Bucarest

MICRO-TROTTOIR - Pour qui voteriez-vous aux élections présidentielles françaises?

A un peu plus d’un mois des élections, la course à l'Elysée semble mouvementée. François Fillon a été récemment mis en examen dans l'enquête sur les possibles emplois fictifs, une première pour un candidat majeur de la présidentielle. D’après les derniers sondages, le résultat de cette présidentielle pourrait se jouer entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Nous avons demandé aux Roumains pour qui ils voteraient s’ils en avaient la possibilité.

 

Ernest, 35 ans : Moi je voterai sans hésitation pour François Fillon. Pour son approche géo-politique (renouer les relations avec la Russie) et parce qu'il veut faire de la France la première puissance d’Europe et la reconstruire sur de nouvelles bases. Et surtout, son programme n’est pas démago' comme celui de ses concurrents.


Ioan, 34 ans : Marine Le Pen, parce qu'elle n'est pas pro-Américaine et qu'elle est modérée mais à la condition qu'elle ne "détruise" pas l'Union Européenne, condition ou espoir.


Ruxandra, 50 ans : Je sais déjà pour qui je ne voterais jamais : pour Madame Le Pen. C'est contre tout ce à quoi je crois, contre mes principes de respect et de connaissance de l'Autre. Pour Monsieur Fillon, parti en tête de peloton au début, c'est la fin, je crois. Il me reste grosso modo Hamon et Macron. Jeunes tous les deux et charismatiques, jusqu'à un certain point... Tout de même, pas assez convaincants ni l'un ni l'autre. Donc pour le premier tour, je voterais blanc. Pour le deuxième, la situation changerait drastiquement. Je voterais toujours "non" pour Marine Le Pen même si je soutiens l'implication et la présence des femmes au sommet de la vie politique.


Carmina, 36 ans : Si j’avais le droit de voter aux élections françaises, je le ferais certainement à la faveur d’Emmanuel Macron. Je voterais pour lui parce qu’il est jeune, parce que je fais plutôt confiance à la fraîcheur de la jeunesse qu’à la rigidité du système, sans être anti-système, je suis anti-politique, la politique devrait être rendue sociale. Pour être honnête, je choisirais Macron aussi parce que je le trouve très charmant. Il est vrai qu’un homme séduisant à la tête du pays ne saura peut-être pas résoudre le problème du chômage, néanmoins, avec ses apparitions, il pourra éventuellement rendre beaucoup de femmes, et des hommes aussi, sinon plus heureuses, peut-être plus souriantes…

 

Andrei, 42 ans : J'ai horreur des extrêmes, des causes perdues d'avance et du manque de réalisme. En principe, je voterais Macron puisqu'il est le seul candidat réellement hors système et son programme dérange tous les autres candidats. Ce qui veut dire qu'il menace vraiment l'establishment qu'ils incarnent, de droite à gauche, de l'extrême droite à l'extrême gauche. Mais, de manière tout à fait réaliste, vu de l'extérieur, je voterais pour tout candidat avec de solides convictions européennes, qui puisse renforcer le rôle de la France au sein de l'UE et contrer, voire sortir du jeu, une extrême droite qui n'a pas sa place au sommet de ce pays et, plus généralement, dans l'Hexagone. Une France d'extrême-droite voudrait dire pas seulement la fin de tous les idéaux et idées qui nous ont fait aimer ce pays, mais ça va accélérer désenchantement pour le français et la francophonie.

 

Propos recueillis par Grégory Rateau (www.lepetitjournal.com/Bucarest) - mercredi 15 mars 2017

 
A la Une

CARNET DE VOYAGE - A la découverte de Sulina dans le Delta du Danube

Nous aimerions aujourd’hui vous faire partager un récit de voyage, vous donner envie, peut-être, de marcher dans nos pas, en sachant d’avance, que la découverte d’un lieu, est propre à celui qui la vit. Nous allons donc vous conter notre première fois dans la ville de «Sulina», en plein coeur du Delta du Danube. Une ville seulement accessible par les eaux, perdue entre les bras du Delta, où une vague impression de bout du monde ne nous a plus…

HORS PISTE AVEC GREGORY RATEAU - Mihail

En prolongement de son livre "Hors-piste en Roumanie", Grégory Rateau a rejoint l’équipe de RRI en français pour une série de portraits inédits…
Une internationale

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger. Il est prévu que 3 nouveaux établissements internationaux publics voient le jour prochainement. Le premier devrait d’ailleurs ouvrir ses portes pour la rentrée 2018.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine