Les victimes d'un puissant séisme attendaient les secours lundi dans des villages du centre de la Birmanie, où au moins 13 personnes ont été tuées et des dizaines blessées, selon des travailleurs humanitaires. Le tremblement de terre initial de magnitude 6,8 s'est produit dimanche au lever du jour à une centaine de kilomètres au nord de Mandalay, deuxième ville du pays. Et plusieurs autres secousses, dont une de 5,8, ont eu lieu depuis dans la région, entretenant la panique des habitants.
"Je n'ai jamais senti un tel séisme de toute ma vie et tout le monde est terrifié", a indiqué lundi à l'AFP Win Tint, chef d'un village de la commune de Sint Khu. "Aucune équipe de secours n'est arrivée jusqu'ici pour l'instant", a-t-il ajouté, indiquant qu'une quarantaine de bâtiments du village, dont le monastère, avaient été endommagés.
L'ONG Save The Children, qui a un bureau à Mandalay, avait annoncé dimanche un bilan de 13 morts et 40 blessés admis dans des hôpitaux, dont plusieurs ouvriers travaillant sur un pont en construction sur le fleuve Irrawaddy.
Une source officielle à Naypyidaw a fait état d'un bilan de sept morts, quatre disparus et des dizaines de blessés.
Selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), citant les autorités birmanes, les dommages sont surtout à déplorer le long du fleuve Irrawaddy.
"Il y a eu des dommages importants sur les maisons, infrastructures et bâtiments publics, y compris des écoles primaires et élémentaires, des monastères et des pagodes dans divers endroits", a indiqué l'agence onusienne dans un rapport publié lundi.
L'ONU s'est dit prête à soutenir le gouvernement pour porter secours aux sinistrés dans la mesure de ses possibilités, alors qu'elle est déjà engagée dans des efforts humanitaires importants dans l'ouest du pays où plus de 110.000 personnes ont été déplacées par des violences communautaires depuis juin.
"Sans aucun doute, nos capacités sont soumises à rude épreuve, nos ressources sont soumises à rude épreuve, alors nous sommes limités en terme de stocks disponibles dans le pays", a déclaré lundi à l'AFP Ashok Nigam, patron de l'ONU en Birmanie.
Le pays est frappé occasionnellement par des secousses telluriques, notamment dans cette région traversée par la fracture de Sagaing, qui parcourt le centre du pays du nord au sud. En mars 2011, une secousse de 6,8 dans l'Etat Shan, près de la frontière avec la Thaïlande et le Laos, avait tué 75 personnes.

AFP (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) mardi 13 novembre 2012

Une internationale
Actu internationale
En direct de nos éditions locales
Expat
Expat - Emploi

INTERNATIONALISATION – Les PME-ETI disent « oui »

L’internationalisation ne se limite pas aux grands groupes et concerne de plus en plus les PME (Petites et Moyennes Entreprises) et les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) françaises. Elles sont chaque année plus nombreuses à sauter le pas et à vanter les mérites de l’extension de leur activité à l’étranger. 

ALAIN BENTEJAC – "La compétitivité est un enjeu majeur"

Le Comité National des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CNCCEF) est un réseau mondial d’entrepreneurs français ayant une expérience à l’international. Les CCE sont présents dans 140 pays. Alain Bentéjac en est le Président. Il a pour mission principale de conseiller les pouvoirs publics et de promouvoir l’attractivité du secteur privé français.
Expat - Politique

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER - Etude sur le vote par Internet, le cas de la République Tchèque

En 2014, les Français de l'étranger ont à nouveau pu voter par Internet. Si ce moyen est de plus en plus utilisé, l'abstention reste en hausse. Pour tenter d'expliquer ce paradoxe, Alix Guillard a utilisé les données collectées sur sa circonscription de Prague pour y voir plus clair. Curieux sur le fonctionnement des nouvelles technologies en général, Alix Guillard s'intéresse au vote par Internet depuis 2011; il a été suppléant aux élections législatives de 2012 et candidat à l'élection partielle de 2013.

ANNE-MARIE DESCOTES – "Il est nécessaire de prendre en compte les enjeux globaux du développement"

Anne-Marie Descotes est la Directrice Générale à la Mondialisation, au Développement et aux partenariats (DGM) du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI). Nommée par Laurent Fabius à l’été 2013, elle a notamment pour mission d’étendre la diplomatie économique de la France. Lepetitjournal.com l’a rencontrée en pleine préparation de la COP21, la conférence du Bourget sur le climat
Magazine