L'ex-dissidente birmane devenue chef de l'opposition, Aung San Suu Kyi, est arrivée mardi en Inde, pour la première fois depuis 25 ans, un pays où elle a vécu enfant, lorsque sa mère y était ambassadrice, puis étudiante dans les années 60. Elle a demandé mercredi le soutien de l'Inde sur le chemin de la démocratie en Birmanie

Aung San Suu Kyi, a demandé mercredi le soutien de l'Inde sur le chemin de la démocratie en Birmanie, déclarant avoir été "attristée" que New Delhi se soit un temps "éloignée", lors d'un discours devant le Nehru Memorial Fund, à New Delhi. "J'ai été attristée que l'Inde se soit éloignée de nous lors de nos moments difficiles (...). Mais j'ai toujours eu foi dans la relation durable entre nos deux pays, sur la base de l'amitié durable entre nos deux peuples", a déclaré l'ex-dissidente birmane devenue chef de l'opposition.

Suu Kyi, aujourd'hui députée, est arrivée mardi en Inde, pour la première fois depuis 25 ans, un pays où elle a vécu enfant, lorsque sa mère y était ambassadrice, puis étudiante dans les années 60.

Longtemps alliée sans réserve de Suu Kyi, l'Inde, qui partage 1.640 km de frontière avec la Birmanie, s'était rapprochée de la junte dans les années 1990, notamment sur des questions de sécurité et d'énergie. "L'amitié entre des pays devrait être basée sur l'amitié entre les peuples et non sur l'amitié entre les gouvernements", a ajouté la prix Nobel de la paix.

Après un long développement sur l'amitié entre son père, le général Aung San, considéré comme un héros de l'indépendance de la Birmanie, et Jawaharlal Nehru, premier Premier ministre de l'Inde indépendante, elle a jugé que son pays n'avait "pas encore atteint l'objectif de la démocratie". "J'espère que le peuple indien sera à nos côtés sur le chemin qu'il a pu parcourir de nombreuses années avant nous", a-t-elle plaidé.

Avant son discours, introduit par Sonia Gandhi, la chef du parti du Congrès, au pouvoir, Aung San Suu Kyi s'était entretenue avec le Premier ministre, Manmohan Singh. Ce dernier a salué son "indomptable courage" et assuré que l'Inde soutenait sa lutte pour la démocratie, dans une claire volonté de restaurer des relations distendues avec l'ex-dissidente.

"Tous nos voeux sont avec vous, ainsi que dans votre lutte pour la démocratie. Nous vous admirons pour l'indomptable courage dont vous avez fait preuve", a dit M. Singh.

Après avoir rencontré Suu Kyi à Rangoun en mai dernier et l'avoir invitée à se rendre en Inde, Manmohan Singh avait affirmé que l'Inde était "très fière des relations de longue date avec elle et les membres de sa famille".

Lors de sa visite --la première d'un Premier ministre indien en 25 ans-- visant à renforcer les liens commerciaux pour contrer l'influence croissance de la Chine, les deux gouvernements avaient signé douze accords couvrant notamment les domaines du transport et de la sécurité.

La chef de l'opposition, élue députée en avril, a exhorté New Delhi à conserver un oeil critique sur les réformes en cours.

"Un excès d'optimisme n'aide pas, parce qu'alors vous fermez les yeux sur ce qui ne va pas (...). Nous ne sommes qu'au début du chemin vers la démocratie", avait-t-elle prévenu dans un entretien au quotidien The Hindu, avant sa visite.

En 2010, Washington avait dénoncé le silence de New Delhi sur les violations des droits de l'Homme en Birmanie.

La libération de Suu Kyi la plaçant au coeur du jeu politique, la fin du régime militaire l'an dernier, la mise en place de réformes par le président Thein Sein, et les perspectives d'élections nationales en 2015 ont changé la donne et mis fin au statut de paria de la Birmanie aux yeux de l'occident.

Le président américain Barack Obama doit s'y rendre la semaine prochaine. Aung San Suu Kyi a par ailleurs reconnu l'intérêt du milieu des affaires à exploiter les opportunités dans son pays mais elle a estimé que "les investissements doivent être faits dans la bonne direction".

Lors de sa visite de quatre jours en Inde, elle doit visiter le parlement dans la capitale fédérale, passer en revue des projets de développement ruraux dans l'Etat de l'Andhra Pradesh (sud-est) et se rendre à Bangalore (sud) où elle visitera notamment l'Institut des sciences.

Elle se rendra vendredi à l'université Lady Shri Ram de New Delhi dont elle est diplômée en sciences politiques.

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 15 novembre 2012

 

 
Une internationale

FEMMES D'EXPAT – Quand le succès fait trembler les clichés

Notre édition de Dubaï a recueilli le témoignage de cinq femmes installées aux Emirats, toutes ce que l’on appelle communément des « femmes d’expat’». Elles ont mis un terme définitif ou temporaire à leurs carrières pour suivre leur conjoint dans l’aventure de l’expatriation. Mais ces femmes ont refusé de faire rimer cette expatriation avec abandon, et lui ont préféré l’ambition, terme seyant bien plus à leurs âmes de battantes. Elles pensaient…
Actu internationale
Actualités de nos partenaires

Le rachat de trimestres de retraite pour les expatriés : avantages et inconvénients

Si vous travaillez à l’étranger depuis plusieurs années, il est probable que vous ne puissiez bénéficier d’une retraite française complète. En effet, à moins d’avoir été affilié aux régimes volontaires de retraite pour les expatriés, la Caisse des français de l’étranger pour la retraite de base, et la CRE et IRCAFEX pour la retraite complémentaire (cela pouvant résulter d’une obligation de votre employeur si vous avez conservé un contrat de travail avec une société française), vous avez cessé d’acquérir des droits à compter de votre départ de France.

Avec Relay, profitez de la presse numérique depuis votre pays d’expatriation !

Avec Relay.com, je consulte la version numérique de plus de 600 titres de presse française et internationale depuis mon pays d'expatriation, en me connectant depuis mon smartphone, ma tablette et mon ordinateur. J'accède partout, tout le temps à mes magazines préférés dès leur jour de parution et je les sauvegarde dans ma bibliothèque personnelle.
Expat
Expat - Emploi

ENTREPRENDRE AU MAROC - Un Royaume en pleine mutation

Si le Maroc est resté dans l'inconscient français une ancienne colonie devenue lieu de villégiature pour retraités de métropole, la modernité s'invite doucement dans le quotidien des Marocains. Qu’en est-il de créer son entreprise au Maroc, et quelles sont les perspectives pour ceux qui seraient tentés par le Royaume ? Découvrez l’analyse du W Project en vidéo ! 
Expat - Politique

EXIL FISCAL - Les plus riches quittent massivement la France

Selon une étude sud-africaine, 10.000 millionnaires français auraient quitté l'Hexagone en 2015. Un exode qui n’a d’équivalent dans aucun autre pays, d’autant que les dernières données publiées par le fisc font état d’une nette baisse du nombre de contribuables dans les tranches supérieures de l’impôt

IMPÔTS 2016 - La déclaration en ligne va devenir obligatoire

La campagne de déclaration des revenus vient d’être lancée, le 12 avril, par le gouvernement. Grosse nouveauté : l’obligation de déclarer ses impôts en ligne pour deux millions de foyers fiscaux. Une mesure d’autant plus importante pour les Français de l’étranger qui méconnaissent souvent ce service en ligne, pourtant très pratique. 
Magazine
En direct de nos éditions locales