Bucarest

BUCAREST DE POCHE - 3 restaurants pour manger roumain

Le street food envahit les rues de Bucarest, la cuisine traditionnelle est en perte de vitesse dans le vieux centre où les touristes optent plutôt pour les pizzas et les kebabs...Pourtant la cuisine roumaine est très importante à découvrir pour aborder cette culture. Nous avons donc choisi 3 restaurants traditionnels qui font de la résistance et qui vous attendent pour une dégustation typiquement roumaine.

 

 

 

Torna Fratre

Une cour spacieuse avec une belle maison 1900 dans le fond. A l’intérieur, des photographies sur les murs de la Roumanie, du folklore, des portraits en noir et blanc. Ici, on déguste de la cuisine roumaine paysanne de toutes les zones géographiques: vous aurez donc le choix entre la cuisine moldave, transylvaine, celle d’Olténie ou de Munténie mais aussi celle de nos voisins Aroumains ou Bessarabiens. Chaque jeudi, vendredi et samedi vous pourrez écouter de la musique live avec des chants traditionnels dans une ambiance chaleureuse et populaire. Les vins sont très bons et vont du Feteasca Neagra au Merlot français pour accompagner vos viandes. Les plats à ne surtout pas manquer sont le "cavarma" de canard avec sauce à l'ail et mamaliga ou les "coltunasi" (une sorte de ravioli) aux cèpes ou encore le "tarator", une sorte de tzatziki. Si vous avez des difficultés à comprendre un plat, demandez à vos amis roumains ou au serveur, il se fera un plaisir de conseiller des étrangers de passage.

Adresse: Strada Tunari 38, Bucarest

 

 

 

Lacrimi si Sfinti

Appartenant au célèbre poète et amoureux de la cuisine, Mircea Dinescu, ce restaurant veut faire renaître la cuisine régionale en reprenant des recettes vieilles de cent ans, et en les réinterprétant d’une façon contemporaine. L’amour et le respect des traditions se retrouve dans la décoration rustique-sophistiquée du local: les poutres en bois proviennent de vieilles maisons, ainsi que les fenêtres et les armoires. Les produits utilisés sont locaux et bio: le poisson est pêché dans le Delta, la volaille est élevée en plein air, la viande de porc et de veau est fournie par des petits producteurs locaux. Rien qu’en lisant le menu le plaisir commence avec la dénomination ludique des plats: un risotto de hipster avec un «silure sentimental» et des «sarmale ne-m’oublie pas». Il faudra goûter aussi le vin de la maison qui vient des vignobles privés du poète. Si vous avez de la chance, vous pourrez même croiser Dinescu sur la terrasse, immédiatement reconnaissable par son grand feutre noir, en train de lire un livre tout en savourant un verre de vin.

 Adresse: Strada Șepcari, Bucarest

 

 

La Copac

Une belle terrasse autour du vieux mûrier vous attend dans une ambiance décontractée. Le week-end on cuisine comme jadis, sous le feu du ceaun, une sorte d’énorme marmite, en plein air. Les végétariens seront un peu déçus car ici les viandes sont à l’honneur. L’originalité ? Essayez donc le porc"de boyard"  fait à la poêle avec des cornichons et une sauce moutarde-miel accompagné de pommes au four aromatisées et vous viendrez me dire que la cuisine roumaine manque de créativité et de saveur. La Copac est devenu le rendez-vous des amoureux de l’art, certains jours des artistes ont même carte blanche pour préparer un plat typique à leurs invités, le restaurant se transforme alors en une fête chez l’habitant.

 Adresse: Strada Pitar Moș 23, Bucarest

 

 

 

Sarah Taher et Grégory Rateau (www.lepetitjournal.com/Bucarest) - Mercredi 12 juillet


Abonnez-vous à notre newsletter gratuite

Suivez-nous sur Facebook

 

 
A la Une

PR. DENIS BUICAN - « La science ne doit avoir aucune limite »

Denis Buican est biologiste, historien des sciences, philosophe et poète. Il a combattu les théories de Lyssenko enseignées et imposées sous le bloc communiste. Banni de l’université, il continue dans le domaine scientifique et sera naturalisé français après avoir fui la dictature communiste roumaine pour Paris en 1969. Il a élaboré une théorie synergique de l’évolution et une nouvelle théorie de la connaissance, la biognoséologie. Avec le…

HORS PISTE AVEC GREGORY RATEAU - Mihail

En prolongement de son livre "Hors-piste en Roumanie", Grégory Rateau a rejoint l’équipe de RRI en français pour une série de portraits inédits…
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine