ENTRETIEN - Andrei Ţăranu : "La campagne sera dure mais sans intérêt"

Depuis vendredi dernier (et jusqu'au 8 décembre) les partis politiques sont entrés en campagne électorale. Pendant un mois, les candidats s'affronteront pour les sièges de sénateurs et députés. Décryptage avec Andrei Ţăranu, politologue et professeur à la faculté de Sciences politiques de Bucarest

Photo : D.R.

Lepetitjournal.com/Bucarest - La campagne a commencé vendredi avec une accusation d'incompatibilité pour trois ministres du gouvernement par l'Agence nationale d'intégrité (ANI). Est-ce une coïncidence ? A quoi va ressembler cette campagne électorale ?  
Andrei Ţăranu -
La campagne va être d'une part très dure. D'autre part, elle ne va pas attirer énormément d’électeurs, ou alors seulement une certaine catégorie de personnes. Quant à la décision de l'ANI, il est difficile de dire si c'est une coïncidence ou pas. Néanmoins, d'après les éléments que l'on a en main, il est peu probable que ce soit un hasard. Il faut rappeler qu'il a toujours existé auparavant, pendant d'autres campagnes électorales, ce genre de dossiers qui ont éclaté au début des campagnes, afin de défier la concurrence. Il est possible que cette course électorale pour les législatives soit de ce type-là, une campagne sans grands messages politiques pertinents, mais plutôt avec des affaires lancées en pâture aux électeurs.

Est-ce que la crise politique de cet été a, d'une certaine manière, affecté l’intérêt des citoyens pour ces élections législatives ? Va-t-on le ressentir sur le taux de participation au vote ?
Pour certains, cette crise a renforcé leur antipathie vis-à-vis des hommes politiques, et cela pour deux motifs. Pour ceux qui soutiennent le président Traian Băsescu, ils ont compris que le boycott était une forme de protestation des plus faciles et des plus performantes. Quant aux autres, qui se sont opposés au président et qui ont été tout de même nombreux, ils ont l'impression que leur vote au référendum n'a pas compté, alors ils sont assez déçus. Dans tous les cas, le taux de participation aux élections législatives sera moyen et n'égalera jamais celui des élections municipales de juin, qui n'a jamais été aussi élevé depuis 2000. L’intérêt pour les locales est beaucoup plus important, car les électeurs connaissent le maire, les conseillers municipaux, des personnes qui sont proches et connues des communautés, ce qui n'est pas le cas des députés ou des sénateurs.

Gigi Becali est candidat pour l'Union sociale libérale (USL), le Parti national libéral chute dans les sondages, Dan Diaconescu se présente sur les terres de Victor Ponta, comment expliquez-vous tout ça ?
Concernant Becali, c'est une décision difficile à comprendre. De mon point de vue, même si je n'en ai pas la preuve, c'est pour des questions de financement. Quant à la chute du PNL dans les sondages, on a à faire à des alliances politiques, donc difficile de dire si cela aura une influence sur le vote pour l'USL. Mais au niveau local, l'USL a du poids, l’électorat la connaît, donc cela n’empêchera pas les électeurs de voter pour elle. Par contre, il est difficile de savoir à quoi joue Dan Diaconescu. Il se présente contre Ponta dans le département de Golj, de manière à ce que Ponta n'obtienne pas directement 50% des voies. Souvent, le Parti du peuple - Dan Diaconescu (PP-DD) utilise ce type de stratégie : voler des voies à l'USL, de façon à avantager l'Alliance roumaine de droite (ARD).
Propos recueillis par Julia Beurq (www.lepetitjournal.com/Bucarest) lundi 12 novembre 2012

 

A la Une

LA LEÇON DE ROUMAIN - (3) Les consonnes (I)

Chers amis, bonjour - Bună ziua. Mulţumesc - merci de votre présence. Grâce à vous, aujourd’hui encore, nous aurons l’occasion d’exercer notre roumain ! Dans quelques mois, peut-être, pourrons-nous faire déjà un brin de causette. Pour l’instant, nous en sommes encore aux préliminaires. Nous savons déjà que le roumain est une langue d’origine latine et une langue euphonique, où l’on prononce comme on écrit. Seulement, le roumain comporte des sons…

CULTURE - Par ici les sorties

La rédaction du Petitjournal.com vous propose votre bouillon de culture hebdomadaire pour profiter pleinement de la capitale roumaine. Ciné,…

CHRONIQUE CULTURE - À la dérive

Depuis la semaine dernière, plusieurs dirigeants de l’Opéra National de Bucarest - compagnie chapeautant aussi le Théâtre d’Opérette - sont…
Une internationale

NÉPAL – "Le séisme aggrave le risque de trafic de femmes et d’enfants"

Stéphanie Selle, directrice de l’ONG française Planète Enfants, a vécu le violent séisme qui a frappé le Népal. Plus que jamais, le pays a besoin de dons pour couvrir les besoins d’urgence, mais aussi pour lutter contre la traite des femmes et des enfants, particulièrement vulnérables dans le chaos.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

MAITRES ET CUISINIERS DE FRANCE - Fabrice Vulin nommé président de la nouvelle branche Asie-Pacifique

Excellence. Telle est la devise des Maîtres et cuisiniers de France. Près de 65 ans après sa création à Paris, la prestigieuse association vient de lancer sa branche Asie-Pacifique. Le 14 mai dernier, dans les salons du Four Seasons de Hong Kong, Fabrice Vulin, chef du restaurant étoilé Caprice, a été intronisé président de la nouvelle délégation, qui ne compte encore aujourd’hui que 8 membres.
Expat - Politique
Magazine
Les trophées

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Une soirée de gala au Quai d’Orsay pour les lauréats

Pour la troisième édition des Trophées des Français de l’étranger, plus de 300 personnes étaient réunies mardi 17 mars au Quai d’Orsay pour récompenser les lauréats. Ces sept expatriés aux parcours exceptionnels, faisant rayonner la France au-delà de ses frontières grâce à leurs projets variés, étaient à l’honneur. Aux côtés du Secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger, Matthias Fekl, sénateurs, députés et partenaires étaient présents pour la cérémonie.

TROPHÉES DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER – Découvrez les lauréats 2015

lepetitjournal.com met à l’honneur nos compatriotes avec les Trophées des Français de l'étranger. Découvrez les lauréats de cette troidième édition. Ils sont luthier au Portugal, entrepreneur au Vietnam, artiste scupteur en Thaïlande, apprenti forgeron au Japon, ils ont fondé une école au Danemark, une ONG au Cambodge ou voué leur vie à l'agro-écologie en Afrique...Tous ont en commun un engagement et un parcours exceptionnels. Ils ont été récompensé hier soir au Quai d'Orsay, lors d'une soirée de gala