Bucarest

LE IASI DE ... - Aurélien Amigues, lecteur de français à Iași

Aurélien est lecteur de français à l’Université Alexandru Ioan Cuza et chargé de coopération éducative à l’Institut français de Iași, quatrième ville la plus importante de Roumanie et chef-lieu de la région de Moldavie. Ville culturelle, jeune, verte et dynamique, elle accueille des étudiants venant des quatre coins du globe. Allons découvrir un peu plus en détails son histoire, sa culture et ses secrets.

 

Pourquoi faut-il visiter Iași?

L’ancienne capitale de la principauté de Moldavie est la quatrième ville la plus importante de Roumanie. Iasi est aujourd’hui le chef-lieu du département (judet) du même nom. Elle est le centre historique, académique, économique, culturel et artistique de la région moldave. La ville aux sept collines, comme les Iassiotes se plaisent à l’appeler,  avoisine les 300 000 habitants et chaque année, ce sont plus 50 000 étudiants qui fréquentent les 8 établissements d’enseignement supérieur de la ville. Iasi attire des étudiants venant des quatre coins du monde. Notons que l’Université Alexandru Ioan Cuza est la plus ancienne université de Roumanie et l’une des plus prestigieuses.

Située au nord-est du pays, cette région est également l’un des berceaux de la Francophonie roumaine. Il n’est pas rare d’entendre parler français dans les rues de la ville car bon nombre de jeunes francophones viennent étudier ici.

Grande ville de province calme et agréable, Iași affiche une véritable âme théâtrale et littéraire. De prestigieux auteurs y sont nés ou y ont vécu : Ion Creangă, Mihai Eminescu, Mihail Sadoveanu ou bien encore Vasile Alecsandri. C’est ici qu’a été jouée la première pièce de théâtre en langue roumaine (1816) et inauguré le premier théâtre national en 1840. C’est aussi la ville natale du célèbre réalisateur Cristian Mungiu.

Iasi est également animée par une ferveur religieuse et représente un haut lieu de pèlerinage orthodoxe.  Les lieux de cultes – monastères et églises – sont  autant de merveilles architecturales méritant d’être visitées.

N’hésitez donc pas à venir explorer la ville et ses collines, cela vaut le détour. Par ailleurs, les Iassiotes sont très amicaux et chaleureux !


Quelles sont les trois choses les plus importantes à voir ?

Si vous venez à Iasi pour la première fois, vous pouvez suivre trois axes de visite qui vous permettront de découvrir les monuments et d’apprécier les sites touristiques les plus importants de la ville.

Vous pouvez donc commencez à vous promener le long du boulevard Carol 1er (colline de Copou). En le parcourant de haut en bas, vous passerez devant le Jardin botanique Anastasie Fătu, puis devant le parc Copou qui abrite la Maison de la Culture (Casa de Cultură Mihai Ursachi). Vous pourrez également vous arrêtez et visiter l’Institut français de Iasi, l’Université Alexandru Ion Cuza, le Musée de l’Université Alexandru Ioan Cuza, la Casa Memoriala « Vasile Pogor » (musée de la Littérature roumaine). En bas du boulevard, vous remarquerez la Bibliothèque centrale universitaire « Mihai Eminescu » ainsi que la Maison de la Culture pour les étudiants.

Je vous suggère ensuite d’emprunter la rue piétonne Alexandru Lăpuşneanu (en face du grand rond-point). Historiquement, ce passage a toujours représenté la jonction entre le nord de la ville et le centre. Antiquaires, bouquinistes et cafés se succèdent et donnent à cette rue une atmosphère de détente. Vous y trouverez également le Musée de l’Union et le cinéma Republica, datant de l’ère communiste. La rue vous conduira jusqu’à la Place de l’Union (Piaţa Unirii), autre lieu historique de la ville où trône la statue en bronze du Prince Alexandru Ioan Cuza, fondateur de la Roumanie moderne. La place a été élargie et reconçue dans les années 1960 et c’est aujourd’hui un lieu de rencontre, de socialisation et de manifestation.

Pour clôturer votre ballade, dirigez-vous vers le boulevard Ștefan cel Mare și Sfânt, dont une large partie a été rendue piétonne. Vous pourrez visiter la Cathédrale Métropolitaine, considérée comme « la Mère des églises de Moldavie »,  le Théâtre national Vasile Alecsandri, la Mairie de Iasi, le Monastère des «Trois Saints Hiérarques».  Au bout du boulevard, édifié en 1925 dans un style néogothique, le Palais de la Culture représente le symbole de la ville de Iași. Son imposante bâtisse abrite les musées d’Histoire, d’Art, d’Ethnographie, des Sciences et des Techniques. 

 

Quels sont les endroits cachés que seuls les habitants connaissent ?

Iasi recèle de nombreux endroits  que l’on ne remarque pas forcément au premier coup d’œil. C’est notamment le cas du bar Meru, situé sur le boulevard Carol 1er, sur la colline de Copou, non loin de l’Université Alexandru Ioan Cuza. Basé au premier étage d’un bâtiment ayant abrité La « Securitate » sous le régime communiste, l’entrée (latérale) est presque invisible. Contrairement à la façade du bâtiment, le bar offre une ambiance très chaleureuse et vous pourrez vous réchauffer auprès du poêle à bois en hiver et vous rafraîchir sur le balcon en été. Les fauteuils et les banquettes vous donneront l’impression d’être à la maison. C’est également un lieu d’exposition (peintures/photographies) et de concerts. Un peu plus bas, en vous dirigeant vers le centre-ville, je vous suggère vivement de vous arrêter au Cuib (nid en roumain). Là encore, il faut ouvrir l’œil pour se rendre compte qu’il s’agit d’un restaurant. Petit point de repère : un tandem vert trône à côté de la porte d’entrée en bois ! Cet espace unique se veut éthique. Les plats proposés sont végétariens et de saison. Les produits que vous y trouverez proviennent exclusivement des petits producteurs locaux. Vous pourrez églement chiner des objets artisanaux (sacs, bonnets, peluches, figurines, jouets…) fabriqués avec des matériaux de récupération et exposés sur un mur de palettes au fond de la salle. Joignez l’utile à l’agréable et faites un geste pour la planète ! 

 

 

Quel est l’endroit le plus calme pour se relaxer ?

Iasi est une ville plutôt verte et comporte de nombreux squares,  parcs et jardins. Crée en 1856, l’endroit le plus calme de la ville est sans aucun doute le Jardin botanique Anastasie Fătu, portant le nom de son fondateur. Avec ses 89 hectares de superficie, c’est à la fois le premier jardin botanique de Roumanie et le plus grand du pays. Organisé en plusieurs secteurs (serres, flore et végétation, biologique, ornemental, rosarium….) vous pourrez prendre le temps de flâner à travers ses nombreuses allées. L’un de ces secteurs est dédié aux personnes malvoyantes. On y présente des plantes riches en huiles essentielles ainsi que leurs descriptions en braille.

Selon les saisons, vous pourrez admirez différentes expositions de plantes et de fleurs. Situé sur les hauteurs de la colline Copou, le jardin offre également une vue imprenable – et propice à la méditation- sur la campagne vallonnée qui entoure Iasi. Un bois sépare la partie florale de l’étang se trouvant en contrebas. Si vous souhaitez vous éloigner temporairement de l’environnement urbain et « recharger les batteries », c’est l’endroit idéal. Prenez un livre et installez-vous dans l’une des clairières ombragées de cet espace forestier, vous en ressortirez parfaitement relaxé(e) !

 

 

Où est le meilleur spot pour embrasser quelqu’un ?

Comme le chantait Brassens, la ville regorge d’endroits pour « accueillir les amours débutants ». Accompagné(e) de votre bien-aimé(e), promenez-vous le long du boulevard Ștefan cel Mare și Sfânt. Le square boisé jouxtant le Théâtre national et la Mairie est l’endroit où jeunes et moins jeunes « se bécotent sur les bancs publics ». L’hiver y apporte également sa touche de romantisme avec l’apparition des illuminations de Noël, l’installation de cabanons en bois pour le  marché, les verres de vin chaud et les pâtisseries encore fumantes à grignoter en amoureux. Votre promenade sera ponctuée de « colinde » (chansons de noël roumaines) entonnées dans les rues par des chorales. Dès le mois d’octobre, le Parc Copou et le Jardin botanique se parent de leurs couleurs automnales et la poésie des paysages est propice à l’amour. Au printemps et en été, la superbe roseraie de ce même jardin est l’endroit idéal pour faire votre déclaration. Elle est d’ailleurs très fréquentée par les jeunes mariés. Si vous préférez être un peu plus à l’abri des regards, il existe un autre « coin verdure » que peu de gens connaissent. Située sur la colline de Copou, en contrebas de la rue Sărărie, cachée derrière des maisons aux jardins pittoresques, une grande clairière s’étend sur le versant de la colline. Amis et jeunes couples s’y retrouvent pour pique-niquer ou s’embrasser au coucher du soleil !

 

Un bon endroit pour manger la cuisine traditionnelle de la région ?

Une fois que vous aurez arpenté les rues de la ville et ses recoins, vous serez sûrement pris d’une petite fringale. Ce sera alors l’occasion de goûter aux spécialités culinaires de la région. Incontournable, le restaurant La Conac propose une excellente cuisine traditionnelle roumaine dans un cadre rustique très agréable. En hiver, vous pourrez vous installer à l’intérieur et profiter de la chaleur de la cheminée tout en admirant la décoration authentique des maisons roumaines d’antan. En été, les pergolas installées dans le jardin vous offriront un toit végétal idéal (vignes) pour vous abriter de la chaleur. Vous pourrez bien entendu y goûter la célèbre « Tochitură Moldovenească» (semoule de maïs, fromage frais, œuf, le tout accompagné de saucisson fumé et de lardons), les « Sărmaluțe » / « Sarmale » (rouleaux de feuilles de vignes ou de choux farcis de riz et de viande de porc), le « Bulz » (également à base de semoule de maïs et de fromage), les « Mici » (viande grillée) ainsi qu’un excellent canard au chou ( « rață cu varză »).

Prenez maintenant un peu de hauteur en allant à La Taverna, un restaurant traditionnel très charmant situé sur la colline de Bucium. Vous aurez de surcroît un formidable point de vue sur Iași et la campagne environnante. Pour celles et ceux qui auraient beaucoup marché et qui auraient très faim, le restaurant Oscar est l’endroit idéal. Les plats y sont très bons et les assiettes très copieuses !

 

 

Le meilleur endroit pour sortir ?


De par son nombre d’étudiants, Iasi est une ville jeune et dynamique. Quelques soient vos goûts en matière de vie nocturne, vous trouverez chaussure à votre pied.

L’un des endroits les plus appréciés par la communauté étudiante est le quartier de la « Place au CUBE » (« Piațeta la CUB »). Quartier dynamique et festif, on y trouve des bars et des clubs souterrains offrant une ambiance rock et électro (« La Bază », «Underground pub »…)

Pour les clubbers, il existe de nombreuses discothèques, notamment dans le quartier étudiant Tudor Vladimirescu (le « Rosu si Negru », le « Best Billiards »….) et au centre-ville (« Fratelli », « Babylon Night-Club », « Cafeneaua Piata Unirii »….)

Pour des sorties plus calmes, vous pourrez aller vous détendre au Rétro Café (sur la colline de Copou), dans une belle maison ancienne remplie de vieux objets, de livres et de jeux de société, ou bien à l’Acaju, un bar alternatif du centre-ville. Voici quelques autres adresses très sympas pour des sorties entre amis : Beraria Veche, Beer Zone, Rock’n’Rolla…

N’hésitez pas à consultez la programmation théâtrale ainsi que celle de la Philharmonie « Moldova » de Iasi où des concerts et des récitals sont régulièrement organisés.

Durant l’année, la ville accueille également bon nombre de festivals comme par exemple le Festival de Théâtre EuroArt au mois de mai, le FIE (Festival International de l’Education), le FILIT au début du mois d’Octobre (Festival International de Littérature et de Traduction), les Films de Cannes à Iasi, également au mois d’octobre, le Festival des étudiants francophones au mois de mai (concours, projection de film en plein air, ateliers théâtre…).

Cette année, Iasi a accueilli la première édition du Festival AfterHills du 23 au 25 juin. Pendant trois jours, plus de 20 000 personnes sont venues profiter les « vibes électro » de DJ roumains et étrangers sur les hauteurs de la ville. Très prometteur pour la seconde édition !

 

 

Aurélien Amigues

 

(www.lepetitjournal.com/Bucarest) - Vendredi 30 juin 2017

 
A la Une

PR. DENIS BUICAN - « La science ne doit avoir aucune limite »

Denis Buican est biologiste, historien des sciences, philosophe et poète. Il a combattu les théories de Lyssenko enseignées et imposées sous le bloc communiste. Banni de l’université, il continue dans le domaine scientifique et sera naturalisé français après avoir fui la dictature communiste roumaine pour Paris en 1969. Il a élaboré une théorie synergique de l’évolution et une nouvelle théorie de la connaissance, la biognoséologie. Avec le…

HORS PISTE AVEC GREGORY RATEAU - Mihail

En prolongement de son livre "Hors-piste en Roumanie", Grégory Rateau a rejoint l’équipe de RRI en français pour une série de portraits inédits…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine