Birmanie

VOYAGE - À la découverte de la région de Hsipaw (publi-info)

Vous avez dit Namsham ?…
Tout commence à Hsipaw comme dans un mauvais SAS. Tirés des tentacules envahissantes de Mr. Charles (Petit hôtel qui a tendance a s’approprier tous les voyageurs de passage), dans l’ombre de l’arrière-boutique de Mr. Book, je me vois remettre un papier griffonné en cachette, avant de nous catapulter sur la benne d’un antique GMC chargé d’une montagne de sacs de riz. Dans quelle aventure nous sommes-nous fourrés ? Que cachent les 3 000 kyats réclamés par le camionneur pour cette odyssée ? Il est 11 heures 30, et nous démarrons sur une piste où subsistent quelques plaques de goudron d’un autre âge.

Au fil des miles, tout s’éclaire : les sacs de riz s’avèrent d’un confort inespéré, ils amortissent à merveille le chaos, et la vue est panoramique et somptueuse. D’abord savane sèche parsemée de grands tecks, la piste attaque vite la montagne sous les bambous omniprésents. Nous n’en revenons pas : à mi-pente, la forêt défrichée découvre sur des dizaines d’hectares des plantations de théiers dont les plus vieux dépassent le siècle. La pente est raide, 45° pour les champs, 10 à 20 pour cent pour la route. Le camion peine, souvent à 2-3 km/heure et en première. La nuit approche. C’est encore loin Namsham ??
A 18h30, nuit noire, une roue crève. A la bougie, l’équipage la remplace en moins d’une demi-heure. Sans un juron, sans un bruit. Tout paraît si simple… Merveilleux birmans.

A 20h30, entrée au far-west, dans un village endormi à l’unique rue centrale : Namsham. Il manque un air d’harmonica.

Les camionneurs sont heureux (et nous aussi) : ils nous déposent chez Daw Saw Mya, notre hôtesse pour quelques jours. Elle lit le mystérieux papier : sourires, débrouillardise, sourires encore. Tout est fermé, mais qu’importe : U Shwe Tun nous rouvre sa porte, pour nous préparer instantanément un riz frit. Nous dormirons cette nuit sur de bons sommiers et matelas en bois !

Hsipaw est loin derrière nous, 900 mètres plus bas, à 8 heures de piste d’ici. Demain sera un autre jour.

Le lendemain matin, dans la brume du petit jour, Daw Saw Mya frétille de son petit minois. Elle veut nous suggérer un programme, dans un mélange sommaire de langues Shan, Palaung et birman difficile à décrypter. Quelques sourires plus tard, nous embarquons sur une Jeep, lestée de onze personnes, avec sacs et bagages. Destination inconnue. Vaguement compris qu’il s’agissait d’une fête bouddhique dans un village perdu "derrière la troisième montagne, là-bas…". Soit, mais la montagne en question est à 4 heures de mauvaise piste. Qu’importe, nous sommes désormais blindés (*). En fait, la piste presque horizontale serpente à flanc de montagne, d’un village à l’autre : une dizaine au total, tous bâtis en lignes de crêtes. La poussière soulevée n’effarouche ni les chiens, ni les cochons, ni les enfants qui nous saluent d’un "ta-ta" souriant.

Nous sentons que l’excitation gagne les passagers, tous de la famille de Daw Saw Mya. Nous comprenons pourquoi en arrivant : c’et la première fois qu’ils se rendent à cette fête. Et quelle fête!

Des milliers de villageois ont fait le déplacement des montagnes alentour, souvent à une journée de marche : gargotes improvisées, ventes de fripes et de jouets, tables de jeux de hasard (encore sévèrement réprimés voici quelques années). Moines, moinillons et nonnettes, femmes Palaung en costume traditionnel, absolument toute la population est ici pour s’amuser. Au rythme de percussions, des hommes encouragés par la foule exécutent des contorsions ressemblant à des katas de tai-shishu. Mais voici le clou du spectacle : un traîneau d’une dizaine de mètres sur lequel a été construit une pagode. Les groupes de femmes dansent lentement autour du chariot. De part et d’autre, trois énormes cordes de 50 mètres tressées en fibres de bambou sur lesquelles tous vont se jeter au signal, essayant d’emmener l’attelage dans leur camp. Chaque victoire est comptabilisée. Le soir, l’équipe gagnante aura le privilège de mettre le feu au saint chariot. Pour l’instant, dans la poussière et la musique nasillarde poussée jusqu’à la distorsion, on sent la joie partout. Demain, chacun rentrera chez soi.

Nous reprenons la piste. Nous ne saurons finalement jamais le nom du village… Pas un mot dans la Jeep. Chacun est heureux. Fourbus mais heureux. Nous comprendrons au retour à Namsham que nous sommes les premiers étrangers à avoir participé à ces festivités.

Alors, ça vous tente, une virée à Namsham ?
(*) quel que soit l’âge du voyageur, une ceinture de soutien renforcée type motard" est fortement conseillée pour ce type de piste.

Pour plus d’informations, contactez Gulliver Travels : infos@gulliver-myanmar.com / www.gulliver-myanmar.com

Mardi 21 Mars 2017 (www.lepetitjournal.com/Birmanie) Gulliver Travels 

 

 

 

 

 
A la Une en Birmanie

CULTURE – Yangon fête la musique avec l’IFB!

La Fête de la musique, c’est l'occasion pour la France de diffuser sa culture de la musique sur les cinq continents et dans plus d’une centaine de pays, même là où elle n’est pas forcément un art de rue. Créée en 1982 par Jack Lang, ministre de la culture à l’époque, et le compositeur et critique musical Maurice Fleuret (1932-1990), la Fête de la musique est devenue une institution qui continue de résonner trente-cinq ans plus tard dans toute la…
Une internationale

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français de Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo a échangé avec l'artiste dès sa descente d'avion sur ses émotions, sa musique et le Japon.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

WONDERLEON – Attirer les talents internationaux de la Tech en Europe !

Il y a deux ans, une poignée de dirigeants de start-ups et de scale-ups françaises à succès, lançaient l’appel #ReviensLéon. Le but ? Inciter les Français expatriés à rentrer au bercail en leur proposant des jobs attractifs dans l’écosystème Tech français « en pleine effervescence » ! Aujourd’hui #ReviensLéon pousse les murs et devient WonderLeon. Son objectif ? « Faire rayonner la ‘’European Tech’’ » en attirant cette fois-ci tous les talents internationaux possibles en Europe. 
Expat - Politique
Magazine