Birmanie

PORTRAIT – Bastien Paquier: Voyager pour éduquer

7M, pour sept milliards d’être humains sur Terre, c’est le nom d’une association qui met à l’honneur la diversité culturelle. Son concepteur : Bastien Paquier. Grâce à différents supports de créations tels que la vidéo, l’image et des ateliers, 7M espère faciliter le dialogue et la rencontre avec l’autre dans un programme éducatif d’échanges entre la France et la Birmanie.

"Si je devais filmer ici, j’imaginerais un plan large où on voit un maximum de monde, j’avancerai doucement en direction de l’obélisque puis je poserais ma caméra sur la pelouse de telle sorte que les gens aient le temps de rentrer dans l’image et de voir qu’un jeune est sur son portable, qu’il y a des amoureux, des touristes et des gens qui font la sieste". Voilà. À peine arrivé, Bastien Paquier nous livre déjà un plan-séquence pour un tournage (à venir ?) du parc du Maha Bandoola. Ce quadragénaire ne peut plus s’en empêcher. La vidéo il en est convaincu, il va en faire son métier.

Et pourtant…
Bastien a suivi une formation de théâtre à Aix-en-Provence, suite à quoi il fonde en 1992 la compagnie de spectacle de rue "La Soucaranne". Pendant plus de vingt ans, il imaginera ainsi des dizaines de spectacles vivants. En 2009, un premier tournant s’opère : "J’ai inclus la vidéo dans mes représentations, les scènes filmées nous servaient de hors champ, comme au théâtre". La contamination progresse quand Bastien décide de tourner des videos participatives afin de rapprocher les habitants de sa région, l’Ariège. "Les personnes nous racontent leurs vies, leur parcours, on rentre dans leur intimité puis on diffuse l’interview sur leurs televisions dans les salons, les garages… Les villageois vont alors de maison en maison découvrir autrement leurs voisins". Tout vaccin est dès lors vain puisque l’artiste développe de réelles aptitudes dans la captation du réel. La voix calme, les yeux rieurs et le sourire jusqu’aux oreilles, Bastien a trouvé son bonheur derrière une caméra et après l’Ariège, Bastien s’apprête à capturer la Birmanie.

Mes voyages racontés à mon fils
On l’aura deviné, ce théâtreux a une deuxième passion dans la vie : les voyages. Lors de ses périples, il filme, photographie, échange et ne peut résister à l’envie de partager ses réalisations une fois de retour en France. Dans l’école de son fils, âgé de 8 ans, il met en place des sections interactives avec les élèves : "les enfants devaient lever le bras quand ils apercevaient des choses inhabituelles". En voyant tous ces regards émerveillés et intrigués, c’est décidé, Bastien veut monter un projet alliant voyage et éducation.

En 2015, l’association 7M voit le jour avec pour ambition de mettre en relation les élèves de Birmanie, d’Inde et de France. La Birmanie, c’est le pays où il a appris qu’il allait être papa de son petit dernier, il était à l’époque venu aux côtés de l’ONG Clowns Sans Frontières. Depuis, il n’arrête pas : Bagan, Inle, Mandalay, Yangon…  "C’est déjà le deuxième voyage que j’effectue en Birmanie dans le cadre de ce projet et pas moins de 3 000 enfants birmans ont pu voir ma vidéo où je retranscris le quotidien d’un élève de 8 ans en France. Et cet élève, c’est mon fils". Dans la vidéo, traduite en birman, l’intervenant se présente succinctement. Comme dans un gigantesque zoom, il brosse un portrait de l’Europe, de la France, de sa région, de son village, de sa maison, de sa famille, de son travail... Mais aussi de la classe de son fils, en CE1 à l’école d’Eycheil. À long terme, l’acteur principal, ce ne sera plus le fils de Bastien mais bel et bien des enfants qui auront participé à des ateliers de création et d’expression dans les établissements qui le souhaitent. "Les réactions, souvent c’est de l’étonnement parce que ça deviant concret, je suis devant eux en présentant mon quotidien, c’est la vraie vie, de vrais gens, ce n’est plus du cinéma", s’amuse Bastien avant d ‘ajouter, "les enfants birmans, à l’école, on ne leur demande pas de participer, on leur demande de répéter et quand on s’intéresse à eux en tant qu’individus, ils sont déboussolés".

La boîte à idée bientôt imagée
En 2018, Bastien présentera un documentaire sur le quotidien de ces hommes, ces femmes et ces enfants du bout du monde. Cependant, il ne faut pas croire que la boucle soit finie d’être bouclée. L’association veut aller encore plus loin en développant une chaîne Youtube gratuite : OneMinute. Sur cet espace, qui sera accessible d’ici quelques mois, seront régulièrement postés des plans-séquences d’une minute, extraits des voyages réalisés. Il s’agit de donner à voir pour ressentir des moments de la vie "en temps réel". "Ainsi les spectateurs pourront se retrouver dans un bus à Rangoon, à vélo à Mandalay, dans un maquis à Ouagadougou ou encore sur un marché aux fleurs à Lima", s’enthousiasme le cinéaste en herbe. Dans le même domaine, un projet vidéo participatif sera mis en place avec pour bande sonore la célèbre reprise par Louis Armstrong de la non moins célèbre chanson de Piaf, "La Vie en Rose". L’idée est de réaliser un clip vidéo mettant en scène la ville et ses habitants avec des séries de photographies sur le principe du stop motion (film d’animation image par image). "À Yangon, je présenterais chaque section de la ville et ses habitants comme le quartier musulman ou encore Chinatown", projette l’artiste. Pourtant, Bastien n’a pas l’ambition de devenir reporter : "Je ne veux pas que ce soit spectaculaire, je veux être dans l’échange culturel simple. Je ne suis pas journaliste". Chapeau l’artiste !

Site internet : 7mfrance.org

Pauline Autin (www.lepetitjournal.com/Birmanie) Lundi 8 Mai 2017

A la Une en Birmanie

PORTRAIT - Latt Latt Soe : femme médiatiquement engagée

À Yangon, au deuxième étage d’un immeuble de la 36e rue se trouve les locaux de People’s Age, un site d’information birman. À la tête de ce média ? Latt Latt Soe. Du haut de ses un mètre cinquante, ce petit bout de femme, travailleuse acharnée, affiche un parcours à donner le vertige. Rencontre.

PORTRAIT - Htoo Htoo : profession de foi

Tu as essayé d'apprendre le birman? Moi aussi. Cela t’a rendu chèvre? Moi aussi. Pour ceux d’entre vous qui essayent toujours, ne bougez pas, j’ai ce…
Une internationale

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Communauté

CINÉMA - Un Calédonien à Cannes

Une nouvelle génération de calédoniens voit le jour. Ils ont grandi entre océan et terre. Leur insularité ne les a pas renfermés sur…
Expat
Expat - Emploi

VOYAGES D’AFFAIRES – Les risques encourus quand on prend trop souvent l’avion

Valorisés par la société, et souvent encouragés par les entreprises, les voyages d’affaires pourraient pourtant être préjudiciables pour la santé, aussi bien morale que physique. Le manque prolongé de sommeil, les changements répétés d’horaires, cumulés au stress procuré par le travail, finissent par avoir un impact sur les « business travellers ». 

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine