Bucarest

CHRONIQUE ECO - Les retraites, un poids lourd à porter pour le budget d’État

Tous les économistes sont d’accord pour dire que le gouvernement risque de dépasser cette année le seuil des 3% du déficit budgétaire (limite admise par les réglementations européennes), mais la question est de savoir de combien cette norme va être dépassée.

 

Pour ceux qui ne sont pas des économistes, cette question peut paraître anodine. Mais, en réalité, cette problématique devrait susciter un maximum d’intérêt, car elle pose la question de ce que fait l’État avec l’argent public et surtout de ce qu’il fait quand ce dernier manque.


Le déficit budgétaire représente l’argent dont l’État manque mais qu’il dépense grâce aux emprunts. Or, en ayant recours à des emprunts, année après année, l’État accumule une dette qui, à un certain moment, devra être acquittée. Cette situation peut devenir très grave avec le temps et ressembler à ce qui se passe en Grèce. Les Grecs sont aujourd’hui révoltés par les sacrifices qui leur ont étés imposés (coupes salariales, taxes élevées, manque d’offres d’emploi) et beaucoup d’entre eux se demandent pourquoi cela leur arrive. La réponse est assez simple: ils payent aujourd’hui pour ce qu’ont dépensé leurs compatriotes, il y a 20 - 30 ans. Les jeunes grecs payent aujourd’hui pour la dette de leurs parents et de leurs grand-parents, car on hérite des bien mais, malheureusement, des dettes aussi.


Voilà pourquoi quand le gouvernement recourt à des emprunts, les citoyens devraient se poser la question de qui remboursera les dettes et dans quel but le gouvernement fait-il ces emprunts.


Dans le cas de la Roumanie, un court examen met en évidence une réalité, bien cachée dans les statistiques pour le moment, mais qui finira par exploser un jour: le déficit budgétaire lié aux retraites est devenu, depuis trois ans, supérieur au déficit budgétaire total du pays. Autrement dit, tout l’argent que la Roumanie emprunte, augmentant ainsi sa dette publique avec 2-3% du PIB chaque année, ne suffit plus pour couvrir le manque dans le budget public pour les retraites. Malgré tout, le gouvernement a majoré cette année les retraites, bien au-dessus des majorations acceptées par la loi (l’indexation des retraites avec la rate de l’inflation et un taux de majoration qui représente 50% de la croissance économique annuelle).


D’autre part, il est vrai que les retraites en Roumanie sont très basses, une retraite moyenne étant aux alentours de 230 euros. D’autre part, l’effort imposé au budget à travers ces majorations est immense: en 2017, le déficit du fond des retraites va atteindre les 28 milliards de lei (6,2 milliards d’euro, ce qui équivaut à 3,5% du PIB), ce qui est au-dessus de la somme prévue pour le déficit budgétaire, de 24 milliards de lei (5,3 milliards d’euro), et dont la limite a été établie à 2,96% du PIB. En pratique, tous les emprunts effectués par la Roumanie cette année, ont principalement comme but de couvrir le manque créé par le déficit lié aux retraites. C’est ce qu’ont fait les Grecs il y a 30 ans: ils ont emprunté pour pouvoir majorer les retraites et les salaires, mais l’addition est donnée aujourd’hui à d’autres Grecs qui payent ce qu’ils n’ont pas commandé.


Il existe beaucoup d’explications quant à cette situation difficile dans laquelle se trouve le système des retraites roumaines. Premièrement, en Roumanie, il y a trop peu de contribuables qui payent pour le système des retraites. Dans une population active de plus de 9 millions de personnes, les salariés, donc ceux qui payent des contributions standard aux retraites, sont à la moitié. Il y a ensuite les 380.000 de personne qui travaillent en régime indépendant (PFA ou de PFI) et qui bénéficient d’un régime fiscal plus souple, ce qui signifie moins d’argent pour le fond des retraites. Enfin, on ajoute les retraites dites «spéciales» qui ne se basent pas sur les contributions, mais qui sont beaucoup plus élevées que les retraites moyennes, et augmentent fortement le déficit.


L’année passée, dans les dépenses de 58 milliards de lei (approx. 13 milliards d’euros) du système public des retraites, les subventions du budget d’État (à travers les emprunts) étaient de 21 milliards de lei (4,7 milliards d’euros), c’est-à-dire 36% du fond des retraites. Cette année, le déficit dans le fond des retraites va atteindre les 28 milliards de lei. Si les choses ne changent pas, dans un futur imminent, les retraites vont briser la colonne vertébrale du budget d’État.


Le gouvernement doit rester attentif quant à la situation des retraités, mais doit aussi couvrir les manques, soit par des mesures qui augmentent la masse des personnes qui payent les contributions aux retraites, ou, même si cela peut paraître dur, en augmentant les contributions aux retraites.


Le gouvernement roumain n’a pas le droit de répéter l’erreur commise par la Grèce et ainsi obliger les enfants d’aujourd’hui à payer demain ce qu’ont dépensé leurs grand-parents.

 

Iulian Anghel, journaliste au quotidien financier Ziarul Financiar (www.lepetitjournal.com/Bucarest) Lundi 3 avril 2017

 
A la Une

HISTOIRE D’UN LIEU - Le marché Obor

Connu de nom pour certains Français, passe-temps du week-end pour d’autres, le marché Obor est, pour les Bucarestois, un lieu chargé d’histoire. Son histoire n’est pas celle d’un bâtiment, mais celle d’un lieu qui change au gré des besoins et des nécessités d’une ville en expansion.
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine