le bloc communiste. Banni de l’université, il continue dans le domaine scientifique et sera naturalisé français après avoir fui la dictature communiste roumaine pour Paris en 1969. Il a élaboré une théorie synergique de l’évolution et une nouvelle théorie de la connaissance, la biognoséologie. Avec le…

HORS PISTE AVEC GREGORY RATEAU - Mihail

En prolongement de son livre "Hors-piste en Roumanie", Grégory Rateau a rejoint l’équipe de RRI en français pour une série de portraits inédits…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine