Bucarest

ESCAPADE SUR DEUX ROUES - Partez en vélo autour de Bucarest

Nous le savons, Bucarest n’est pas le lieu idéal pour les cyclistes. En dehors des parcs (et ils sont nombreux), les routes sont dangereuses et très agglomérées aux heures de pointes, autant dire une bonne partie de la journée. Pas d’inquiétude, vous pouvez vous évader le temps d’un week-end à proximité de la Capitale, pour fuir les pots d’échappements et les odeurs nauséabondes du gasoil.


1 - Bucarest - la forêt Băneasa - Bucarest

Le trajet est très simple, parfait pour les amateurs ou les couples avec enfants. En seulement quelques heures vous pourrez rejoindre la forêt de Băneasa, mais avant il vous faudra malheureusement endurer le trafic sur les grands boulevards bucarestois. Vous me direz, on a rien sans rien.

Vous commencerez votre périple dans le centre, à Piata Universitatii, le temps d’avaler un bon petit déjeuner bien copieux et de dire adieu aux quatre roues, puis vous pédalerez vers Piata Delfinului dans le quartier Pantelimon. Vous continuerez jusqu’à Pasajul Colentina-Pantelimon pour arriver ensuite dans la zone Doamna Ghica d’où vous pourrez enfin vous évader de la Capitale: Bucarest ne sera plus qu’un minuscule point gris perdu dans le lointain. La route est la suivante : Strada Doamna Ghica - Şoseaua Petricani - Şoseaua Fabrica de Glucoză - Bulevardul Barbu Văcărescu - Strada Căpitan Alexandru Şerbănescu - Bulevardul Aerogării - Aleea Privighetorii - Băneasa.

- Longueur du trajet 44 km / 3h environ

2 - Bucarest - le Lac Snagov - Bucarest

Ce trajet est plus difficile mais idéal pour les cyclistes endurants qui ont déjà dépassé les 100km.
Votre point de départ sera l’Arc de Triomphe, le temps de vous rappeler pourquoi cette ville a longtemps été surnommée «Le petit Paris» et vous pédalerez en longeant le parc Herastrau, un bel avant goût des beautés qui vous attendent. Vous sortirez ensuite vers Otopeni sur la DN1. Cette portion peut être fatigante à cause du trafic mais le jeu en vaut la chandelle, vous passerez par les très belles localités de Săftica - Vlădiceasca - Ciofliceni et Ghermăneşti. Votre destination finale sera le lac Snagov qui fait partie d’une réserve naturelle du même nom. Vous pourrez admirer ses nombreuses espèces de plantes rares comme le nénuphar blanc et le nénuphar indien. Le dépaysement est garanti ou remboursé.

-Longueur du trajet 105 km / 5h environ

 


3 - Bucarest - Ciocăneşti - Bucarest

Pour les plus pressés et ceux qui veulent éviter le trafic, vous pouvez opter pour ce dernier trajet qui débute dans le quartier de Crangasi et a comme destination finale la localité de Ciocanesti. L’avantage est que vous passerez plus de temps sur des chemins de terre à écouter le bruit des oiseaux et à contempler votre conjointe dans les ondulations des lacs.

Après 5 km, vous devrez contourner le lac Morii puis vous diriger vers la forêt Raioasa. Le chemin continuera ensuite vers la gauche et vous arriverez à proximité du lac Buftea. Vous aborderez ensuite le lac Zmeului, une mini Delta avec des canards sauvages et des roseaux, pour foncer tout droit vers Ciocanesti, votre destination finale. En chemin, vous rencontrerez des locaux qui vous vendront des produits maisons. Attention à ne pas trop charger vos vélos.

-Longueur 33 km / 2h30 environ

Bonne route!

 

Grégory Rateau (www.lepetitjournal.com/Bucarest) vendredi 17 mars 2017

 
A la Une
Une internationale

ROAMING – Ni expats, ni immigrants, vivre à l’international au 21e siècle

Ni expatriés, ni locaux, ni immigrants… Comment définir ces citoyens du monde qui s’installent, pour quelques années, sans filet, dans un pays qui n’est pas le leur? Des itinérants, des nomades ? Dans son livre, CM Patha dresse les caractéristiques de ces millions d'individus dont on n’entend pas la voix. Beaucoup d’entre vous se reconnaitront !
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine