Birmanie

SORTIE - Trek en Birmanie : le Mont Victoria

Le Mont Victoria (Nat Ma Taung en birman et Kho Nu Song en dialecte de Chin) est probablement l’un des endroits les plus remarquables de Birmanie. Situé dans l’État Chin, le Mont Victoria est la troisième montagne la plus haute du Myanmar avec ses 3108.96 mètres d’altitudes. L’attrait de ce sommet réside au sein de son parc naturel, "Kho Nu Song", où se côtoient une variété de faune et flore rare.

Du temps libre, des amis et l’appel de l’aventure, voilà comment je me suis retrouvée à faire un trek au Mont Victoria au mois de janvier 2017. Le voyage est long, mais il en vaut la peine. Partis en bus depuis Yangon, nous nous sommes arrêtés à Bagan avant de prendre une voiture de location qui nous a conduit jusqu’à Pakokku. Le temps d’un petit déjeuner, nous avons profité du charme ambiant de la ville. Pour les locaux, il faisait plutôt froid… Eh oui, l’hiver existe aussi en Birmanie…

Pakokku, charmante ville au cœur du Myanmar, près de Bagan s’est révélé au fil des ans être une zone commerciale très prospère. À l’ouest de la rivière Irrawaddy, la ville est connue pour ses plantations de tabac mais également pour son jaggery de sucre de palme, sa production de thanakha, ses longyis ainsi que les couvertures appelées "Anyar Saung".


Si vous aimez la nature, la longue route qui vous conduira à Mindat ne sera qu’émerveillement pour vos pupilles. Les paysages qui défilaient sous vos yeux vont vous faire oublier les cinq heures de voiture. Mindat est une jolie ville très calme avec de beaux paysages montagneux. N’est-ce pas ce que nous étions venus chercher, l’altitude ? Mais avant la marche, nous sommes allés à la rencontre des villageoises, connues pour avoir le visage tatoué.

Une autre attraction spécifique à la région réside dans un instrument de musique : la flûte de nez. Un homme joue cet instrument de musique insolite quand il demande à une femme de l'épouser. En réponse, la femme joue également  de la flûte de nez en signe d’acceptation.


De Mindat, nous avons traversé la ville de Saw, dans la région de Magway. Trop pressés de nous rendre à Kanpetlet, où le Mont Victoria se trouve, nous ne nous sommes pas arrêtés à Saw. Nous sommes finalement arrivés en début de soirée à notre hôtel (Pine Wood Villa), situé au cœur d’une forêt de sapins. Quelle bonne surprise de découvrir que ce soir-là, une fête avait lieu au village. Feu de camp et musique entraînante ont rythmé notre première nuit.

10 kilomètres à pied…
De l’hôtel jusqu’au pied du Mont, il faut compter 45 minutes en voiture. En chemin, rebelote : de nombreux paysages de sapins et fleurs rouges (les "Taung Zalat" en birman) ont alimenté le trajet. Il y a trois options pour se rendre au sommet du Mont Victoria: entrek, en moto ou en jeep.

Nous avons choisi de marcher pour contempler le paysage. Après 10 ou 15 minutes, deux personnes de notre groupe de huit ont préféré louer des motos pour rejoindre le sommet. Avec le reste de la bande, nous avons choisi un chemin où les voitures ne sont pas autorisées à passer. C’est mieux si vous ne voulez pas finir couvert de poussière et être encore plus proche de mère nature. Deux heures durant, si ce n’est plus, nous avons marché, regardé le paysage, eu chaud (malgré le froid de l’hiver) et nous avons fini par atteindre le sommet du Mont Victoria.

Victoire !
Le sommet était assez venteux et nous ne sommes restés qu’environ une heure. Mais la vue était à couper le souffle ! Pour le retour, nous avons opté pour la descente à moto. C’est vrai qu’il n’y a pas grande chose à faire au sommet, mais si vous cherchez un endroit isolé et tranquille où les touristes ne viennent pas souvent, cet endroit est fait pour vous.

Quelques conseils pour le trek :
- La meilleure saison pour se rendre au Mont Victoria est entre décembre et février.
- N’oubliez pas d’apporter des pulls, il fait très froid au sommet.
- N’oubliez pas d’apporter des bouteilles d’eau et des snacks pendant le trek, le sport ça creuse !

Après le Mont Victoria, nous sommes retournés à Bagan où nous sommes restés une journée. Le lendemain, nous avons pris le bus de nuit pour rentrer à Yangon. Ce fut l’un de mes plus beaux voyages. Si vous aimez vous rendre hors des sentiers battus, découvrir des endroits insolites et peu visités par les touristes, cette escapade devrait vous séduire.
Jue Jue (www.lepetitjournal.com/Birmanie) Vendredi 5 Mai 2017

 

A la Une en Birmanie

PORTRAIT - Latt Latt Soe : femme médiatiquement engagée

À Yangon, au deuxième étage d’un immeuble de la 36e rue se trouve les locaux de People’s Age, un site d’information birman. À la tête de ce média ? Latt Latt Soe. Du haut de ses un mètre cinquante, ce petit bout de femme, travailleuse acharnée, affiche un parcours à donner le vertige. Rencontre.

PORTRAIT - Htoo Htoo : profession de foi

Tu as essayé d'apprendre le birman? Moi aussi. Cela t’a rendu chèvre? Moi aussi. Pour ceux d’entre vous qui essayent toujours, ne bougez pas, j’ai ce…
Une internationale

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Communauté

CINÉMA - Un Calédonien à Cannes

Une nouvelle génération de calédoniens voit le jour. Ils ont grandi entre océan et terre. Leur insularité ne les a pas renfermés sur…
Expat
Expat - Emploi

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine