Brisbane

Des vagues artificielles pour surfer dans des conditions idéales

 

Créer des vagues artificielles pour surfer dans des conditions idéales, c'est ce que propose la société australienne ''Surf Lakes''. Ce nouveau projet en construction dans le Queensland devrait concurrencer toutes les piscines à vagues déjà existantes dans le monde.

 

Un projet qui répond à un besoin dans le monde du surf

Il y aurait, selon l'entreprise 'surf lakes' environ 35 millions de surfeurs dans le monde. Cependant 90% d'entre eux déclarent aller surfer seulement quelques fois par an. Il n'y aurait donc que 7 millions de personnes qui pratiqueraient de manière régulière ce sport. Soit 0,1% de la population mondiale. Ce faible taux peut s'expliquer par le faible accès à l'océan, aux mauvaises conditions météorologiques mais aussi par la dangerosité de ce sport de part la présence de rocher et de requins pouvant attaquer les surfeurs. Ainsi, pour remédier à tous ces inconvénients qui peuvent être un frein pour beaucoup, 'surf Lakes' propose de créer un bassin avec des vagues artificielles qui s'apparenteraient à celles de Duranbah Beach dans le Queensland. Cela permettra donc de donner accès à un plus grand nombre de personnes au surf avec des vagues produites à la demande, pour tous les niveaux et en toute sécurité. Ce nouveau projet prévoit ainsi de doubler le nombre de surfeurs dans le monde avec une telle technologie et donc de stimuler l'industrie du surf. Un tel parc offrira donc toute une variété de vagues (reef break, shore break) sur 360°pour les débutants comme pour les professionnels. En effet cette grande piscine pourra être un stade pour les compétitions de surfs qui n'auront donc pas à se soucier des conditions météorologiques ainsi que de la lumière puisque le bassin pourra aussi être éclairé la nuit.

 

''Surf Lakes'' tente de se démarquer de ses concurrents en améliorant sa performance

La société ''Surf Lakes'' n'est pas la première à proposer de créer une piscine à vague. La première a été construite aux Etats-Unis dans les années soixante. Aujourd'hui il existe aussi d'autres entreprises proposant de tels bassins comme ''Wavegarden'' qui a construit Surf Snowdonia au Pays de Galles, N-Land dans l'Etat du Taxas aux Etats-Unis. ''Wave Park Group'', une société australienne propose également une offre similaire et est à l'origine du bassin The Cove à Perth. L'entreprise américaine ''Kelly Slater Wave Company'' concurrence aussi ''Surf Lakes'' avec son bassin en Californie. Pour se démarquer de la forte concurrence dans ce milieu, la nouvelle société australienne propose donc un modèle dont le générateur peut créer à chaque pulsation 8 vagues surfables et 4 vagues d'apprentissage dans les coins du bassin. Ainsi par heure, ça serait 2 400 vagues créées dont 1 200 vagues pour les débutants qui seront utilisées par les écoles de surf. Les piscines actuelles proposent seulement jusqu'à 1 000 vagues surfables par heure. Contrairement à ses compétiteurs, la société australienne a pour objectif de générer des vagues allant jusqu'à 2,4 mètres de haut alors que jusqu'ici les vagues artificielles atteignaient 1,7 mètre.

 

Un premier projet en construction dans le Queensland

Avant de construire un bassin ouvert au public, il est nécessaire de tester le nouveau projet. La première construction d'une telle piscine à vague aura pour objectif de prouver la capacité de la société à créer des vagues sans aucun danger pour le public. Étant donné que le surf est le second sport aquatique le plus populaire en Australie après la natation (2,5 millions de surfeurs), la création d'un premier bassin de démonstration dans ce pays semble idéale. De plus le projet devra se situer près d'une rivière, d'un lac ou d'un océan afin d'y filtrer l'eau. La société estime qu'il faudra entre 40 000 et 60 000 mètres cube pour remplir le bassin. Cela dépend de l'évaporation et des eaux de pluie. La première piscine ''Surf Lakes'' de démonstration devrait voir le jour dans le Queensland avant 2018. Des travaux ont déjà commencé mais le lieu précis reste encore confidentiel.

 

Pour plus d'information : http://www.surf-lakes.com.au/

 

Camille T – (brisbane@lepetitjournal.com) – Mercredi 28 Juin 2017

 
Brisbane

Tampons VS Cup Menstruelles : Psychose, polémique et contre-enquête.

La rumeur s’est répandue comme une véritable traînée de poudre et a littéralement secoué les réseaux sociaux : la cup menstruelle serait plus dangereuse que le tampon. Le bio, pire que l’industriel, c’est grave docteur ? Le 4 juillet dernier, le Centre National du Staphylocoque convoque en urgence journalistes et experts de santé à l’Hôpital de la Croix Rousse de Lyon pour une soirée de grandes révélations sur nos protections périodiques…On…

Encore un festival de vin?

Plus de vin. Toujours plus. Parce qu’on ne s’en lasse jamais – et que ça nous manque trop – un nouveau festival de vin et de nourriture ouvre ses…

Ma (nouvelle) vie sans médicaments

J-1 : Départ en Australie. Rendez-vous chez l’acupuncteur et chez le médecin, "Histoire de". Encouragements et prise de vitamines pour l’un,…
Actualité Australie

TOP5 – Voyagez à travers l'actualité des nombreuses éditions du petit journal.com

Avec plus de 60 éditions à travers le monde, lepetitjournal.com est le média incontournable pour tous les voyageurs francophones. Ce mois-ci nous vous proposons une petite sélection de 5 articles parmi ceux qui ont suscité le plus d’intérêt auprès de nos lecteurs. D'Istambul à Dakar, en passant par le Royaume-Uni et l'Espagne, ne rater plus une occasion de voyager au fil de l'actualité internationale ! 
Une internationale

DON'T GO TO ALGERIA – Tolt : "J’ai envie de découvrir les pays qui souffrent des préjugés"

Benjamin Martinie, alias "Tolt". Un an après avoir connu un franc succès avec sa vidéo « Don’t go to Iran » qui efface tous les stéréotypes entendus sur la République islamique, Benjamin Martinie, alias Tolt, revient avec une nouvelle vidéo, cette fois sur l’Algérie, tout en gardant le même concept. Le principe est simple, « Tolt » part deux semaines dans le pays en question, et y découvre sa culture et son peuple.
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine