Bucarest

ON Y ETAIT - La ferme Bio&co: la solidarité et l’insertion par le travail

Inspirée du réseau Cocagne, qui rassemble une centaine de jardins sociaux et bio en France, la ferme Bio&Co est une exploitation maraîchère entièrement bio située à seulement 30 km de Bucarest qui a la particularité d’employer des personnes en difficulté pour leur permettre de se réinsérer et d’apprendre un nouveau métier. De plus en plus d’entreprises sont sensibilisées à cette belle initiative, encore unique en Roumanie, et qui, nous l’espérons, en inspirera d’autres.

Photo : Grégory Rateau

 

Présentation de la ferme

L’évènement de découverte de la ferme, suivi d’un barbecue en plein air, a lieu en matinée, un samedi. Les nuages menacent, il est 10 heures, les gens se réunissent autour de Patrick et de Raluca Ouriaghli qui présentent la ferme: 4 hectares de terrain dont 8 serres, chacune de 500m2, où travaillent des personnes défavorisées venues ici pour une insertion professionnelle. «Cultiver le bio en cultivant la solidarité c’est possible», conclut Raluca. Après l'intervention bienveillante de François Coste, le président de la CCIFER, partenaire de cette visite, ils laissent ensuite la parole à un homme qu’ils sont fiers d’avoir présent à leurs côtés aujourd’hui, une sorte de mentor, Jean-Guy Henckel, le fondateur du réseau Cocagne qui leur a servi de modèle. Jean-Guy est très heureux de revenir en Roumanie et de constater l’avancement du travail effectué. Il nous raconte ensuite que la première fois qu’il a rencontré Raluca «je ne l’ai pas aidée parce qu’elle avait de l’argent ou un terrain, mais parce qu’elle est venue avec un beau projet social et la détermination nécessaire pour mener son projet jusqu’au bout.» Lorsque la visite guidée de la ferme débute, les invités se pressent pour cueillir et goûter les légumes de saison: tomates cerises, aubergines, petits pois, fèves, salades, basilic, persil, ... la liste est longue de ce que la nature a à nous offrir.


Un modèle à suivre

De nombreux chefs d’entreprises ont répondu présents, ce modèle social les intéresse, certains ont déjà des collaborateurs abonnés qui reçoivent les paniers au bureau, cela donne des idées aux autres. Ils visitent les serres, questionnent l’ingénieur agronome en charge de l’exploitation, Sebastian Georgescu, qui leur avoue avoir appris à faire du bio sur le tas. Il explique que pour protéger les plantes des maladies il utilise de la bouillie bordelaise préparée par ses soins à partir de chaux et de sulfate de cuivre. Les visiteurs interagissent ensuite avec les employés de la ferme, qui, pour la plupart, n’avaient jamais travaillé de manière officielle avant, et se retrouvent aujourd’hui totalement indépendants des services sociaux.


Place à la dégustation

Les nuages disparaissent, le soleil s’invite à l’apéro. Du vin bio des domaines franco-roumains (voir ici l'article que nous leur avons consacré) est servi aux invités pour accompagner le buffet campagnard préparé par Just et Yveline des Saveurs d'Yveline (nous avons également rencontré Just, voir ici) avec l'aide des salariés en insertion de la ferme. Avant de se mettre à table, Raluca nous explique que tout « est né du désir de lutter contre la discrimination et les exclusions, le but étant d’accompagner les hommes et les femmes dans leur insertion professionnelle, leur redonner confiance en eux, en leur apprenant un métier.» Elle poursuit: « Nous voulons aussi promouvoir le respect de la nature, la bio-diversité et un autre mode de consommation, local et respectueux de l'environnement."

La ferme propose des paniers bio livrés au bureau pour les entreprises partenaires ou sur des lieux de retrait, aujourd'hui au café Therapy proche de Romana (Lepetitjournal de Bucarest en a parlé ici), et bientôt à Herastrau et à Pipera, à la boucherie de Michel Champion (un article lui a été consacré ici). Nos paniers sont distribués directement, sans intermédiaire, vers un client responsable, un "consom'acteur". Les personnes abonnées à nos paniers, à partir du moment où elles consomment nos produits, participent à cette grande chaine de solidarité et viennent ici pour échanger des idées avec nous.»

Après le repas, les initiateurs du projet, les bénévoles et les employés, se réunissent tous pour une photo de groupe. Mission accomplie, la ferme Bio&co, a converti aujourd’hui, de nouveaux fidèles à sa cause. 

Pour plus d'informations sur la ferme bio&co (en roumain) et pour s'abonner: www.bio-co.ro

 

Grégory Rateau (www.lepetitjournal.com/Bucarest) - Mardi 12 juillet


Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Suivez-nous sur Facebook

 
A la Une

SPORT - Ouverture des Jeux de la Francophonie

Athlétisme, lutte et tennis de table. La capitale de la Cote d’ivoire accueille depuis le 21 juillet la 8ème édition des jeux de la francophonie. Ouverts aux jeunes ayant entre 18 et 35 ans, la Roumanie a présenté 57 sportifs qui auront jusqu’au 30 juillet pour tenter de décrocher chacun, une médaille d’or.

HORS PISTE AVEC GREGORY RATEAU - Mihail

En prolongement de son livre "Hors-piste en Roumanie", Grégory Rateau a rejoint l’équipe de RRI en français pour une série de portraits inédits…
Une internationale

HIKARI – Plongez au cœur de La Havane, Tokyo ou encore Rio !

Désignant la lumière en japonais, le terme Hikari aura sans doute séduit les éditions françaises du même nom, qui à leur façon souhaitent elles aussi mettre le monde en lumière. Avec leur collection « Portraits Ville » elles ont pour ambition de renouveler le genre du livre de voyage, et de faire découvrir à leurs lecteurs de façon intime et personnelle les moindres recoins d’une métropole à travers le regard de ses habitants. Cet été, 3…
Actu internationale
En direct d'Europe
Stockholm - Actualité

6 FEVRIER – La fête nationale same

Depuis 1992, le 6 février, c’est la fête nationale same (samenationaldagen). Une occasion pour nous d’aborder la culture et l'histoire de…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine