Birmanie

FÊTE NATIONALE – La Birmanie célèbre son indépendance (Pyatha)

Le jour de l'Indépendance en Birmanie (Pyatha) est une fête commémorant le 4 janvier 1948, journée historique où le pays est devenu officiellement affranchi du colonisateur anglais. Lepetitjournal.com Birmanie vous propose de revenir sur le cheminement de la Birmanie vers l’indépendance.

Les Britanniques, après avoir soumis au 18e siècle les Indes voisines, ne tardent pas s’intéresser à la Birmanie. Ils vont s'en emparer au terme des trois guerres anglo-birmanes (1826, 1852 et 1886).  Ils utilisent la stratégie consistant à diviser pour mieux régner, favorisant l'autonomie des minorités ethniques. Ils enrôlent presque exclusivement des membres de ces minorités (Karens, Kachins...) dans l'armée. Par ailleurs, ils investissent massivement dans le développement des transports et transforment d'immenses zones du delta de l'Irrawaddy en rizières, faisant de la Birmanie le premier exportateur de riz au monde. De nombreux Indiens immigrent en Birmanie pour participer à ce boom économique.

Un mouvement nationaliste birman naît au début du 20e siècle, s'organisant autour d'une élite de jeunes gens, dont certains ont étudié à Londres. Une crise économique dans les années 1930 entraîne une importante révolte paysanne, violemment réprimée par les Britanniques. En 1937, la Birmanie est séparée des Indes et devient une colonie à part entière, avec un niveau relativement élevé d'autonomie interne. 

Le pays constitue un champ de bataille important de la Second Guerre mondiale. En 1941, les Japonais, aidés par l’Armée de Libération birmane dirigée par Aung San, repoussent les Britanniques. Cependant, la dureté de l'occupation par l'armée japonaise retourne rapidement l'opinion birmane et Aung San prend contact avec les Alliés en 1944 et ses troupes vont contribuer à la défaite des Japonais. Leur reddition est signée le 28 août 1945 à Yangon.  

Après une période de négociations serrées, marquées par des grèves qui paralysent tout le pays, les Britanniques admettent le principe de l'indépendance de la Birmanie mais la vie politique birmane est bouleversée le 19 juillet lorsque Aung San et six autres membres du Conseil exécutif sont abattus. L'acte est attribué à l'époque à un rival politique, U Saw. C'est son compagnon de lutte U Nu qui devient le Premier ministre du nouvel État, et il poursuit la marche vers l’indépendance, acquise le 4 janvier 1948, un an après la signature d'une entente conclue à Londres en janvier 1947. L'Union birmane, un État fédéral, refuse toutefois de joindre le Commonwealth britannique. La démocratie parlementaire restera en vigueur dans le nouveau pays, mais ses dirigeants, dont U Nu, qui gouvernera jusqu'en 1958, devront faire face à une profonde instabilité provoquée notamment par la révolte des communistes et les revendications autonomistes des Karens.

Tous les 4 janvier, les drapeaux pavoisent et des cérémonies se tiennent notamment au People’s Park à Yangon.

 
(www.lepetitjournal.com/BirmanieMercredi 4 Janvier 2017

A la Une en Birmanie

MUSIQUE – La scène et productions musicales contemporaines birmanes

“Sans la musique, la vie serait une erreur” écrivait Nietzshe en 1888. En 2017 à Yangon, c’est plus que jamais d’actualité. Votre chauffeur de taxi et votre collègue qui fredonnent sans cesse, un groupe de jeunes qui grattent la guitare sur l’une des berges aménagées du lac Inya, un concert de hip hop improvisé sous le pont de Hledan, la musique est partout. Pourtant, nous, expatriés, passons trop souvent à côté des tubes et vedettes locaux.…
Une internationale

Carlos Ghosn, maître du monde automobile ?

Cumulant les casquettes chez Nissan, Renault et Mitsubishi, le PDG globe-trotter Carlos Ghosn est l'un des grands noms du secteur automobile mondial, à la tête d'une alliance inédite qu'il a contribué à mettre au point. 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Auckland - Actualité

SPORT - Le Super Rugby reprend ses droits

Après six mois de trêve, le très attendu Super 18 débute ce jeudi à 21h45 à Melbourne pour une rencontre opposant les Blues d'Auckland aux…
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine