Bogota

ENTREPRENEURIAT - MASAYA Hostels

Pour sa nouvelle rubrique « Entrepreneuriat », Lepetitjounal.com de Bogotá vous propose un zoom sur la société Masaya, une chaine d’hostels à succès en Colombie créée par trois jeunes entrepreneurs français. Revenons sur leurs débuts.

Photo de gauche à droite : Paul de Lavalette, Nicolas Poupard, Vianney Koussens

MASAYA Hostels : Présentation

Fondateurs : Nicolas Poupard, Paul de Lavalette, Vianney Koussens

Statut juridique : SAS

Création société : 2012

Ouverture premier hostel à Bogotá en Mars 2012

Etablissements : Hostels à Bogotá (2012), Santa Marta (2014), Medellin (2016)

Nombre employés (équipe administrative & commerciale) : 7

Nombre employés totaux : (incluant le staff des hostels) : 50

Taux de croissance moyen depuis la création : +35%

Cible : Les Flashpackers, les personnes qui veulent un peu plus de confort tout en gardant une ambiance détendue, et une intégration dans la culture locale.

Fréquentation : accueil d'environ 50.000 personnes par an, avec un taux de remplissage de 95% en moyenne au niveau national (total des 3 hostels)

Origine du nom MASAYA : C’est un jeu de mot. « Mas Allá » signifie le fait d’aller plus loin, au delà des frontières

Offre MASAYA : Il s’agit d’une auberge de jeunesse proposant à la fois l’hébergement, la promotion de la culture locale et l’organisation de voyages, et facilitant l’intégration de ses hôtes auprès de la population locale et des autres voyageurs. Leur devise, « The Local Experience ». Entre auberge de jeunesse, hôtel et centre culturel, Masaya est un lieu ouvert et convivial qui correspond à chacun.


Photos de gauche à droite : MASAYA Bogotá, MASAYA Santa Marta

MASAYA Hostels : Entretien avec Nicolas Poupard, Co-fondateur et Directeur Géneral de Masaya

Lepetitjournal.com/Bogotá : D’où est venue l’idée d'ouvrir le premier hostel ?

Nicolas Poupard : Nous avons tous les trois fait un échange universitaire en Colombie en 2007. On a découvert un pays aux antipodes des clichés de l’époque, et un tourisme qui commençait tout doucement, mais un grand manque d’infrastructures adaptées aux voyageurs. Nous avons donc décidé de réaliser notre mémoire de fin d´étude sur un projet d’auberges de jeunesse, et sommes partis dans la foulée en Colombie pour commencer l’aventure.

Comment s’est passé la création de la société d’un point de vue administratif ?

La création d’entreprise en Colombie n’est pas compliquée. Une société se crée en 24h. Par contre il faut être épaulé par un bon avocat afin de bien comprendre toutes les spécificités du pays. Après la création de la société, nous nous sommes mis à la recherche d’une maison à Bogotá afin de monter le premier Masaya. Le processus d’achat se fait également avec un avocat.

Le plus dur à été l’obtention des permis de construire pour un bâtiment classé patrimoine historique, et de bien comprendre et s’adapter à toutes les normes hôtelières, administratives et fiscales, qui en plus changent tous les ans. C’est compliqué de s’adapter et changer toute l’organisation chaque année.

Quelles ont été les difficultés rencontrées pour ouvrir et développer la société ?

Nous rencontrons des difficultés tous les jours, ça nous permet de ne pas nous embêter ! Selon moi, les trois plus gros challenges sont les démarches administratives, notamment pour le lancement des projets et les licences nécessaires pour les travaux, la gestion des travaux, et enfin le dernier gros défi à mon sens est de porter et transmettre auprès des collaborateurs une vision long terme, qui n’est pas encore très commune en Colombie, notamment à cause de l’histoire du pays. Mais les mentalités changent !

Comment se porte le marché de l’hébergement touristique en Colombie et comment impacte-il votre activité ?

Le marché de l’hébergement en Colombie est très irrégulier. Même si, globalement, le marché croît, l’offre hôtelière est en train également d’exploser et la concurrence est de plus en plus rude. Il faut donc pousser l’innovation, et essayer d’inventer l’offre d’hébergement d´après-demain, avoir une longueur d’avance, afin de pouvoir poursuivre un développement pérenne, et continuer à faire vivre aux voyageurs une expérience unique.

Comment vous adaptez-vous à l’évolution positive du tourisme (le nombre de touristes en Colombie en 2010 est de 2,6 millions vs 4,4 millions en 2015, soit une croissance de 70%) ?

Nous sommes encore une entreprise en structuration, et qui se prépare pour un gros développement dans le futur. Nous commençons donc par préparer nos équipes, affiner nos process pour être prêt le plus vite possible. Nous avons également des projets d’agrandissements dans les hôtels de Bogotá et de Santa Marta.

Quels sont vos projets en cours et projets futurs ?

Nous avons plusieurs projets en cours en ce moment. Nous développons un concept d’hostel écologique dans le sud du pays, à San Agustin, qui devrait ouvrir à la fin de l’année. Nous avons également deux projets d’ouverture sur la côte caraïbes, et sommes en train d’ouvrir notre deuxième pays avec un projet à Quito !

Nous travaillons aussi pour pouvoir se développer sous forme de franchise à partir de l’année prochaine.

Et enfin, nous venons de créer une nouvelle société, une agence de voyage ON et OFF line, avec un concept un peu différent, adapté aux nouvelles manières de voyager et découvrir un pays. Rendez vous à la fin de l’année !

Retrouvez toutes les informations de MASAYA Hostels !

Photo : développement de l'hostel écologique de San Agustin

Photos : Masaya Hostels

Propos recueillis par Delphine Thébaud, www.lepetitjournal.com/bogota, mardi 2 mai 2017

Inscription gratuite à notre Newsletter 
Page Facebook
Page Twitter

 
A la Une à Bogota
Une internationale
Actu internationale
En direct des Amériques
Toronto - Actualité

IMMIGRATION – L’ADN du Canada

Le Canada attire, intrigue, stimule les Français. Le projet de s’expatrier dans ce vaste pays pour une durée plus ou moins conséquente fait…
Expat
Expat - Emploi

"Insécurité, négligence, esclavagisme": enquête dans les dessous des fermes australiennes

L’Australie, c’est easy, facile. Les salaires sont plus élevés, et il y a du soleil toute l’année. Forcément cela attire, et on a envie d’y rester. Pour cela, il faut remplir quelques conditions. Notamment réaliser 88 jours de travail en fermes. Si d’autres solutions existent, celle-ci est la plus utilisée par les PVTites. Disponibilités pour travailler toute l’année, pas besoin d’expérience, les gens se hâtent... Et tombent des arbres une fois qu’ils commencent à se faire arnaquer. Enquête au coeur des fermes et de leurs abus.
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine