ECONOMIE - Une importante affaire de fraude touche les banques roumaines

Le démantèlement d'un vaste réseau de fraude bancaire impliquant de hauts fonctionnaires et le directeur adjoint de la deuxième banque du pays secoue le milieu de la finance roumaine. Le parquet parle d'un préjudice de 22 millions d'euros. Les banques encaissent sans sourciller et assurent ne pas être affectées.


Photo : J.M.

Le système était bien rôdé. Les malfaiteurs réussissaient à obtenir des prêts auprès de banques commerciales en présentant de fausses garanties dont certaines provenaient du ministère de l'Economie. Les sommes empruntées étaient importantes mais n'étaient jamais remboursées. Les bénéficiaires réels de ces financements, eux, restaient hors d'atteinte. Au total, une cinquantaine de personnes seraient impliquées dans cette affaire, dont le chef du Fonds de garantie des crédits pour les PME – l'organisme d'Etat censé faciliter l'accès des petites et moyennes entreprises aux financements bancaires – et le vice-président de la BRD, filiale du groupe français Société Générale. "Entre 2010 et 2012, les membres de cette bande organisée ont obtenu ou essayé d'obtenir 40 prêts dans 16 unités bancaires différentes de Roumanie par le biais de documents falsifiés", précise le communiqué du parquet spécialisé dans la criminalité organisée (DIICOT), en charge du dossier. Les 48 inculpés sont également soupçonnés d'avoir obtenu illégalement du ministère de l'Economie le financement de plusieurs projets destinés à acquérir des équipements agricoles. Vendredi, le DIICOT a annoncé que ce réseau aurait pénétré 80% du système bancaire du pays. La presse s'est chargée du reste pour faire de ce dossier une véritable affaire d'Etat.

Le milieu bancaire rassure

"C'est une erreur (..) On parle sûrement de 0,8%, a immédiatement répondu le gouverneur de la banque nationale de Roumanie (BNR), Mugur Isarescu. Les trois premières banques du pays ont à elles seules plus de 2000 succursales, hors seulement 16 sont concernées." M. Isarescu a également coupé court aux rumeurs selon lesquelles cette affaire aurait mis au jour une "taupe" au sein du système bancaire, préférant parler d'un groupe organisé extérieur. La BRD, deuxième banque du pays, a quant à elle annoncé quelques heures après les premières arrestations que "son activité n'était pas affectée par cet événement", et qu'elle restait à la disposition des autorités pour tout renseignement nécessaire à l'enquête. "D'un point de vue financier, cette fraude n'est pas significative, ni pour le système dans son ensemble, ni pour les banques impliquées, confirme l'analyste économique indépendant Aurelian Dochia. Mais son impact affecte par contre le prestige des banques en général, et de celles citées dans ce dossier en particulier, dans un contexte international où tout le monde pointe du doigt les banquiers comme étant à la racine de la crise actuelle."
Jonas Mercier (www.lepetitjournal.com/Bucarest) lundi 5 novembre 2012

 
A la Une

CULTURE - Par ici les sorties

La rédaction du Petitjournal.com vous propose votre bouillon de culture hebdomadaire pour profiter pleinement de la capitale roumaine. Ciné, concerts, expos, rencontres : petit tour d'horizon des immanquables de la semaine à Bucarest ou ailleurs en Roumanie.
Une internationale
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

CARRIERE ATYPIQUE - Anne Barraud, les pieds sur le terrain, la tête dans le potentiel humain

Créer de la synergie dans les équipes, il y a des gens qui savent faire ça en vrai ? Le métier d’Anne est de résoudre des problèmes sur lesquels on s’arrache les cheveux : LES PROBLEMES HUMAINS. Anne est une pure opérationnelle, il n’y a qu’une vérité à ses yeux : le terrain. Les hommes et les femmes. Qu’ils soient péruviens, français ou camerounais. Elle donc n’a fait qu’une bouchée du défi interculturel. 
Expat - Politique

GLOBAL PEACE INDEX - Seulement dix pays "en paix totale"

Qui veut la paix prépare la guerre. Ce n’est pas ce que semble affirmer le Global Peace Index de 2016. Si la situation des pays en guerre va en s’empirant, celle des pays en paix se serait améliorée. L’Islande, le Danemark et l’Autriche sont en tête de ce classement. En revanche, il resterait, à l’heure actuelle, seulement dix pays dans le monde qui ne seraient pas engagés dans un conflit interne ou externe à leurs frontières. 
Magazine