ENTRETIEN - Andrei Ţăranu : "La campagne sera dure mais sans intérêt"

Depuis vendredi dernier (et jusqu'au 8 décembre) les partis politiques sont entrés en campagne électorale. Pendant un mois, les candidats s'affronteront pour les sièges de sénateurs et députés. Décryptage avec Andrei Ţăranu, politologue et professeur à la faculté de Sciences politiques de Bucarest

Photo : D.R.

Lepetitjournal.com/Bucarest - La campagne a commencé vendredi avec une accusation d'incompatibilité pour trois ministres du gouvernement par l'Agence nationale d'intégrité (ANI). Est-ce une coïncidence ? A quoi va ressembler cette campagne électorale ?  
Andrei Ţăranu -
La campagne va être d'une part très dure. D'autre part, elle ne va pas attirer énormément d’électeurs, ou alors seulement une certaine catégorie de personnes. Quant à la décision de l'ANI, il est difficile de dire si c'est une coïncidence ou pas. Néanmoins, d'après les éléments que l'on a en main, il est peu probable que ce soit un hasard. Il faut rappeler qu'il a toujours existé auparavant, pendant d'autres campagnes électorales, ce genre de dossiers qui ont éclaté au début des campagnes, afin de défier la concurrence. Il est possible que cette course électorale pour les législatives soit de ce type-là, une campagne sans grands messages politiques pertinents, mais plutôt avec des affaires lancées en pâture aux électeurs.

Est-ce que la crise politique de cet été a, d'une certaine manière, affecté l’intérêt des citoyens pour ces élections législatives ? Va-t-on le ressentir sur le taux de participation au vote ?
Pour certains, cette crise a renforcé leur antipathie vis-à-vis des hommes politiques, et cela pour deux motifs. Pour ceux qui soutiennent le président Traian Băsescu, ils ont compris que le boycott était une forme de protestation des plus faciles et des plus performantes. Quant aux autres, qui se sont opposés au président et qui ont été tout de même nombreux, ils ont l'impression que leur vote au référendum n'a pas compté, alors ils sont assez déçus. Dans tous les cas, le taux de participation aux élections législatives sera moyen et n'égalera jamais celui des élections municipales de juin, qui n'a jamais été aussi élevé depuis 2000. L’intérêt pour les locales est beaucoup plus important, car les électeurs connaissent le maire, les conseillers municipaux, des personnes qui sont proches et connues des communautés, ce qui n'est pas le cas des députés ou des sénateurs.

Gigi Becali est candidat pour l'Union sociale libérale (USL), le Parti national libéral chute dans les sondages, Dan Diaconescu se présente sur les terres de Victor Ponta, comment expliquez-vous tout ça ?
Concernant Becali, c'est une décision difficile à comprendre. De mon point de vue, même si je n'en ai pas la preuve, c'est pour des questions de financement. Quant à la chute du PNL dans les sondages, on a à faire à des alliances politiques, donc difficile de dire si cela aura une influence sur le vote pour l'USL. Mais au niveau local, l'USL a du poids, l’électorat la connaît, donc cela n’empêchera pas les électeurs de voter pour elle. Par contre, il est difficile de savoir à quoi joue Dan Diaconescu. Il se présente contre Ponta dans le département de Golj, de manière à ce que Ponta n'obtienne pas directement 50% des voies. Souvent, le Parti du peuple - Dan Diaconescu (PP-DD) utilise ce type de stratégie : voler des voies à l'USL, de façon à avantager l'Alliance roumaine de droite (ARD).
Propos recueillis par Julia Beurq (www.lepetitjournal.com/Bucarest) lundi 12 novembre 2012

 

 
A la Une

POLITIQUE - Haro sur la loi

La loi qui empêche les élus condamnés d'occuper un poste au gouvernement est contestée par le Défenseur roumain des droits des citoyens.…
Une internationale

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières…
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

TÉLÉTRAVAIL – Les entreprises françaises championnes!

Je télétravaille, tu télétravailles, ils télétravaillent… Plus de 70% des entreprises françaises autorisent à des degrés divers leurs salariés à travailler depuis leur domicile. Elles répondent à une demande des salariés qui invoquent en premier lieu un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pour les expatriés, le télétravail peut aussi être un moyen de mieux appréhender la mobilité souvent inhérente aux carrières internationales.

GWENAELLE DE BIZEMONT - "Dubaï nous offre la possibilité d’entreprendre"

Femme d’expatriée, ayant vécu dans six pays différents en vingt ans, Gwenaëlle de Bizemont pose ses valises en 2005 à Dubaï. Entrepreneuse depuis toujours avec la création de huit (!) sociétés à son actif, Gwenaëlle nous parle de son dernier projet et de sa vision du monde des affaires à Dubaï. 
Expat - Politique

ELECTIONS – Trop coûteuses pour des Français de l’étranger peu mobilisés ?

Entre 2011 et 2014, le coût des élections organisées pour les Français établis hors de France a été supérieur à 34 millions d’euros, un montant pointé par la Cour des Comptes qui s’inquiète de nombreuses faiblesses relatives à la fiabilité de la Liste électorale consulaire ou au vote par internet, et surtout d’une faible participation.

IMPÔT UNIVERSEL – Mélenchon veut en imposer aux expatriés

Le candidat de La France Insoumise à la présidentielle, a annoncé vouloir créer un impôt universel basé sur la nationalité du cotisant, inspiré du modèle américain. Cette proposition censée éviter l'évasion fiscale vise les expatriés payant un faible impôt dans leur pays d'accueil.
Magazine